A la uneHandballHBCN

HAND FÉMININ : Blandine Dancette et Camille Ayglon évoquent l’équipe de France et les J.O. de Londres…

Photo © HBCN

Les deux joueuses nîmoises internationales du HBCN, Camille Ayglon et Blandine Dancette, participent en ce moment même, au Tournoi de Norvège à Drammen (la « Scandinavian Open Cup »), en compagnie de la Suède, de la Norvège et du Danemark. Les Bleues se sont imposées face à la Suède (27-20) hier (vendredi) pour le compte de la 1re journée de ce tournoi de préparation aux Jeux Olympiques de Londres (27 juillet - 12 août).

Les deux joueuses nîmoises se sont confiées à la rédaction d’Objectif Gard, en pleine préparation avant l’échéance qui se profile à la fin de ce mois de juillet à Londres.

Blandine Dancette - Photo © LFH

Objectif Gard : Blandine, vos impressions pour ce qui doit être votre première participation aux J.O. dès le 27 juillet prochain ?

Blandine Dancette : « J’ai travaillé toute l’année pour essayer de me faire une place parmi les 14 joueuses qui participeront aux jeux olympiques, aujourd’hui je fais partie de la sélection. Je suis très heureuse de participer à mes premiers JO, c’est un grand évènement, la compétition va être difficile mais j’ai hâte d’y être… »

O.G. : Après votre éventuelle déception en finale au Brésil, et un joli parcours malgré tout, quel est l’objectif pour ces J.O. ?

B.D. : « C’était une déception à la fin de la finale au Brésil mais avec le temps on a digéré et surtout pris conscience que nous sommes allées chercher une belle médaille d’argent. Après le mondial, nous avons continué à travailler pour se qualifier pour les JO et maintenant que nous y sommes, l’objectif est une médaille. »

O.G. : Quel adversaire redoutez-vous le plus ?

B.D. : « Nous avons une grosse poule avec 5 pays européens (Espagne, Norvège, Danemark, Suède, France) et la Corée du Sud, tous les matchs vont être difficiles car ce sont toutes des grosses nations. La Norvège est le pays favori dans notre groupe car elles sont championnes d’Europe et du Monde en titre mais il faut se méfier de tout le monde, dans une compétition où il peut y avoir des surprises… »

 

Photo © HBCN

O.G. : Camille, comment voyez-vous cette deuxième participation aux J.O., après ceux de 2008, où vous aviez été blessée… Une revanche ? Quel goût a cette compétition pour vous personnellement ?

Camille Ayglon : « C’est une grande satisfaction, d’autant que cette qualification était difficile à aller chercher dans un tournoi de qualification olympique particulièrement relevé. Je garde un souvenir très intense de mes premiers JO à pékin en 2008. Malgré ma double fracture au nez sur le premier match, j’ai pu rejouer et finir la compétition avec l’équipe. La déception du quart de finale perdu sur le fil contre la Russie a été dure à oublier, mais aujourd’hui 4 ans après, je me souviens surtout de l’aventure humaine, et je suis vraiment très heureuse d’avoir l’occasion de vivre à nouveau des jeux olympiques. »

O.G. : Le tournoi auquel vous participez en Norvège en ce moment, c’est un véritable test grandeur nature ? Quels enseignements ? L’idée c’est déjà de trouver les solutions face à vos adversaires en compétition, par la suite…

C. A. : « Lorsque le tournoi a été programmé, les poules des J.O. n’avaient pas été encore tirées… les trois équipes que nous jouons ce weekend n’étaient pas toutes censées être nos adversaires aux JO dès la première semaine. Le sort en a décidé autrement, et même si le contexte est forcément particulier, ce tournoi nous permet de nous confronter à trois équipes qui peuvent prétendre à un podium aux J.O.. Cela va nous permettre de nous évaluer à deux semaines de notre premier match à Londres. »

O.G. : Parlez-nous des éléments sur lesquels vous pouvez compter pour aller loin aux J.O. et de ce qui peut éventuellement jouer contre vous ?

C.A. : « Notre force est avant tout notre défense. Ensuite nous nous appuyons beaucoup sur nos montées de balles et nos contre-attaques, puisque nous avons la chance d’avoir des ailières très rapides et performantes dans ce secteur de jeu. Je pense que nous avons une équipe très homogène, avec une très bonne condition physique, ce qui peut nous servir notamment sur l’enchainement des matchs. Si je devais nous trouver un éventuel défaut, je dirai notre manque de régularité. On est parfois capable du pire, alors il faut que l’on reste vigilantes à n’importe quel moment de la compétition… »

Rappel : Les handballeuses françaises, vice-championnes du monde en titre, rencontreront ce samedi 14 juillet à 16h50 les Danoises dans cet Open de Scandinavie.

Mickaël Attiach
mickael.attiach@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité