A la uneActualitésFaits Divers

FAIT DU JOUR Nîmes : l’infernal conflit de voisinage aux Courlis

Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Depuis sept ans, Arlette est en guerre ouverte avec son concierge Mounir*. Ce dernier est aussi en litige avec d'autres dames âgées de cette résidence qu'il accuse de racisme. 

Mais quelle mouche a piqué les résidents du paisible lotissement "Les Courlis" ? Depuis sept ans, les querelles sont multiples dans cet immeuble de la route de Générac à Nîmes. Arlette, 67 ans, locataire depuis 30 ans de ce lotissement géré par Habitat du Gard, est enlisée dans un conflit avec son surveillant d'immeuble et salarié du bailleur social public, Mounir. Avec sa femme et ses quatre enfants, il s'installe en 2009 dans un appartement, situé juste en-dessous de celui de la sexagénaire. Au début, tout se passe bien, les relations entre voisins sont cordiales : pas un mot plus haut que l'autre, on se dit bonjour, on se respecte… Normal. Mais, quelques mois plus tard, tout bascule : le point de rupture de cet équilibre si fragile est rompu. Arlette, la brave sexagénaire, se souvient : "je suis allée le voir un après-midi pour lui demander de faire attention au bruit le soir. Il ne l'a pas supporté et la situation a dégénéré", raconte Arlette qui plaide sa bonne foi en assurant "n'avoir jamais eu de problème avec un locataire de mon bâtiment".

"Des insultes, des injures, des crachats"

Les jours, les semaines passent. Le temps qui s'écoule, loin d'apaiser les tensions, fait déborder le vase de la rancune. La sexagénaire demande alors une conciliation avec Mounir : "cela n'a pas marché puisque le concierge continue de me harceler. A chaque fois que je le croise et que je suis seule, ce sont des insultes, des injures, des crachats". Dans l'entourage du salarié d'Habitat du Gard, la version est toute autre : "elle est tout simplement raciste. Depuis que le concierge est arrivé avec sa famille, plusieurs dames lui font des réflexions désagréables. Lorsqu'ils sont revenus de vacances, elles ont lancé ironiquement 'alors, ils sont où les chameaux ?'. Quand il fait le ménage, on entend 'ah, c'est le produit de l'arabe !' C'est invivable !". Qui dit vrai ?

Entrée de la résidence des Courlis. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Entrée de la résidence des Courlis. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Des accusations graves que réfutent formellement Arlette et ses quatre voisines actuellement en procès avec Habitat du Gard. Après une altercation physique il y a un an - on y reviendra - le bailleur social a décidé de porter plainte et de résilier le bail de ses quatre locataires. Selon une autre source, un ancien concierge, lui-aussi d'origine étrangère, aurait demandé sa mutation après des altercations similaires.

Entre Arlette et Mounir, on l'a compris, c'est la guerre. Les lettres recommandées d'Arlette arrivent en rafale à Habitat du Gard, au Département, à la mairie et même à Nîmes Métropole… A ce jeu de "parole contre parole", difficile de démêler le vrai du faux. "Elle jette sa poussière et ses saletés sur le balcon du concierge. Sa voiture a même été arrosée d'huile de cuisine", soutient le clan du concierge. "C'est lui qui nous a mis de la colle sur notre voiture parce que nous avons eu le malheur de nous garer sur la place de parking qu'il s'est octroyé", rétorque-t-on chez les soutiens d'Arlette. On ne mettra pas les deux camps d'accord.

Des insultes aux agressions physiques 

Seulement, l'année dernière, les tensions sont montées d'un cran. Les insultes ont laissé place aux agressions physiques avec une première altercation entre la femme de Mounir et plusieurs dames âgées, dont Arlette ne faisait pas partie. "La femme du concierge s'est faite agresser, on lui a arraché son voile", assure l'entourage du concierge. "C'est faux, c'est elle qui a attrapé une de ses voisines par le cou", répond Arlette qui, du haut de son balcon, a assisté à toute la scène.

Il y a quelques semaines, le fils d'Arlette, Julien, s'est fait agresser dans la cage d'escalier de l'immeuble. Des trémolos dans la voix, sa mère, fixant son regard humide sur les photos de son fils amoché, raconte : "il a perdu connaissance dans l'escalier. On l'a pris par surprise. Lorsque je suis sortie, j'ai vu le concierge et ses enfants… J'ai porté plainte contre le concierge et son fils. Ca, je ne le laisserai jamais passer". Déterminées, celles qu'on appelle désormais "les mamies des Courlis" sont prêtes à aller jusqu'au bout pour faire valoir leur bonne foi. Même discours pour la famille du concierge, en arrêt maladie pour dépression depuis un an. C'est maintenant à la justice de trancher sur cette affaire qui prend en otage les dizaines d'autres occupants de la résidence…

*Le prénom a été modifié. 

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

15 réactions sur “FAIT DU JOUR Nîmes : l’infernal conflit de voisinage aux Courlis”

  1. C’est pas juste pour ces pauvres dames. Plus de 20 ans sans problèmes et tout d’un coup elles seraient devenues méchantes. J’y croit pas.

    1. TITI, tu devrais apprendre à lire : « l’ancien concierge, lui-aussi d’origine étrangère, aurait demandé sa mutation après des altercations similaires »

    2. Vous avez raison de ne pas y croire Titi. Notre ancien surveillant Monsieur Carlac Daniel était originaire de la Lozère. En 2008 il est parti à la retraite et il est décédé à ce jour. Sa dame nous soutient dans notre combat. Jamais de soucis avec lui. Il y a eu une erreur de la journaliste.

  2. je peux affirmer que ces dames ne cherchent pas du tout les problèmes. Je l’ai connaît depuis longtemps car ce sont des amies de ma propre grand mère. Et je suis témoin des divers actes de vandalisme qu’elles ont subit. Et si vous vous renseignez mieux ce cher Mounir a déjà eu bien des soucis dans des quartiers différents ! Tiens tiens … Et là ça serait 4 dames âgées avec une condition physique de leur âge qui le martyriserait ,je rêve !!!! Les uns diront qu’elles sont racistes. Et bien le racisme existe aussi envers les français !! Sachez le mon cher Yves !!!!

  3. erreur de la journaliste. Monsieur Carlac notre ancien surveillant est parti a la retraite et il était originaire de la Lozere. Yves, arrêtez de parler sans savoir. C’est mon fils qui s’est fait « massacrer « 

  4. oui y a une erreur sur l’ancien gardien, qui était un homme discret et toujours a l’écoute de ses locataires………et il était originaire de LA LOZERE et il est parti prendre sa retraite dans cette belle région , donc rien a voir avec ses origines…… faut réfléchir un peu avant de parler.

  5. Je suis la fille aînée d’une des mamies , et la sœur du garçon qui s’est fait agressé dans la cage d’escalier de ma maman qui est la même cage d’escalier de la famille de  » Mounir « . Les enfants de celui-ci lui ont tendu un guet-apens. Tous les locataires ont entendu, certains ont vu, mais personne n’a bougé. Bonjour la solidarité ! Ma maman se fait insulté, menacé, craché dessus, bien évidement sans que monsieur « Mounir  » ou ses enfants soient vu par qui que se soit !!!!! C’est mieux d’être lâche sans témoins !!!! Ces personnes là s’autorisent beaucoup de choses sous couvert de leur bailleur. Faut-il qu’il arrive malheur a ma maman pour que quelqu’un croit enfin ce qu’il se passe en RÉALITÉ dans cette résidence ??????!

  6. j’ai oublié de préciser que j’ai vécu dans cette résidence du temps où Monsieur Carlac Daniel était notre surveillant, et jamais nous n’avons rencontré quelque problème que se soit. j’ai également oublié de préciser que ma maman, que l’on accuse de  » raciste « , a quand même vécu 14 ans avec mon beau père (aujourd’hui décédé), d’origine tunisienne/algériènne !!!!!!!!!

  7. ça fais plus de 15 ans que nous sommes là et comme vous dites tous, l’ancien surveillant Mr Carlac était tellement discret que nous au souléiés on ne le voyait jamais, on allait le voir quand on avait besoin de rien. la résidence était nettoyée quand il pleuvait et j’en passe, on avait de la chance quand il sortait les poubelles! ou alors elles étaient trop loin pour lui?!
    En tous cas, avec  » Mounir  » la résidence est nettoyée, les poubelles lavées toutes les semaines, dès qu’on lui demande quelque chose, c’est fait, il suit les travaux et s’inquiète de savoir si l’entreprise est venue ou pas !!! il n’a jamais un mot plus haut que l’autre, ses fils sont aussi serviables que lui, au vu des dires de ces grands mères, c’est le diable en personne, peut-être qu’elles devraient se poser la bonne question : pourquoi il est ( sensé )être comme ça avec elles ?????? peut-être ne savent elles pas le minimum c’est déjà le bonjour simple de la journée? la plupart des gens maintenant vous regardent de travers quand vous leur dites bonjour, elles ont peut-être été choquées les braves dames de sa gentille et disponibilité ?
    en plus dans l’article, Arlette n’est soit disant pas là le jour de l’agression de la femme de Mounir, pour 2 ligne après avoir tout vu du balcon! Alors elle était là ou pas, ce ne serait un peu pour en rajouter? et pour l’agression du fils comment voisins ont pu voir quelque chose de précis de la façon dont sont faites les cages d’escaliers et en plus sans ouvrir la porte ??? bizarre bizarre …. je pense plutôt que certaines personnes sont habituées à être  » obéies  » au doigt et à l’œil et quand ça marche plus ferraient n’importe quoi …. pour que ça marche, à leur age, ça les occupe.

  8. Monsieur DAFFY, venez me rendre visite si vous êtes un homme. J’habite juste au dessus de « mourir » et je vous garanti que vous allez être surpris!!!! On ne doit pas connaître la même personne!!!! Quand à Monsieur Carlac Daniel, je le connaissais depuis 1985. C’est lui qui nous a remis les clefs de nos appartements. Au Courlis, nous n’avons jamais eu à s’en plaindre. Vous salissez sa mémoire !! Je vous attend DAFFY, quand vous voulez

  9. mon cher DAFFY, si tu es au souléiés depuis 15 ans , moi cela va faire 30 ans que je suis au Courlis, et je me dis que tu n’as pas honte de parler de notre ancien gardien aujourd’hui décédé, comme tu le fais, si il n’avais pas nettoyé ta résidence et sorti les poubelles croies tu qu’habitat du gard aurait laissé passer cela, réfléchi un peu avant de parler…… Monsieur Carlac était un homme très serviable a l’écoute de ses locataires, et surtout très discret et n’ameuter pas la résidence par des éclats de voix comme on le constate maintenant….. par ton ami Mounir C’est tellement facile de critiquer des locataires lorsque l’on entend qu’une version des faits…….alors renseignes toi mieux la prochaine fois et je souhaite pour toi si tu as des enfants qu’il ne leur arrive pas ce dont a subit le fils d’Arlette , car pour information ses voisins sont sortis dans le couloir lors de l’agression et n’ont pas réagis et cela s’appelle :non assistance a personne en danger
    je te souhaite de vieillir aussi bien que ces dames.

  10. Bien facile de parler de choses qu’on nous raconte sans même savoir vraiment ce qui se magouille dans le dos des gens !!un jour les pendules seront remises à l’heure et beaucoup de ces calomnieux seront surpris!!!sans plus de commentaires !la roue va tourner!!!!

  11. bonjour a tous ,je suis locataire au soulaies depuis 16ans , je n est jamais eu aucun soucis monsieur mounir est un homme et un employé modèle
    très serviable et dévoues dans son travail en tout cas moi je n est rien a lui reprocher quand a ses enfants et son épouse son très polis et très discret voila !!!!

  12. Bin voyons ! Si je comprend bien, toute la famille de ces mamies « sympathiques » s’est donnée rdv dans ces colonnes… pour parler d’un mort, et être les seuls à dire du mal de Mounir. Ça n’a pas l’air d’être le cas des autres…

  13. Bonjour,
    Que de haine et de colère à travers vos mots Arlette ! c’est malheureux, à votre âge ! est-ce cette vie qui nous attend plus tard? Pourquoi ne pas profiter de bons moments avec vos enfants, votre entourage, de vous engager dans une structure associative qui aurait besoin de votre énergie et venir en aide aux plus démunis.
    Rappelons que nous sommes dans un quartier les plus tranquille avec une mixité sociale exemplaire, des personnes d’origines et d’horizons différents, pourquoi ne pas en faire une force !
    Je suis atterrée qu’en 2015 (si ces paroles sont vraies) qu’on puisse tenir pareils propos, le concierge est au contraire, toujours aimable et poli et fait son travail le plus sérieusement possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité