A la uneEconomieEconomie.L'Eco du Mardi

L’ECO DU MARDI Port Camargue, ce port qui dynamise le département

Vue aérienne de Port-Camargue au Grau-du-Roi. DR
Vue aérienne de Port-Camargue au Grau-du-Roi. DR

En partenariat avec les CCI de Nîmes et d’Alès-Cévennes, Objectifgard vous offre, chaque mardi, un focus sur la situation économique du Gard. Coup de projecteur cette semaine sur Port-Camargue. En cinquante ans, la commune du Grau-du-Roi a bien changé. En 1964, ce village n’était qu’un petit port de pêche de 2 500 habitants que des âmes de bonne volonté vont radicalement transformer pour en faire aujourd’hui le plus grand port de plaisance d’Europe.

80 hectares de domaine public. 15 kilomètres de quais et de pontons. Un port d’une capacité totale de 5 000 places. Les chiffres qui racontent le Port Camargue d’aujourd’hui sont insolents si l’on remonte cinquante ans en arrière et au projet - fou ? - d’une poignée de visionnaires parmi lesquels l’audacieux Jean Lasserre, directeur de la CCI, Jean Bastide, le maire du Grau-du-Roi et l’architecte en chef de la Grande Motte, Jean Balladur. Ces trois hommes vont prendre une première décision capitale : construire une digue à la pointe de l’Espiguette pour dévier vers le large la flèche sablonneuse qui menaçait la pêche au grau-du-Roi. Sur leur lancée, ils vont engager des grands travaux : les marinas, les premiers immeubles collectifs au bord de l’eau - des constructions impossibles aujourd’hui en raison de la loi sur la protection du littoral -, les bassins portuaires, la première station d’épuration…

Un photo de Port Camargue datant d'octobre 1967. DR
Une photo de Port Camargue datant d'octobre 1967. DR

Aujourd’hui, Port Camargue, il ne faut pas avoir peur de le dire, est une réussite. Une réussite environnementale car le site, en plus de son pavillon bleu, est classé ISO 14001, une référence en matière de management environnemental. Mais c’est avant tout une réussite économique. En 2012, le chiffre d’affaires annuel (direct et induit) était de près de 72 millions d’euros. A titre de comparaison, il était de 41,6 millions d’euros dix ans plus tôt. Une augmentation de 72% !

Le jet-ski, l'une des nombreuses activités proposées à Port-Camargue
Le jet-ski, l'une des nombreuses activités proposées à Port-Camargue

Concernant l’emploi, Port Camargue résiste à la crise avec ses 392 salariés à temps plein. Ils étaient 401 en 2002. Ces excellents chiffres, Port Camargue les doit en grande partie au secteur du nautisme qui participe considérablement au développement local. Chaque jour, ce sont des centaines de touristes qui viennent s’essayer à tous types d’activités : voile, jet ski, bateau à moteur, canoë-kayak, aviron… « Avant 2002, il n’y avait que des personnes qui possédaient un bateau qui venaient sur le port. Aujourd’hui, avec le développement de toutes ces activités, tout le monde peut venir », conclut Bernard Suzzarini, chargé de la communication à la Capitainerie de Port-Camargue. Et tout le monde vient ! Même le soleil.

Rendez-vous la semaine prochaine à la même heure pour un nouveau numéro de l’Eco du Mardi. 

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité