Actualité générale.ActualitésCultureFéria d'Alès.

FERIA D’ALÈS Ça gaze dans le gardon

La foule massée sur les quais pour voir les cavaliers à l’œuvre. Photo DR/RM

Dimanche après-midi à Alès, sous un soleil radieux trois manades s'affrontent pour un gaze plein de rebondissements. Le "gaze" c'est un abrivado qui se passe dans l'eau en l'occurrence pour l'épreuve alésienne dans le lit du Gardon où un un groupe de cavaliers, après avoir amaillé (encerclé) quatre taureaux doit les mener par deux fois dans l'eau avant de les ramener au camion. Trois manades au départ :  la manade Lafont, la manade des Coteaux et enfin la manade des Gardons qui a accepté de remplacer la manade Le Bouquet et pour laquelle il s'agit donc d'une véritable première.

Tous les cavaliers à l'eau pour les présentations Photo DR/RM

Parti la première la manade Lafont va effectuer un parcours impeccable, avec une entrée groupée dans le Gardon, suivie d'un parcours s'éloignant des berges pour revenir par un large virage sur les sable, surprendre velléités des attrapaïres par une légère accélération et un passage dans les terrains glissant et boueux pour retourner dans le Gardon en formation serrée, négocier une nouvelle sortie sans heurt et ramener les bêtes au camion. A les voir ainsi œuvrer, l'exercice semble presque simple.

Manade Lafont, onze cavaliers comme un seul homme pour sortir du Gardon. Phto DR/RM

La manade des coteaux de Gaillargues s'engage à son tour avec un première descente dans le Gardon assez facilement négociée. Un peu ralentie juste après la remontée sur le sable la troupe va donner la possibilité aux jeunes attrapaïres d'immobiliser un taureau qui sera relaché et a nouveau amaillé avant le deuxième passage dans le Gardon. Mais au milieu du Gardon, juste avant de remonter sur la berge deux taureaux vont s'échapper et il faudra partir les rechercher, ce qui sera fait sans difficulté avant un  dernier attrapaïre et le retour au camion.

Un parcours compliqué par l'intervention des attrapaïres pour la manade Les Cotaux. Photo DR/RM

La manade du Gardon aura moins de chance. Lors de l'entrée dans le Gardon, un cavalier va passer à l'eau, le cheval ayant perdu tout son filet. Le reste du groupe va parvenir à maintenir les taureaux jusqu'à la remontée où un autre cavalier situé  à l'extérieur va être mis en difficulté et tomber à l'eau à son tour. Les taureaux libérés sur leur droite vont retourner directement au camion. La manade des Gardons va donc entamer un second passage, cette fois parfaitement maîtrisé. Mais à la sortie de l'eau, dans doute à cause d'une consigne mal comprise, les cavaliers vont mener les taureaux  sous le Pont Vieux pour rentrer. Il faudra que les manadiers exécutent  un remarquable demi-tour avant d'effectuer une nouvelle fois le parcours, cette fois  sans encombre.

Sortie précipitée sous le Pont Vieux pour la manade des Gardons. Photo DR/RM

Raphaël MOTTE

raphael.motte@objectifgard.com

 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité