A la uneFaits DiversJustice.

NÎMES Il s’introduit deux fois dans le véhicule d’une inconnue qu’il espérait épouser

Photo (Tony Duret/Objectif Gard)
L'individu a été retrouvé sur la banquette arrière du véhicule de la victime. (Tony Duret/Objectif Gard)

Jugé mardi au tribunal correctionnel de Nîmes, un Marocain de 31 ans a justifié son intrusion dans le véhicule de la victime par la déception née de l'échec d'une demande en mariage.

C'est bien connu, tous les hommes essayent de se creuser la tête quand il s'agit de faire leur demande en mariage. Une jeune nîmoise en a fait l'amer expérience. Employée dans une chaîne de fast food réputée, Sarah a eu la surprise d'être abordée par l'individu ayant fracturé sa voiture pour dormir sur la banquette arrière. Par deux fois, dans la nuit du 6 mai et du 15 mai 2014, elle a retrouvé Elbir, Marocain de 31 ans, allongé dans son véhicule après avoir brisé la fenêtre. La seconde fois, l'individu était toujours en possession de la pierre qui lui avait servi pour entrer. Au-delà de l'infraction, c'est surtout la défense d'Elbir, arrivé en France en 2011, qui interpelle. " Son frère m'avait promis sa main. Nous devions nous marier et comme elle ne voulait pas, j'ai agi par déception ", assure le prévenu qui n'a aucun domicile répertorié en France.

" Je ne le connais même pas "

Ce que conteste fortement Sarah, en pleurs devant la présidente du tribunal, Florence Sylvestre. " Je ne le connais même pas. Il a travaillé avec ma sœur il y a deux ans dans une boulangerie mais c'est tout. Je le voyais roder dans le quartier mais je croyais qu'il s'agissait d'un voisin ". Elbir lui a bien fait la demande en question mais la jeune femme l'a immédiatement renvoyé dans les roses. " On ne se marie pas avec quelqu'un que l'on ne connait pas. Dans notre famille, chacun épouse qui il veut ". Son avocate évoque même " un contexte de harcèlement ", puisque Elbir a répandu la rumeur dans tout le quartier avant de commettre sa seconde intrusion dans le véhicule de Sarah. " Il a voulu s'imposer dans sa vie ", a résumé le procureur de la République, Albert Cantinol. Finalement, Elbir a été condamné à huit mois de prison dont cinq avec sursis. Il devra verser 1 000€ de préjudice moral à Sarah et a interdiction de l'approcher ou d'essayer de la contacter. " Je compte repartir dans mon pays ", a-t-il réagi. En célibataire...

Jean-Marie Cornuaille

jeanmarie.cornuaille@objectifgard.com

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité