A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.CultureFéria de Nîmes.Féria Gard.Personnalités.PolitiquePolitique.Société

FERIA La ville sort la tête de l’eau des commerçants noyés sous le déluge. 3 dispositions compensatoires

Ce vendredi après-midi, à la faveur d'un point de presse où il a tiré le bilan mitigé de la Feria de Pentecôte, noyée deux jours sur cinq sous des trombes d'eau, Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, a annoncé une série de mesures destinées à compenser tant que faire se peut les pertes (de 30 % à 50 %) subies par les commerçants. A commencer par ceux qui avaient installé des extensions de terrasses, casetas, restaurants de plein-air sur le domaine public. Trois dispositions ont été prises :

- Une extension de la Feria des Vendanges d'une journée supplémentaire. Avec l'accord de Simon Casas, empresa des Arènes de Nîmes, la Feria débutera avec une corrida "qui va marquer" le jeudi 12 septembre et se poursuivra jusqu'au dimanche 15 septembre inclus. Elle se déroulera donc sur quatre jours - contre 3 auparavant - afin de compenser les manques à gagner de Pentecôte.

- Une dérogation exceptionnelle de fermeture tardive. Elle s'appliquera pour la soirée du vendredi 21 juin (Fête de la musique) et du dimanche 14 juillet (Fête nationale). Ces deux soirées, les établissements pourront prolonger leurs activités jusqu'à 3 h du matin, contre 1 h du matin les années précédentes.

- Un remboursement de 50 % du montant perçu pour l'occupation du domaine public. Cette mesure concerne les occupations temporaires liées à la Feria : extensions de terrasses, commerces ambulants, casitas, artisans, restaurateurs, bodegas sur domaine public. Le montant total des droits d'occupation du domaine public encaissé par la ville pour la Feria de Pentecôte s'élevait à 100 704 €. 27 241 € concernaient des extensions de terrasses existantes, 73 462 € des occupations spécifiques. Au total, 233 autorisations d'occupation du domaine public avaient été délivrées pour les montants allant de 17 € à 3 300 €, soit un montant moyen de 451 €. Les remboursements atteindront donc de 8,5 € à 1 650 €, soit en moyenne 225,50 €. Les bénéficiaires de ces dégrèvements doivent - après avoir réglé le montant qui leur a été signifié - adresser au service Commerce et Développement de la ville, 1, rue Hôtel Dieu, 30900 Nîmes, un courrier réclamant le remboursement de 50 % des sommes acquittées, en joignant un RIB.

Par ailleurs, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nîmes pourrait, à son tour, consentir des dispositions particulières afin de réduire la facture pour les commerçants lésés par le mauvais temps.

A venir, le bilan de la Feria de Pentecôte en matière d'animations, tauromachie, sécurité...

Etiquette

Vous aimeriez aussi

13 réactions sur “FERIA La ville sort la tête de l’eau des commerçants noyés sous le déluge. 3 dispositions compensatoires”

  1. Et quand les commerçants « explosent » leurs chiffres durant la feria, ils payent un « surplus » à la ville de Nîmes pour compenser les gains supplémentaires?

    1. quand on investit c’est pour gagner! les commerçants ont misé, le temps les a empecher de gagner de l’argent. c’est normal de les aider je pense! surtout que ce ne sont pas eux qui monopolisent tout le commerce à nimes

    1. Quant au coût pour les contribuables (dont font parti les aficionados) vous oubliez les recettes fiscales (TVA notamment), qui manqueraient au budget avec la fin des corridas.
      En effet, les centaines de milliers de spectateurs sont lors des corridas des citoyens assujettis à la TVA sur leurs achats et consommations : transports pour s’y rendre, repas, boissons, boulangerie, hôtels, achats divers chez les commerçants du lieu…
      Il y aurait aussi un manque de recettes TVA dû aux factures d’impression des affiches, prospectus, billets, publicité (journaux, affichages…), billets… qui n’auraient plus lieu d’être.
      Alors un peu plus de réflexions et d’analyses dans ce domaine comme dans tant d’autres ayant trait à la culture tauromachique SVP !

      Et puis si vous êtes inquiet pour les fonds publics regardez donc vers les niches fiscales, les paradis fiscaux, les dividendes versés au fonds de pensions, CAC40, exonérations de cotisations fiscales,etc, représentant des milliards € une montagne à coté des quelques subventions d’ordre culturelles…

    1. Oui, mais les commerçants ne sont pas dupes. Ils savent le mal que l’équipe Fournier-Lachaud-Proust leur a fait subir.

  2. Une honte quand il fait très beau les prix augmente pour la location des tentes ?
    et surtout que les commerçants prouvent la perte de chiffre -30 -50% qu’ il prouve les chiffres a l appuis ?

  3. Le « contribuable nîmois » sera le premier à se plaindre quand il n’y aura plus de commerçant de proximité !
    Bonne et utile décision de la Mairie, pour aider ceux qui risque leurs fonds personnels chaque année

  4. BREF c’est du GAGNANT GAGNANT
    Pensez vous sérieusement qu’ils déclarent tout…
    et pour les gars qui rackettent les bars ils feront comment?

  5. Cela fait quelques années que les commerçants ne se gavent plus il n’y a cas voir le nombre de bar et restaurant qui ferme ou qui ont déposé le bilan, alors oui la mairie à prie une bonne décision, pas assez courageuse vu le climat qu’il fait depuis 2 mois.

  6. Honte, c’est les administrés qui vont payer pour des commerçants, on privatise les bénéfices, mais on mutualise les pertes. Au fait c’est une habitude de gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité