Actualités

PS, LÉGISLATIVES 2012 : DÉJA UNE POLÉMIQUE DANS LE GARD

Nous sommes à six mois environ des prochaines élections législatives, et les résultats du vote des militants du parti socialiste sont désormais connus dans le Gard. En 2012, le nouveau découpage des circonscriptions en ajoute une sixième.

Pour la première circonscription, c’est la vice-présidente de la région, Françoise Dumas qui défendra les couleurs socialistes et devrait être opposée au député centriste et premier adjoint au Maire de Nîmes, Yvan Lachaud,  face auquel elle avait fait un score de 43,03% des voix au second tour en 2007. Pour la deuxième circonscription, Katy Guyot représentera le PS, tandis que dans la troisième, le maire de Laudun, Patrice Prat a "grillé la politesse" à Alexandre Pissas, qui aurait déposé (de son côté) un recours pour "non-respect de l'article 3.4 des statuts" et suite à des radiations de votants par la direction national. M. Prat (456 voix) a obtenu 126 voix d'avance sur Alexandre Pissas (330 voix).

Le conseiller régional Fabrice Verdier sera le candidat PS dans la quatrième circonscription. Le député sortant William Dumas sera à nouveau candidat dans la cinquième. Et, alors que tout le monde attendait le vice-président du conseil général (Europe Ecologie Les Verts), Christophe Cavard, dans la sixième circonscription, c’est bien Silvain Pastor qui a été investi par les militants avec 62% des voix, (sur 67 inscrits), même si un rebondissement venu de l’appareil au niveau national n’est pas à exclure, comme ce fut le cas pour les européennes, en faveur du vice-président du conseil général, proche de José Bové.

Quoi qu’il en soit, cette répartition est vivement critiquée par un jeune cadre du parti socialiste local, Nicolas Cadène qui explique avoir été écarté de cette désignation interne. Le partisan de Ségolène Royal durant la dernière Primaire socialiste, et membre de son équipe de campagne, s’est même largement épanché sur un blog Nouvelobs, à travers un billet d’humeur sélectionné par le journal, et lu plus de 1000 fois. Il dénonce un système de « barons », et regrette que son échec soit dû au fait de n’avoir été « ni une femme, ni un membre d'Europe Écologie - Les Verts », au sein d’un parti qui incarne des valeurs auxquelles il croit, mais qui userait de méthodes qu’il ne cautionne pas, lui pourtant soutenu par de nombreux militants, et « poussé » à ne pas candidater. Le numéro 2 de la fédération socialiste du département reste attaché aux valeurs défendues par le PS, et ne pense pas à le quitter, mais il « refuse de faire des compromissions, et préfère même ne pas être élu ».

Un discours plein de bon sentiments qui peut nous amener, soit à douter, soit à imaginer que la vertu demeure toujours un attribut de choix en politique. Chacun se fera son idée, mais « quelle naïveté » a-t-on envie de dire. Naïveté, jeunesse… Le « jeune » militant-politicien, n’est pas si jeune que cela, comme il aime à le préciser à tous ceux qui, en France, estiment qu’à 50 ans, on démarre en politique, au regard de l’image que véhicule les Manuels Valls, et autres Arnaud Montebourg, classifiés par les observateurs politiques comme constituant la « relève » de demain. Interrogé à propos de ses invectives lancées en direction de « l’appareil PS », il nous a rappelé qu’il n’était pas si « vert » que cela en politique, notamment après une expérience auprès de Ségolène Royal en 2007, une épreuve qui ne l’aurait pas épargné du jeu parfois brutal, inhérent aux joutes et intrigues politiciennes.

Alors quelles solutions pour changer un système qui semble exister depuis la nuit des temps ? Le membre du parti socialiste gardois nous explique, que ce "ras-le-bol" est partagé par d’autres que lui au sein de nombre de mouvements politiques, et que depuis 30 ans et l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir, son mouvement n’a plus connu le renouvellement de cette époque, incarnée par cette jeune génération, aujourd’hui celle des barons qu’il réprouve. Seul espoir donc pour Nicolas Cadène, le prochain congrès du parti, qui doit se tenir en novembre 2012. Alors faut-il croire au grand chambardement et à l’avènement d’une nouvelle manière de faire de la politique ? Un nouveau souffle qui viendrait de la jeunesse gardoise… Rien n’est moins sûr.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité