A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES Le ras-le-bol des voyageurs de la SNCF suite à la grève des cheminots

Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard

Partout en France, à l'appel de la CGT et de Sud-Rail, la grève des cheminots contre le projet de réforme territoriale a été reconduite aujourd'hui et demain. En gare de Nîmes, si certains voyageurs sont montés dans leur train comme prévu, d'autres ont été forcés de prendre leur mal en patience face aux retards et annulations. Témoignages.

Lisa, Montpellier, 45 ans

Photo © objectifgard.com
Photo © objectifgard.com

"Je comprends les raisons qui poussent les cheminots à faire grève mais le souci majeur, c'est que les horaires affichés ne sont pas respectés et c'est insupportable ! Nous sommes sont donc pris en otage et la SNCF ne tient pas ses engagements sur le minimum qu'elle doit à ses usagers. Pour l'instant mon train est affiché à la bonne heure pour Béziers, mais ça peut changer d'une minute à l'autre sans que les voyageurs en soient informés. S'il y a du retard, je prendrais mon mal en patience, comme tout le monde..."

Florence et Dominique, Nîmes, 50 ans

"Notre fils est à l'hôpital à Paris et nous devons aller le voir demain. On a un rendez-vous avec le médecin à midi. Pour l'aller, ça devrait aller. Mais pour le retour, il faudra se renseigner sur place à la gare de Lyon. On ne sait pas encore comment on va faire. Les méthodes des syndicats de la SNCF sont archaïques. S'ils veulent atteindre la direction, ils doivent bloquer la direction, pas les usagers, en laissant entrer les gens sans payer, par exemple".

Karim, Nîmes, 30 : "Je suis dégoutée parce que je devais rejoindre ma famille à Lunel. Là, j'ai plus de deux heures d'attente, c'est inadmissible ! J'ai appelé ma soeur à la rescousse pour venir nous chercher, moi, ma femme et mon fils de 4 ans. En plus, il fait chaud ! C'est vraiment pas notre journée".

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

7 réactions sur “NÎMES Le ras-le-bol des voyageurs de la SNCF suite à la grève des cheminots”

  1. Je propose qu’on arrête de subventionner la SNCF qui devra vivre exclusivement de ses recettes et de créer un comité de direction ou les syndicats seraient majoritaire en imposant un budget ÉQUILIBRER comme dans les collectivités territoriales.

  2. Cette grève est une grève d’intérêt général, pour la préservation du dernier grand service public français.

    Contre les explications fumeuses du ministre Cuvillier qui présente tout à la fois cette réforme comme eurocompatible et 100% publique, il convient de dire avec les cheminots qu’elle ne fait qu’entériner la séparation RFF-SNCF au lieu de les réunifier.

    Ne nous laissons pas abuser par les mots ! Créer une entité de plus qui chapeautera les deux autres, et appeler toutes ces entités SNCF n’est qu’un tour de passe passe sémantique pour masquer le maintien de la séparation du gestionnaire de l’infrastructure et de l’exploitant ferroviaire. C’est accepter et accentuer une séparation qui n’a qu’une seule finalité : préparer l’ouverture à la concurrence du rail, et son corrolaire, la mise en concurrence des salarié(e)s du secteur.

    Cette grève est essentielle : se joue ici le dernier acte du détricotage des services publics.
    Après la Poste, France Télécom, EDF, GDF, c’est la SNCF qui s’apprête à passer au laminoir de l’obsession bruxelloise de la concurrence et de la marchandisation.
    La conséquence en sera inévitablement l’inégalité de traitement, la concurrence accélée du transport routier, comme cela a été le cas pour le fret ferroviaire déjà ouvert à la concurrence. Que le service public ferroviaire puisse avoir pour finalité un aménagement du territoire répondant aux besoins sociaux et aux nécessités écologiques dont la lutte contre le réchauffement climatique voilà quelque chose que les idéologues de Bruxelles ne peuvent comprendre. Pour eux, seule la rentabilité financière compte !

    Parce que le service public est garant de l’égalité des citoyens, parce qu’il est le bien commun de tous, les cheminots qui se battent aujourd’hui pour lui se battent aussi pour tous.

    Le Parti de Gauche soutient cette grève et exige le retrait du projet de loi Cuvillier, la réunification réelle de la SNCF, la désobéissance de la France aux paquets ferroviaires déjà votés, ainsi que l’abandon du 4e paquet qui doit ouvrir le transport de voyageurs à la concurrence et qui est en cours d’examen au Parlement Européen.

    1. C’est toujours le même discours qui nous est donné par les syndicats de la SNCF et autres services de l’état :

      … DEFENSE DU SERVICE PUBLIC…

      Le problème, c’est qu’au nom de cette belle cause, nos (très) chers syndicats ont des revendications uniquement corporatistes… et il y a TROMPERIE !
      Car, plutôt que le service public, ils défendent, AVANT TOUT, les intérêts (et seulement les intérêts) des SALARIES du service public !
      Au bout du compte, leurs exigences se résument toujours à la même chose : augmentation des salaires, augmentation du nombre de salariés, diminution du temps de travail…
      Peu importe que le niveau de leurs salaires soient plus élevés que la moyenne, que leur temps de travail soit (largement) en dessous de la moyenne, qu’il y ait plus de retraités à la SNCF que d’actifs (avec des avantages indus)… il leur faut toujours PLUSSS pour, soi-disant, améliorer le service public.

      Pour nos chers syndicats, l’argent nécessaire à cet objectif n’est jamais un problème… l’état y pourvoira… comment ?… on s’en fout !…

      Mais surtout ne leur demandez pas d’être un tant soit peu responsable face aux usagers/contribuables !

    2. Arrête de nous ennuyer avec des explication qui ne valent rien vous avez des acquis sociaux que personnes n ‘à moi je bosse au smic et je galère alors arrêter de vous plaindre vous ennuyer toujours les même honte au syndicats. La seul chose que vous allez faire c est nous dégoûter de vous écouter vivement que vous soyez privatiser se sera plus chères mais au mois on aura des trains à l heure

  3. Ras le bol de la SNCF…. les enfants de l ecole publique du village se sont retrouves otages par des personnes privilégiées…si ils ne sont pas content de leur condition de travail…qu ils aillent travailler dans le secteur privé….ils seront moins hostiles a la grève…..ils sont incompétents……les enfants sont restes bloquer en gare de paris gare de lyon….et quand enfin ils sont presques arrivés en gare de nimes….a nouveau bloquer par des incompétents sur la voie….et je ne vous parle pas du personnel au point information de la gare nimoise…dans leur bureau qui en ont rien a faire que des enfants soient arretes a 5 minutes de leur destination ……j ai honte pour eux….mais heureusement que leur instituteur et les parents accompagnants ont gere avec efficacite la situation…..enfin des professionnels qui assument leur responsabilite….rien a voir avec les salaries de la SNCF qui sont et seront des incapables….trop cher payer pour leur peu de motivation a leur travail

  4. Vive la grève générale.

    Ça bouge dans plusieurs secteurs.

    Les salariés vont balayer le gouvernement et le reste qui cavalent après le mangeoire au pouvoir.

    Avec ce genre d’article, la presse est condamnée. Heureusement que les réseaux sociaux sont là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité