Actualité générale.Actualités

INSOLITE La légende du Volo Biou à St Ambroix

DSCF7523
La légende du bœuf qui vole à St Ambroix. Photo DR/RM

Une année, tout le vin de la vendange, très abondante, se mit à moisir. Pour s’en débarrasser, le consul de St Ambroix eut une idée inspirée de la mythologie : il promit aux habitants de faire voler un bœuf à St Ambroix pour attirer les foules.

Des foules de curieux accoururent par milliers dans la cité où les St Ambroisiens se firent cabaretiers. Rapidement ils finirent tout le vin… même un peu moisi. En fin de journée, le boeuf s’envola au-dessus des toits des maisons. La chute fut brutale affirme la légende écrite par Albert Arnavielle, mais les excédents de vin dont dépendait la santé économique de la communauté furent épongés! Qui boira, verra!

Aujourd’hui, les 13 et 14 juillet, toute la bourgade revêt des costumes médiévaux, des tables sont dressées, où le vin du pays coule à flot (à consommer avec modération!) tandis que se produisent troubadours, jongleurs et saltimbanques. Puis à la fin de la fête, le bœuf part en procession à travers la ville jusqu’à son envol.

DSCF7516
Stefant est devenu un habitué du lieu avec ses armes en bois. Ph DR/RM

Depuis plus de 25 ans la cité cévenole attire ainsi les foules de touristes hollandais et belges des campings alentours mais aussi la population locale qui s'est habituée à se déguiser et à circuler dans les ruelles ombragées à côtés des gueux ou des soldats en armes à la découverte des différentes échoppes des artisans et des tavernes et terrasses. "Les choses ont peu changé au fil des années" explique Stéfant qui tient l'échoppe "Au bois d'armes" et travaille à Lamastre en Ardèche. "Il y a quelques années, au début de la crise économique, les gens ont été beaucoup plus critiques sur les produits  à cause des augmentations de prix. Il a fallu faire la preuve de la qualité de notre travail. Aujourd'hui je vends mes armes (cuir et bois) a des passionnés qui recherchent la pièce unique, même pour les enfants. Les gens regardent, il font le tour des propositions puis ils reviennent chercher l'arme qui les a séduit. Les hollandais et les belges ont une véritable passion pour ce type d'armes..."

DSCF7519
Dans les échoppes, on travaille sous les regard attentif du touriste. Ph DR/RM

Dans les ruelles les commerçants jouent le jeu, déguisés ou non ils sortent leurs étals aux cotés des échoppes à l'instar de Colette Janssens qui a ouvert sa boutique La Nature Humaine (Artisanat du Monde, découverte de la nature) le 23 mars dernier Place aux Herbes après avoir longtemps hésité sur une installation à Alès. Finalement j'ai organisé des stages (teinture à froid) avec une formatrice venue de la Drôme et le contact s'est immédiatement établi avec une clientèle locale.  "Dis papa, comment il lui ont collé ses oreilles"  demande une petite fille devant l'atelier du grimeur. Un peu plus loin, un rat géant balade une horde de gueux sur son dos, une troupe d'hommes en armes traverse la place. Imperturbable, le dessinateur de BD, Cyrille Le Faou dédicace l'album sur la légende du Volo Biou qu'il a publié l'an dernier.

DSCF7520
C'est mieux avec des oreilles d'elfe. Photo DR/RM

Après une visite rafraichissante aux  tavernes, on descend vers le plan du Moulin ou les "Sans terres de Régordane" de retour de la dernière croisade ont établi leur campement à coté de celui de la Guilde de la Grenouille, une compagnie mercenaire. Les "Sans terres" sont des bénévole passionnés qui se retrouvent pour participer à une dizaine d'animation par an. "Au départ nous étions une bande d'amis passionné par les fantastique" (la légende d'Arthur, par exemple, ndlr). "A la fin de 2009 on a décidé de passer à l'évocation historique" commente le président Eric Bourret, tout en détaillant pour les public la fabrication d'une côte de maille. Antoine Meens, étudiant en architecture à Toulouse ajoute, "Etre une troupe d'évocation historique suppose de nombreuses recherches préalables sur les différentes tenues portées selon le statut social ou l'origine géographique du soldat. En général chacun de nous possède son propre équipement. Nous disposons de d'armes en commun que nous pouvons nous échanger". "En, fait en plus des démonstrations de combats, ou de la fabrication des armes nous passons beaucoup de temps à répondre aux questions du public que cette période de l'histoire fascine" complète Eric Bourret, préparateur en pharmacie dans le civil.

DSCF7528
Gare au gueux et à leur rat. Photo DR/RM

Le programme se poursuit toute la soirée avec le feu d'artifice et le charivari du Volo Biou en bouquet final. A 17h30 Les Tambours du Velay en concert dans l'église puis Contes et Histoires. A 18h00 Déambulation féérique des Lucionits, et nouvelles échauffourées d'hommes en armes Plan du moulin. A 18h30 Farces médiévales: Jean de la Vache. A 19h00 Les Tambours du Velay sur les places de la cité.  A 19h30 Les Tornals en concert dans l'église. A 20h00 Ouverture des Tavernes pour les repas. A 21 h Les Tanarucks sur les places de la cité. A 22h30 Départ du Charivari du Volo Biou dans le marché médiéval. A 23h00 Envol du Volo Bièu et feu d'artifice puis vers 23h30 Charivari autour de la taverne et clôture.

DSCF7530
Sur le campement déserté par les troupes. Photo DR/RM

R.M

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité