A la uneActualité générale.ActualitésFaits DiversFaits divers.

CATALOGNE : Retour sur un évènement qui a mobilisé des Gardois spécialistes du feu tactique

(image d'illustration) / D.R.

Tout est désormais sous contrôle en Catalogne, après les 14.000 hectares de végétations brûlés, comme l’on annoncé les pompiers. N’oublions pas le drame provoqué par la mort de quatre personnes (trois Français et un Espagnol) au cours de ce gigantesque incendie, visible à partir de Barcelone. 1.500 personnes, parmi lesquels pompiers, policiers, militaires, garde forestiers et volontaires ont dû combattre les flammes, avec l’appui d'importants moyens aériens, mais aussi de pompiers Gardois.

(Image d'archives) Commandant Nicolas Coste (Sdis 30), à la tête du détachement de huit sapeurs-pompiers Feu Tactique qui se sont rendu en Catalogne du 23 au 25 juillet 2012 - Photo © objectifgard.com / MA

Le commandant Nicolas Coste du SDIS 30 nous livre son témoignage après les deux jours passés sur le secteur de Terrades, au plus près des opérations, en Catalogne espagnole. Il était à la tête d’un détachement d’une équipe française de huit spécialistes en « feu tactique », une technique bien particulière et parfaitement éprouvée depuis près de quinze ans.

Objectif Gard : Comment avez-vous été mobilisé sur les lieux de cet impressionnant incendie qui s’est déclaré dimanche dernier, près de la ville frontalière de La Jonquère, dans l’Est de la Catalogne ?

Nicolas Coste : « nous avons été alerté au cours de la journée de lundi (23 juillet). J’ai été appelé dans le cadre du feu tactique par le centre opérationnel de zone d’Aix-en-Provence avec une équipe de cadre feux tactiques. Des sapeurs-pompiers formés comme il y en a 50 seulement en France. J’ai d’abord dû constituer et encadrer ce détachement de huit personnes, dont un autre Gardois : le Major Jean-Luc Gros (rattaché au centre du Vigan). Nous sommes d’ailleurs six Gardois sur la cinquantaine de sapeurs-pompiers formés au feu tactique. Avant d’arriver au poste de commandement général du feu à Figueras, nous nous sommes retrouvés sur l’autoroute à Narbonne, puis sommes passés par le poste de commandement Français au Perthus ».

O.G. : Et pourquoi venir chercher des pompiers Français alors… ?

N.C. : « Nous avons été appelés parce que le feu tactique est une technique qui permet de traiter des lisères de feux de forêts qui sont actives ou peu actives (peu violents). Cela permet ainsi de traiter l’opération sans avoir recours à beaucoup de matériels et d’engins, surtout là où nous étions, recouvrant 70 km de lisières. Dans le même temps, d’autres moyens plus lourds, sur des lieux accessibles pouvaient se déployer ».

O.G. : Quel est le secret de ce « feu tactique »… ?

N.C. : « C’est une technique déjà connue des anciens, et utilisée dans les Cévennes. Il s’agit de combattre le feu par le feu en quelque sorte. On allume un feu devant l’incendie principal, en s’appuyant sur une zone qui n’est pas combustible : une route, une piste, un champ de vignes ou un verger. C’est une technique qui s’adapte à la situation des lieux et des circonstances et qui vient en complément des moyens aériens, des techniques hydrauliques au sol etc. Depuis 14 ans, un groupe national s’est constitué. On a modernisé la technique. Elle est aujourd’hui écrite et codifiée, dans le cadre d’une technique de lutte contre les incendies planifiée et intégrée. »

O.G. : Où étiez-vous placé au cours de cette opération périlleuse et comment les opérations se sont déroulés ?

N.C. : « Nous étions engagés sur le secteur de Terrades, une partie très sensible, puisque le feu risquait de remonter vers la France par les Pyrénées. Nous étions associés au GRAFF espagnol (groupe de reconnaissance et d'appui feux de forêt) pour leur prêter main forte. Finalement, le vent ayant fortement réduit d’intensité dans la nuit de lundi à mardi, sur la zone envisagée pour installer les feux tactique, les pompiers espagnols ont pu maîtriser plus rapidement que prévu l’incendie. »

O.G. : Un coup de pouce du destin finalement dans un contexte aussi grave ?

N.C. : « Il faut savoir en effet que le gros problème (jusqu’à notre arrivée) était le vent. La vitesse de déplacement du feu était de 6km/h. C’est énorme ! Et les flammes se propageaient en direction des zones habitées ».

O.G. : Quelles étaient les particularités de ce spectaculaire incendie en Catalogne et qui a nécessité l’appel au feu tactique ?

N.C. : « L’association de plusieurs éléments : Une végétation sèche et continue sur la zone, une température élevée, une humidité dans l’air très basse ainsi que des vents forts. Toutes les conditions étaient réunies pour que le feu prenne vite et se propage rapidement ».

O.G. : Vous êtes arrivé sur place le lundi soir et reparti le mercredi… Tout s’est-il joué en deux jours ?

N.C. : « Nous avons passé effectivement deux jours pleins. Au deuxième jour, les pompiers Espagnols étaient moins débordés. Le mardi matin, il restait des foyers actifs et le soir, la situation était beaucoup plus favorable. Le vent s’est complètement dissipé la nuit. La journée du mardi 24 juillet a été déterminante. Le noyage important des foyers a été plus efficace parce qu’il n’y avait plus de vent ».

O.G. : Vous étiez les seuls pompiers Français sur place ?

N.C. : « Nous étions au plus près effectivement des évènements, à Terrades, à l’Ouest de Figuera. Les autres unités françaises se trouvaient dans le secteur Sud du Perthus, dans la partie haute du feu, là où il s’est déclaré à l’origine, avant de traverser la Jonquera d’Est en Ouest et de poursuivre jusqu’à Figueras plus au Sud. »
-----

A noter que « seuls » 20 ha ont brûlé dans la partie Française, contre 14.000 ha de végétation côté Espagnol.

Infos Plus :

Parmi les huit sapeurs-pompiers français spécialisés dans le feu tactique, on compte deux pompiers du Gard, deux de l’Hérault, deux des Bouches-du-Rhône, un de Lozère et un des Alpes-Maritimes.

Mickaël Attiach
mickael.attiach@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité