A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS Le tourisme « à toute vapeur » avec le congrès de l’Unecto

MM Zielinger, Roustan, Poix,Testu et Balensi réunis lors du congrès de l'Unecto. Photo DR/RM
MM Zielinger, Roustan, Poix,Testu et Balensi réunis lors du congrès de l'Unecto. Photo DR/RM
MM Zielinger, Roustan, Poix,Testu et Balensi réunis lors du congrès de l'Unecto. Photo DR/RM

La fédération UNECTO (Union des Exploitants de Chemins de Fer Touristiques et des Musées) a réuni plus de deux cent congressistes à Alès ce week-end (voir notre article) pour travailler sur le développement de ses missions patrimoniales, touristiques et territoriales.

Comme en témoigne Maurice Testu du Chemin de fer de la baie de Somme le cinquième du top ten des trains touristiques avec 120.000 visiteurs par ans, juste après le Train à Vapeur des Cévennes (140.000), "la plupart de nos expériences sont issues au départ d'une démarche de sauvegarde patrimoniale. Sauver des lignes, sauver des matériels constitue donc le premier savoir faire de nos adhérents qui sont avant toute chose des passionnés". "Or aujourd'hui notre activité couvre d'autre enjeux, en plus de cette sauvegarde du patrimoine qui reste toujours d'actualité nous sommes devenus de véritables entreprises touristiques au service du territoire."

Un congrès pour travailler

Petit à petit la profession se structure et s'organise d'où l'importance de ces congrès qui sont des lieux d'échanges et de travail : Les plus belles réussites (et le Train à Vapeur des Cévennes en est une) inspirent les autres. "On est très loin du calibrage du sabot de frein" dit avec humour François Zielinger qui préside la  CITEV (compagnie qui exploite le train à vapeur des Cévennes), l'hôte de ce congrès.  "Bien évidemment l'Unecto porte tous les savoir-faire anciens qui permettent d'emprunter  et d'utiliser des voies de chemin de fer touristique voir mêmes commerciales. Mais nous n'avons pas la reconnaissance de la filière touristique qui elle-même à du mal a être reconnue comme un vecteur économique. Pourtant cette activité représente 4 millions de visiteurs en France, 400 emplois directs et plus de 400 emplois indirects" poursuit M. Testu. "Or on estime notre potentiel au moins au double  avec seulement un peu de marketing et des conditions d'accueil meilleures".

Max Roustan intéressé

Au delà de cet aspect purement économique, les chemins de fer touristiques pourraient devenir un enjeu dans le domaine de l'aménagement du territoire. C'est une évolution qui n'a pas échappée aux collectivités territoriales qui commencent à s'intéresser de près aux trains touristiques à l'image d'Alès du Gard et de la Région qui viennent d'investir dans la rénovation de la voie du Train à Vapeur des Cévennes (voir notre article). Le président de l'Agglomération, Max Roustan, présent lors du lancement de ce salon a d'ailleurs confirmé son intérêt pour la voie ferrée, sur le plan du tourisme, mais aussi pour y imaginer les déplacements doux de demain. "J'ai 80 bus qui entrent sur Alès tous les jours, dit le maire en parlant de la ligne nord, quant à celle de St Jean du Gard, on oublie qu'elle s'étend également jusqu'à Alès. Il manque juste 10 millions de travaux". "Adhérez à notre association" lui proposait jeudi soir dernier Louis Poix le président de l'Unecto "et nous vous aiderons à y parvenir".

 

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité