ActualitésPolémique.

GROGNE DES AVOCATS : RÉPONSE DU « BERGER À LA BERGÈRE »

Photo © objectifgard.com / MA

Cette semaine, les chefs de Cour ont exceptionnellement tenu à s’exprimer face à la révolte des avocats des ressorts de la Cour d’appel de Nîmes (qui recouvre le Gard, la Lozère, le Vaucluse et l’Ardèche).
Le premier président de la Cour d’appel, Bernard Bangratz et le nouveau procureur général, Michel Desplan et avec eux les magistrats du Siège et du Parquet général, se sont exprimés, par voie de communiqué (le 27 janvier 2012) :

[Ils] « S’étonnent et s’inquiètent des propos excessifs que quelques Barreaux du ressort, relayés hâtivement par la Conférence Régionale du Grand Sud-est et de la Corse, ainsi que par le Président du Conseil National des Barreaux profèrent à l’ensemble des magistrats de la chambre des appels correctionnels de la Cour.

Les deux magistrats rappellent solennellement deux principes : "Personne ne peut choisir son juge, les juges statuent en toute indépendance et ont la charge difficile d’appliquer la loi dans toute son acception et, si nécessaire, avec toute la rigueur et sévérité adaptées."

Photo © objectifgard.com / MA

Ils ajoutent que « leurs décisions ne peuvent être contestés autrement que dans le respect du cadre procédural prévu ». Ils "observent qu’aucune violation des droits de la défense ne peut objectivement être reprochée" […] et "souhaitent vivement que les Barreaux retrouvent très rapidement la sérénité indispensable à l’exercice de l’activité judiciaire et de toute œuvre de justice ».

Les avocats apprécieront surement « ce recadrage » de la part des magistrats.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité