A la uneEconomieL'Eco du Mardi

L’ÉCO DU MARDI Itesoft leader français de la dématérialisation informatique

Photo DR
Photo DR

À Aimargues, la société Itesoft surfe sur le marché de la dématérialisation et des logiciels de traitement automatisés à destination des entreprises. Un secteur en plein essor tourné vers la recherche et le développement.

Crée en 1984, la société informatique Itesoft évolue dans un secteur en perpétuel changement qui nécessite une adaptabilité à tout épreuve. La même année qui voit naître le premiers ordinateur personnel Macintosh d'Apple, Itesoft a connu tous les bouleversements de la société que les nouvelles technologies ont engendrées. Pour Didier Charpentier, président-fondateur de l'entreprise basée à Aimargues, ces nouvelles technologies modifient constamment les besoins des professionnels. "Elles apportent de nouvelles solutions mais également de nouvelles attentes de nos clients". Sa société est leader sur le marché de la dématérialisation de données. Son rôle ; "automatiser la capture et le traitement des flux d'informations qui rentrent dans l'entreprise", comprenez : informatiser des documents matériels comme des factures, des courriers, des commandes, et numériser les informations utiles à l'entreprise. Un processus automatisé qui permet d'accélérer et de fluidifier les paiements et les enregistrements des données. Pour le stockage, Itesoft propose deux solutions adaptées aux entreprises : un stockage interne géré par le client, option qui concerne principalement des sociétés à grande ampleur, ou un stockage dans le "cloud" appelé Yooz, serveur web informatisé accessible par tous.

Un nouveau logiciel capable de détecter des fraudes

Une formule qui réussi très bien à l'entreprise qui enregistrait en 2014 un chiffre d'affaire global de 23 millions d'euros entre les deux sites de l'entreprises (l'un à Aimargues et l'autre à Ruel Malmaison). Itesoft emploie 200 personnes dont 130 sur le site d'Aimargues. Parmi les clients de l'entreprise, des grands noms de l'économie française - Alinéa, Kiabi, Point P, le Crédit Agricole, la Société Général, IDTGV ou encore la Caisse Primaire d'Assurance Maladie et Familiale. Au total, la société gère un porte-feuille de 600 clients rattachés directement aux services d'Itesoft, et environ 1 200 rattachés à Yooz, le serveur web de stockage sur le "cloud". Depuis le 1er janvier 2015, ce service s'est transformé en société du groupe Itesoft. Toujours tourné vers l'avenir, son président-fondateur reconnait qu'une grande part du chiffre d'affaire est attribué au secteur recherche et développement. "On est sur un marché en phase de croissance qui se renouvelle chaque jour. C'est primordial pour nous nous réinventer. La recherche et le développement, chez Itesoft, représente plus de 18 % du chiffre d'affaire". Et dans les tuyaux, c'est un nouveau logiciel de détection des fraudes qui devrait voir le jour. "La fraude va se développer autant que la dématérialisation. Nous nous penchons désormais sur la création de logiciels capable d'attirer l'attention sur des failles que l’œil humain ne détecte pas toujours." Dans le collimateur, les fausses factures notamment. "Ces logiciels seront capables de détecter les incohérences pixel par pixel."

Avec 5 % de croissance annuelle, Itesoft peut se targuer d'être en première ligne du numérique dont la dématérialisation reste un secteur avant-gardiste et prometteur.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité