A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.EconomieEconomie.Personnalités.PolitiquePolitique.Société

LOGEMENT Nouveau plan quinquennal en faveur de l’habitat social : que serais-je sans toit !

Illustration de la synergie établie entre l'Etat et le Conseil général en faveur du mal-logement et/ou du non-logement,  le sixième Plan départemental d'action pour le logement des personnes défavorisées (2013-2017) incluant des actions du Plan départemental de l'accueil, de l'hébergement et de l'insertion, a été cosigné lundi soir par Damien Alary, président du conseil général et Hugues Bousiges, préfet du Gard.

Copiloté par le conseiller général Martin Delord, vice-président en charge de l'habitat et Isabelle Knowles, directrice départementale de la cohésion sociale, ce plan quinquennal s'organise autour de 33 actions (19 du PDALPD, 4 du PDAHI et 10 communes aux deux dispositifs) destinées en priorité à permettre aux personnes en difficulté d'accéder à un logement décent et indépendant ou de s'y maintenir. Il est mis en oeuvre par l'ensemble des partenaires mobilisés sur ce front : état, collectivités territoriales, caisse d'allocations familiales, associations et ONG, bailleurs sociaux et privés, agence départementale d'information sur le logement...  Tous étaient représentés dans l'auditorium du conseil général pour la présentation de "la feuille de route qui déterminera la politique du logement pour les cinq ans à venir". Cinq années qui ne seront, hélas, pas de trop pour mettre à niveau un département cumulant plusieurs handicaps : une croissance démographique deux fois plus forte que la moyenne nationale, des revenus moyens très faibles, un taux de population vivant sous le seuil de pauvreté établi à 19 % contre 14% au niveau national ou, encore, un gros déficit de logements sociaux (13 % contre 17 % en moyenne sur le territoire national), notamment dans le sud du département.

"Le Gard est surexposé. Nous aurions besoin de 11 000 logements sociaux, 3 600 seulement ont été pourvus, sachant qu'il y a des villes qui refusent les agréments pour faire du logement social. Il faudrait construire 1 000 logements sociaux par an pour rattraper notre retard en matière de non-logement ou d'habitat indigne, car il y a aussi dans notre département des propriétaires indignes, marchands de sommeil qui profitent de la vulnérabilité de leurs locataires pour se mettre de l'argent plein les poches", a commenté en substance le président Alary, qui mobilise chaque année quelque 42 M€ en faveur de l'habitat social. Ce propos a été partagé par le préfet Hugues Bousiges qui a estimé "légitime" l'irritation ressentie par les partenaires du PDALPD du Gard "lorsqu'ils mesurent l'écart entre les besoins croissants de logement et les réponses apportées en terme de construction".

"Le premier des obstacles est l'absence de volonté, il faut sans cesse inciter à la construction", a ajouté le représentant de l'état, qui a demandé à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de dresser l'inventaire exhaustif des principaux écueils freinant les programmes immobiliers. Pour ce qui est des marchands de sommeil, nulle indulgence ne mérite d'être accordée, aux yeux de Hugues Bousiges : "Je réclame à cors et cris la possibilité de les déférer en justice. Les locataires des propriétaires sans scrupules se taisent et se résignent parce qu'ils ont peur. Cette situation est indigne, il faut traduire en justice et faire condamner les marchands de sommeil".

Le plan 2013-2017 se décline selon les six objectifs suivants : développer l'offre de logement et d'hébergement pour le public du plan; améliorer les conditions de logement et d'hébergement; optimiser le rapprochement entre l'offre et la demande; accompagner les ménages et contribuer à leur solvabilité; prévenir les expulsions domiciliaires; renforcer le pilotage et l'animation du plan.

LE BILAN DU PLAN PRECEDENT (2007-2012)

971 logements très sociaux financés dans le parc public et privé.  450 logements rendus décents. 165 places ouvertes en pensions de famille. 45 offres de logements créées en intermédiation locative. Plus de 2 000 ménages aidés dans leur recherche de logement. 18 121 ménages aidés financièrement par le FSL dont 13 443 pour accéder à un logement et 4 678 pour leur permettre de rembourser un impayé de loyer.

Quelques chiffres-clés : 30 000 logements potentiellement indignes. 35 000 ménages percevant des minimas sociaux. 20 000 ménages ne subsistant qu'avec les allocations sociales. 68 000 ménages vivant sous le seuil de pauvreté. Moins de 80 ménages réellement expulsés. Plus de 221 M€ d'aides au logeùment payées par la Caisse d'allocation familiales  au bénéfice de 78 000 familles. 702 000 habitants dans le Gard, 303 000 ménages, 382 000 logements. 79 % de résidences principales, 179 000 propriétaires, 114 000 locataires dont 39 000 dans le parc social public, 75 000 dans le parc privé.

Etiquette

1 commentaire sur “LOGEMENT Nouveau plan quinquennal en faveur de l’habitat social : que serais-je sans toit !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité