A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS, 2012 : DES TRAVAUX POUR REDYNAMISER UNE PARTIE DU CENTRE-VILLE

Illustration © Mairie d'Alès

La place des Martyrs de la Résistance d’Alès va voir son environnement changer à la suite de travaux engagés à la fin 2012 et qui s’achèveront en 2014.

Plusieurs implantions d’infrastructures sont prévues : Un parking de 450 places sous l’actuelle place des Martyrs, un hôtel “trois étoiles plus” de 80 chambres, et un immeuble d’habitation (en lieu et place de la cité administrative, trois petits immeubles de quatre étages (pour des logements, bureaux et commerces sur la partie Est du site et un multiplexe.

En termes de logement, la surface totale du projet représente 2.600 m2, en partie en accession sociale pour primo accédants et locatifs pour célibataires et jeunes couples. Notez qu’une résidence « séniors » de 3.564 m2, avec 60 appartements devrait voir le jour dans le cadre de ce projet d’urbanisme.

Tous ces nouveaux résidents devraient bénéficier des autres avantages du futur site puisqu’un centre de remise en forme de 900 m2 ainsi que des restaurants doivent également voir le jour autour d’une place piétonne de 4.700 m2.

Ce n’est pas tout, puisque le multiplexe que l’on annonçait déjà il y a plus d’un an devrait dominer la place des Martyrs. Il s’agirait d’un ensemble de huit salles contenant  1.200 places qui devrait ouvrir en septembre 2014, simultanément avec un parking souterrain, de deux niveaux.

La place sera dominée par ce nouveau cinéma, qui sera accessible par l’escalier monumental de la Maréchale et par un ascenseur panoramique qui rejoindra aussi le parking souterrain, accessible par le rond-point du Faubourg d’Auvergne et la rue de la Roque. Un mûr végétalisé serait même prévu le long de l’accès aux piétons.

Mais tout cela a un coup. Max Roustan (député-maire d’Alès) a d’ailleurs précisé qu’il s’agit du « plus gros chantier lancé en ville depuis le Centr’Alès » (la galerie commerciale qui inclut la médiathèque) : 40 millions d’euros, dont 13 millions pour le parking financé par la Ville et 27 millions par la société ADIM, filiale de Vinci basée à Aix-en-Provence.

Un projet qui vise à répondre à une demande de plus en plus forte pour la population, « qui cherche à s’installer en ville » d’après Max Roustan (+ 28 % en dix ans, si l’on se réfère aux chiffres de l’INSEE).

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité