Actualités Gard.Municipales 2014.Politique

NÎMES 2014 Au tour de Sylvette Fayet de rejeter la faute sur Françoise Dumas

Sylvette Fayet au moment de son vote. Photo TD
Sylvette Fayet partira seule pour le second tour. Photo TD

Alors que Sylvette Fayet et Françoise Dumas étaient à deux doigts de s'allier pour le second tour, elles se font désormais la guerre, chacune accusant l'autre de la responsabilité de la non-validation de la liste commune en préfecture hier soir. Pour Françoise Dumas, si la liste d’union PS/Front de Gauche n’a pu être finalisée (lire ici), c’est parce que la candidate Front de gauche a déposé sa liste Vivons Nîmes Ensemble. Sylvette Fayet a évidemment livré une autre vision des événements, via un communiqué de presse.

La candidate Front de Gauche se défend des accusations portées à son encore. " Notre liste s'est donnée tous les moyens pour qu'un rassemblement des forces de gauche se réalise. Après des négociations sur le programme et sur la place de chacun, toutes les conditions nous semblaient requises ". C'est un problème d'égo dans la liste de Françoise Dumas qui aurait tout fait capoter. " À notre stupéfaction, la liste Nîmes Capitale n'a pas su gérer en interne, en temps et en heures ses propres colistiers, ce qui nous a conduit à déposer notre liste cinq minutes avant la clôture légale ", et ainsi assurer la présence d'une liste de gauche au second tour.

Sylvette Fayet assure qu'elle était prête à retirer sa liste dès que " la liste commune serait validée par le préfet ". Arrivée en préfecture à 17h58, Françoise Dumas aurait terminé " les opérations du dépôt de la liste fusionnée à 19h20 ". C'est à ce moment là " qu'il nous a été indiqué que compte tenu d'une jurisprudence, et vu les délais impartis, il n'était plus possible à la préfecture de retirer notre liste ", assure-t-elle. Plaidant sa bonne foi, Sylvette Fayet rejette donc clairement les responsabilités de l'échec de la fusion des deux listes.

 

Etiquette

12 réactions sur “NÎMES 2014 Au tour de Sylvette Fayet de rejeter la faute sur Françoise Dumas”

  1. Fayet ne supporte pas d’être arrivée derrière Dumas au soir du premier tour. Pire, si elle n’avait pas déposé sa liste dans le dos de Dumas alors la liste d’union aurait été validée.

    1. Il aurait fallu la présence de 28 colistiers de Sylvette Fayet pour valider la liste commune mais la responsabilité revient à toutes deux : d’une part du ps : une mauvaise direction, organisation auxquels il est possible d’ajouter les relations conflictuelles internes, qui du coup n’a pas été dans les temps pour prendre contact avec le PCF mais d’autres part à ce dernier pour ne pas avoir envisager la signature ou la présence des 28 colistiers. C’est un effet boule de neige et non de la responsabilité de Sylvette Fayet.

  2. Si l’entente s’était faite avant le premier tour, il y aurait eu une chance de détrôner Mr Fournier. Quel dommage que les incapables qui font de la politique ne comprennent pas que l’union fait la force. Ca fait pourtant longtemps que tout le monde le sait.
    Courage Nimes !

  3. Comment voulez-vous que, désormais, l’on vote pour l’une ou l’autre de ces deux listes alors que, contrairement à leur objectif de faire barrage au FN, elles le mettent désormais en deuxième position au conseil municipal ?… Avant même la fin des élections, elles ont faillies !

    Il ne reste à souhaiter qu’il y ait le moins possible d’élus issus de cette mascarade !…

    Certes l’union fait la force mais nous avons la triste démonstration que l’union des intérêts personnels ne contribue en rien à l’intérêt général.

    Il est temps de reconstruire avec des projets soutenus par des femmes et des hommes d’une autre envergure.

    Jean-Paul Boré a ouvert la voie… mais le chemin sera long et parsemé d’embûches en tous genres.

  4. Cette pantalonnade si j’ose écrire sonne le glas à un certain nombre de personnes jusque là indéboulonnables… Et ça ne peut être qu’un bien pour les nîmoises et nîmois qui ne supportent plus ces méthodes indignes, à des années lumière de la démocratie (clientélisme, guerres d’ego, manoeuvres politiciennes…)

    Bravo au positionnement de l’équipe de Jean-Paul Boré ! Jeune association de 3 ans, « TPNA » se doit de poursuivre son action novatrice qui ne peut que rassembler… et rdv en 2020 et – qui sait ? – à un nouveau scrutin anticipé à mi-mandat… (le mandat de trop ?)

    Bref, une quadrangulaire surprise qui fait encore parler de Nîmes au plan national…

    1. Boré a aussi sa part de responsabilité dans ce monstrueux cafouillage, il aurait du s’allier avec une des deux candidates arrivées devant lui, mais je suis abasourdi par le fait de demander la présidence de l’agglo ( soit la deuxième place sur les listes ) alors qu’il est arrivé en 5ème position, et par conséquent même pas qualifiable pour le second tour. Ah, EGO, quand tu me tiens …..

    2. TPNA Jean-Paul Boré a eu raison d’être exigeant… sans demander, rappelons-le, la présidence de l’agglo comme il a été dit abusivement.
      S’il avait joué le jeu des petits strapontins de consolation, il se serait, lui aussi, discrédité dans cette pantalonade.

  5. A qui la faute ? Aux deux puisque de toute façon à 17h58, après 2 jours de discussions, les tractations n’étaient pas terminées…
    Cette séquence « abracadabrandesque » illustre parfaitement l’incapacité de la gauche nîmoise, faites de magouilles et compagnie, à s’entendre pour un projet alternatif. Et pourtant à lire les programmes des deux listes les divergences ne sautent pas aux yeux. Il s’agit donc bien d’un problème de personnes et de sauvegarde de places que de politique au sens noble…
    Excédé, dépité…

    Mais il faut voter dimanche pour, chacun individuellement limiter au maximum le nombre de sièges du FN.
    Si les politiques ne construisent pas cela avec leur magouilles, nous, électeurs, nous gardons un rôle.

  6. C’est clair qu’avec un programme solide, des convictions, une campagne exemplaire,la gauche menée par Jean Paul BORE aurait pris la mairie haut la main.
    Quand on veut , il faut de la conviction et pas de l’amateurisme.
    Nîmes aura FOURNIER encore 6 ans.
    Bravo les branquignoles

  7. La proposition me semble-t-il de Jean-Paul Boré de répartir les 9 premiers de la liste d’union entre les 3 listes désireuses de fusionner était respectable et surtout équitable (les 3 premiers étant de facto les têtes de chaque liste du 1er tour).

    Pour mémoire, les scores obtenus étaient : 9,22 % (Boré), 12,04% (Fayet) et 14,73 % (Dumas) soit 16 900 voix sur 47 037 exprimés (86 000 inscrits)… Le résultat est bien maigre et l’écart n’est que de 5 points…

    Hormis les candidats au conseil communautaire, je ne crois pas une seconde qu’il a été évoqué la présidence de la communauté d’aglo… surréaliste !

  8. Je suis tout à fait d’accord avec Mistral perdant, la demande de la présidence de l’agglomération par Jean Paul Boré est un mensonge pour justifier le fait que les deux listes aient et avaient décidés de refuser la fusion bien avant le premier tour.

    Celui-ci demandait 3 candidats dans les 10 premiers et de rassembler des idées du projet.

    Avant de me mettre d’accord sur qui j’allais voter, j’ai lu les projets. Je dois dire que le projet TPNA a été étudié, construit sur du long terme et en fonction des nîmois. Il n’a pas été construit 15 jours/un mois avant l’élection comme certains partis l’ont fait. Bravo à M. Boré qui est humain, ouvert, solide et avec un projet intelligent et qui a été sur le terrain.

    Actuellement, je ne sais qui choisir, mon vote sera peut être blanc depuis les frasques de mardi car voter pour une liste entre 2 colistiers qui se battent pour les places, je me demande ce que cela serait en mairie. Surtout avec un représentant qui n’est pas assez fort avec ses colistiers pour leur dire stop! ça sera comme ça l’ordre des places! Le manque d’organisation, d’orientation et ne cherchant pas forcément la victoire, l’humiliation devant la préfecture, après il est normal que la confiance se perde surtout pour des événements sérieux comme les élections. Un parti à la hauteur de son gouvernement. C’est clair que l’image du gouvernement aurait pu être amélioré mais pas avec Nîmes.

    Je pense aussi qu’il ne faut pas seulement regarder le nom du parti lorsqu’on vote mais il est impératif de lire les projets surtout lorsque l’on voit des personnes à faibles revenus ou bas salaires votaient FN alors que si élu, ces mêmes personnes ne pourront pas accéder à des logements sociaux, étant donné que le projet dit les réservés qu’aux personnes ayant de l’argent. Et ce parti a vraiment des valeurs qui sont des « énormités » du temps de la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité