A la unePersonnalités.Société

PORTRAIT DU DIMANCHE : J-M BALOGE, DIRECTEUR DU KINEPOLIS DE NÎMES

Photo © objectifgard.com / MA

Jean-Michel Baloge est un homme pressé. Il nous accueille dans son bureau un mercredi, jour des dernières sorties, dans son vaste bureau aux couleurs de son cinéma, un espace chargé en dossiers et papiers, placés un peu partout, mais que l'on ne pouvait imaginer autrement pour celui qui est à la tête du Kinepolis de Nîmes-Forvm, et du Multiplexe, tant l'activité foisonne dans le monde des salles obscures. Rappelons qu’au total, 1.018.000 spectateurs ont passé la porte du seul multiplexe (entrées payantes et non-payantes comprises) en 2011. Entre deux coups de fil, au moment où les divers cinémas envoient les scores de la semaine aux distributeurs de films, Jean-Michel Baloge nous accorde un entretien dans un climat détendu et sympathique, presque gêné lui-même d’être accaparé par son travail. Un travail qui semble être une véritable passion pour cet homme né à Alger en 1954, marqué par cette période de sa vie (« l’horreur » dit-il). Heureusement, celui qui est arrivé en France métropolitaine (Avignon) à 7 ans et demi, rencontre sa future femme (également "pied noir" précise-t-il) à la Fac de droit de Nîmes, où il est entré en 1975, et après avoir fait sa scolarité à Avignon, jusqu'au bac. Il fait cette rencontre avant que son beau-père ne disparaisse brutalement dans un accident au début de l’année 1977.

Objectif Gard : Est-ce qu’il s’agit-là d’un moment clé dans votre vie qui vous a amené où vous en êtes aujourd’hui ?

J-M Baloge : « C’est à partir de là que nous avons commencé à nous occuper du Forvm avec ma belle-mère, en alternance avec la fac à Nîmes, puis à Montpellier. Après nos études en 1980, nous avons fait le choix de reprendre le Forvm, une salle unique à l’époque, et de le transformer en complexe de 3 salles. C’est à la fin 1982 qu’une quatrième salle verra le jour. Au milieu des années ‘90, il nous est apparu que le futur allait passer par les multiplexes, d'où un projet, qui se fera en association avec le groupe belge Kinepolis ».

OG : Le Cinéma et vous ? Qu’est-ce qui vous lie en tant que directeur ? C’est l’aspect managérial ou financier qui vous plaît le plus ?

J-M B : « J'ai toujours été cinéphile, et beaucoup fréquenté les cinémas, même si à l'époque je n'imaginais pas en faire mon métier. Mais je n’ai aucun regret, bien au contraire, même si la gestion est beaucoup plus lourde qu'à l'époque du Forvm ! Mais si je devais faire un choix dans ma mission, je préfère de loin l'aspect "artistique" : programmation, animation... »

OG : Alors, le cinéma… ‘Connaît pas la crise ?

J-M B : « Effectivement, l'année 2011 est encore meilleure que 2010, qui avait déjà battu tous les records d'entrées depuis 25 ou 30 ans. On a dépassé les 215 millions d’entrées au niveau national », [tous cinémas confondus de l’hexagone]. « On est réellement contents que ça marche en ces temps difficiles. Pourvus que cela dure ! »

OG : Pourtant, y compris chez vous, les tarifs continuent à augmenter, malgré les difficultés grandissantes pour les ménages, le cinéma devient un luxe…

J-M B : « Il faut tout d’abord rappeler que si le prix des places en tarif plein a augmenté, c’est en raison de la répercussion du passage de la TVA de 5,5 % à 7 %. Ce qui fait que chez nous, jusqu’au mois de novembre 2011, une place coutait 9,90 euros, et que son prix se monte aujourd’hui 10,20 euros, et 9, 10 euros pour le Forvm. Et ensuite, les augmentations sont décidées par la maison-mère en Belgique. J’ai pu tempérer d’ailleurs parce que je comprends que ce n’est pas facile pour tout le monde, sachant tout de même que le plein tarif ne s’adresse qu’à 20 % des spectateurs, sans compter toutes les réductions et les tarifs réduits (étudiants, séniors, cartes d’abonnement, comités d’entreprise etc.) qui ramène la place à 7 euros, ce qui me semble honnête pour une place dans un multiplexe moderne. Enfin, les augmentation régulière, tous les 18 mois en moyenne, suivent le coût de la vie ».

OG : Le phénomène "Intouchables"

J-M B : « C’est vrai que le mois de novembre est historiquement important puisque les distributeurs veulent tous avoir leur film à l’affiche, au moment cette période de vacances scolaires, néanmoins on ne s’attendait pas à faire 115 ou 116.000 entrées pour parler du Kinepolis, ce qui correspond déjà à un très bon mois de décembre habituellement. Intouchable a boosté l’ensemble du cinéma Français de façon spectaculaire puisqu’en fin de carrière, il va faire à lui tout seul 10 % des entrée nationales. »

Photo © objectifgard.com / MA

OG : Des nouveaux projets pour 2012 ? Et pour l’aspect du cinéma, d’autant que justement les tarifs ont augmenté…

J-M B : « C’était déjà prévu l’an dernier, et c’est vrai que le groupe Kinepolis a un concept de hall, qui a évolué (affichage, vente, tickets, confiserie…). C’est vrai que comme les autres sites en France ont été relookés et mis au goût du jour, et comme il y a eu d’autres évolutions entre temps, le site du Kinépolis (multiplexe) de Nîmes devrait pouvoir en profiter a priori en septembre 2012 [le mois calme du cinéma Français]. On en a besoin, parce que le cinéma aura 12 ans ! On a pris un petit coup de vieux. Il sera presque entièrement refait des fauteuils, moquettes, peintures, hall, comptoirs de vente… Pour a priori deux mois de travaux. »

OG : C’est un gros budget ?

J-M B : Oui c’est un investissement, qui devrait dépasser le million d’euros d’après nos prévisions. Mais c’est indispensable. On investit en permanence, avec le passage au numérique notamment. Ça y est, on est désormais 100 % numérique. On a commencé en 2005 [on était les premiers dans le Sud a être équipé d’un projecteur numérique], et on a terminé l’équipement complet en décembre 2011, avec les 12 projecteurs, en plus des quatre autres au Forvm. Tout cela représente des investissements lourds (projecteurs, serveurs, et systèmes de climatisation qui s’y associent…)

D’autres projets d’agrandissement ?

J-M B : « Non pour le moment on reste sur 12 salles pour le multiplexe, on ne va pas rajouté des travaux en ville… [plaisante-t-il au regard du nombre de chantiers actuels au centre de Nîmes]. Au Forvm, on a vait un proojet pour une 5e salle, mais ce n’est pas décidé, comme pour une 6e salle 3 D au multiplexe. Mais aujourd’hui, nous nous concentrons sur la technique, et nous restons sur 4 salle en ville (dont 2 en 3 D) et 12 salles pour l’autre site (dont 5 salles 3 D). »

OG : Votre regard sur la concurrence prochaine du multiplexe d’Alès à l’horizon 2014…
J-M B : « Avoir des concurrents avec des idées nouvelles ne peut que nous booster [d’ailleurs je connais les exploitants pour le projet Alésien]. Donc forcément on aura moins d’Alésiens qui viendront sur Nîmes. C’est quand même le cas aujourd’hui. Mais ce sera à nous de réagir et de trouver d’autres spectateurs, tout simplement. »

Et l’idée d’une carte illimité comme peuvent déjà le proposer la concurrence à Montpellier ou Avignon? vous en pensez quoi ?

J-M B : "Il n’est pas exclu que cela arrive un jour. Le groupe regarde ce qui se passe ailleurs, et je comprends bien que pour les gens, une offre de carte illimitée à 20, 22 ou 25 euros (par mois) ce soit intéressant, et on est conscient que cela peut être un gros plus pour la fréquentation. »

OG : Des prévisions de grosses réussites pour cette année ?

J-M B : « On ne connaît pas tout, mais les gros « Blockbusters » américains comme Spiderman 4 en 3D (prévu début juillet 2012), L’Âge de Glace 4 aussi en 3D (fin juin) sont des valeurs sures, avec des franchises qui ont fait leurs preuves, avec des réalisateurs d’expérience, donc on est jamais sûr à 100 %, mais on pense être à l’abri de déceptions avec ceux-là. Côté Français, c’est clair que La Vérité si je mens 3 (prévu le 1er février), là aussi on peut tabler sur un gros carton. »

Etiquette

2 réactions sur “PORTRAIT DU DIMANCHE : J-M BALOGE, DIRECTEUR DU KINEPOLIS DE NÎMES”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité