A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS Nouvelle journée d’action contre le projet de golf à St Hilaire

La manifestation sur le parvis de la mairie d'Alès. Photo DR/RM

Alors que l'on attend dans les jours qui viennent les résultats de l'enquête d'utilité publique sur le projet de ZAD golfique, les opposants regroupés dans l'association Saint Hilaire durable entament ce samedi une nouvelle journée d'actions qui les conduit de la mairie d'Alès jusqu'aux champs ou seront symboliquement plantées des courges.

Les opposant se sont donc réunis ce samedi matin devant la mairie d'Alès pour venir déposer un chèque de 60 euros qui correspond au loyer du fermage du champs appartenant à Alès Agglomération qui sera labouré et planté l'après midi même. Le projet porté par Max Roustan et la municipalité d'Alès depuis 2004, puis par la communauté d'agglomération dont il assure la présidence semble focaliser l'action de l'ensemble de l'opposition politique qui est venu apporter son soutien aux manifestants. Jean Michel Suau, conseiller général PC Front de gauche rappelle qu'il est opposé à ce projet depuis la première heure, "Non pas que je sois contre l'activité sportive, que ce soit un golf ou autre chose, mais parce que ce projet cache une grosse opération immobilière et que ces opérations reposent sur un leurre , celui de vouloir changer la composition sociale de la ville. Or les politiques que nous vivons montrent plus que l'on déclasse une population dont on n'assure même plus les besoins en terme de logements sociaux. Ce qui motive tout cela c'est l'appât du gain, nous sommes toujours dans la même logique que les "surprimes" aux Etats-Unis. Mon groupe politique est contre ce type de projet et le restera".

Benjamin Mathéaud et Fabien Gabillon conseiller municipaux PS à Alès reprennent pour leur part  globalement les arguments  de l'association (voir nos articles) : faiblesse de l'étude marché initiale, problèmes hydriques (besoins en eau), stérilisation des terres agricoles à proximité de la ville.... Si le premier s'interroge plus particulièrement sur la pertinence du projet d'un golf "au final c'est quelques dizaines d'emplois tout au plus alors que St Hilaire a des réel besoins de conduire à la fois son développement urbain et économique sur des bases sérieuses"(1), le second insiste sur la répartition "qui veut que la gestion du golf repose sur les finances publiques ("et en quoi la gestion d'un golf relèverait-elle des finances publiques ?") alors des que les bénéfices de l'opération iront aux investisseurs immobiliers".

Représenté par Geneviève Blanc, vice présidente du conseil général du Gard et Déléguée à la prévention des risques, le groupe des écologistes et républicains apporte des arguments  avec son soutien "Ce projet couteux (20 millions d'Euros) va également à l'encontre du Plan Climat voté en décembre 2012 par le conseil général du Gard qui vise à lutter contre le réchauffement climatique"... Le groupe rappelle qu'il existe un autre parcours golfique à proximité  à Ribaute les Tavernes et s'interroge "sur l'avenir de l'immense complexe de St Hilaire  une fois que les pratiquants de ce sport, toujours en quête de nouveaux parcours s'en seront lassés".

La remise du chèque correspondant au fermage du champ cultivé. Photo DR/RM

Après avoir remercié les participants "et les agriculteurs absents parce qu'ils préparent le champ à semer" le vice-président de l'association Remy Coulet a rappelé le sens de la présence devant la mairie. "Nous sommes présents ici pour interpeller les élus d'Alès Agglomération sur leur positionnement sur le projet de ZAD  Golfique. Nous avons changé de siècle et nous changeons d'ère.  Ce ne peut être une vision d'avenir que de couvrir le sol de béton et de gazon au profit de quelques particuliers. Cela n'a rien à voir avec l'intérêt général. Aujourd'hui les citoyens font preuve d'une plus grande clairvoyance que les élus concernant l'avenir et nombre d'oppositions à des projets, comme celui de l'aéroport de Notre Dame des Landes par exemple mettent en évidence un modèle de développement dépassé, hérité d'un modèle périmé", Remy Coulet s'en est ensuite pris directement sous les huées à Dominique Granier "le Président de la Chambre d'Agriculture du Gard qui a modifié en dernière minute et sans l'avis de son conseil d'administration l'avis concernant ce projet".

(1) Benjamin Mathéaud a envoyé le même jour une lettre ouverte de trois pages à la présidente de la commission d'enquête publique développant sa position.

Etiquette

2 réactions sur “ALÈS Nouvelle journée d’action contre le projet de golf à St Hilaire”

  1. Il faudrait avant tout insister sur la confrontation de l’urbanisation nécessaire à la promotion d’un complexe touristique tel qu’un golf, sous un circuit de piste avion nécessaire lui à l’activité aéronautique, afin de ne pas impacter les populations existantes.

    Nous sommes dans le problème de l’urbanisme et l’aménagement du territoire, et malgré tout les élus de tous poils occultent le problème des populations futures qui seront soumises aux nuisances aériennes, qu’elles représentent les foyers fiscaux tant espérés, ou les populations appelées à se paupériser une fois installées dans la proximité d’un aérodrome, et dont la piste est active et ouverte à la circulation aérienne publique.

  2. Si c’est l’intérêt général qui est en jeu notamment à ST Hilaire de Brethmas avec ce projet « dit de golf » alors on est dans l’absurdité totale.
    Le plan B c’est le développement de l’agriculture biologique sur le site qui comprend 200 ha de terre.
    IL y a plusieurs jeunes agriculteurs qui souhaitent s’installer pour faire du bio.
    Il y a des Lycées agricoles qui forment ces jeunes pour ces métiers.
    Il y a des organisations professionnelles adaptées (Chambre d’agriculture ; Safer ; Civam Bio ; des services de l’Etat qui aident à l’installation en Bio etc).
    Le gouvernement en la personne de Stéphane le Fol, Ministre de l’agriculture vient de définir un objectif précis de développement de l’agriculture biologique (Doubler en 5 ans la surface agricole en BIO ; juin 2013).
    Le Président de Région Bourquin du LR a présenté, en présence du Préfet du Gard, en public son contrat de développement de la filière bio à……ST Hilaire de Brethmas en février 2012 !!!!
    Et pendant ce temps la demande des consommateurs pour le bio ne fait qu’augmenter.
    Que vouliez vous que fissent les responsables de l’agglo ?
    Qu’ils proposent ces terres aux agriculteurs !

    Et bien il ne faut pas réver dans cette démocratie formelle, ils les proposeront aux promoteurs pour un golf et des juteuses opérations immobilières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité