Actualité générale.ActualitésPolémique.

ALÈS A propos de le fermeture de la garderie de l’école des Promelles

L'an dernier,parents et enfants des Promelles se battaient pur le maintien d'une classe,... qui a finalement été supprimée
L'an dernier, parents enseignants et enfants des Promelles se battaient pour le maintien d'une classe,... qui a finalement été supprimée. Photo DR/RM

Olivier Bourda, un père dont les enfants sont inscrits dans une petite école de proximité du quartier populaire des Promelles a envoyé une "Lettre ouverte" en  Mairie d'Alès sur le "service public" suite à l'annonce par téléphone de l'annonce de la fermeture de la garderie du soir."Depuis 1 an la garderie du matin a fermé par soucis de "rentabilité" car trop peu d’enfants la fréquentaient...," dit-il,  "et ce mardi, nous apprenons par téléphone que la garderie du soir pour laquelle nous payons (certes une somme modique) et que fréquentent nos enfants 3 ou 4 jours par semaine car nous travaillons, va également fermer car fréquentée par trop peu d’enfants, donc dans un soucis de "rentabilité". (Il est d’ailleurs notable que c’est nous qui ayons appris à l’employé de mairie la fermeture de la garderie et qu’il serait par conséquent "délocalisé" dans une autre école. Ce sont les propres mots de son chef de service ! A eux seuls ils traduisent bien l’état d’esprit général…) La question que je pose est toute simple : où est le "service public" dans tout ça? La mission d’une garderie scolaire est elle d’être "rentable" ou bien de permettre à des parents qui travaillent d’inscrire leurs enfants dans l’école de quartier la plus proche de leur domicile ? Cette "rentabilité" ne doit-elle pas se mesurer en prenant en compte l’échelle de la municipalité - voire de l’agglo dans laquelle il y a des garderies très fréquentées et d’autres qui le sont beaucoup moins ? Et d’ailleurs comment mesure-t-on la "rentabilité" d’une garderie ? Comment mesure-t-on la "productivité" d’un employé de mairie qui ne produit rien, si ce n’est un "service" ? Ce service ne doit-il pas être assuré, même s’il concerne peu de personnes, ce qui est justement la différence entre un "service public"  et un service assuré par une entreprise privée qui elle se doit d’être "rentable" ? En somme, que nous dit-on en fermant cette garderie, à nous citoyens moyens qui comme tout un chacun, travaillons et payons nos impôts, avec fierté qui plus est ? On nous dit : vous avez tort d’habiter un quartier populaire et d’avoir inscrit vos enfants dans l’école de ce quartier la plus proche de votre domicile, participant par là même au vivre ensemble et à la mixité sociale"  explique le papa en colère qui poursuit en relevant toute les incohérences qui découlent du fait de mettre les enfants dans une autre garderie, les services ne sachant d'ailleurs que répondre à une demande de changement d'école... Lors de la rentrée la municipalité avait évoqué la question de la migration des populations entre les différents quartiers d'Alès (voir ici) , notamment avec la fermeture par l'académie d'une classe aux Promelles, mais  l’accompagnement de ce processus au travers de l'organisation des services municipaux n'avait en revanche pas été évoqué.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité