A la unePolitique

ÉDITO J. P. Fournier et Y. Lachaud entretiennent un … bon rapport !

Yvan Lachaud, président de la fédération UDI du Gard et Jean Paul Fournier, président du parti Les Républicains du Gard. Photo : Coralie Mollaret.
Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole et Jean Paul Fournier, sénateur maire de Nîmes. Photo : Coralie Mollaret.
Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole et Jean Paul Fournier, sénateur maire de Nîmes. Photo : Coralie Mollaret.

Toute la presse locale s'est faite l'écho cette semaine du nouvel épisode dans la guerre qui oppose Yvan Lachaud et Jean-Paul Fournier. Copains comme cochons pendant les municipales, ces deux là semblent avoir rompu leur pacte de l'amitié pour faire valoir leur autorité dans leur édifice, le tout sous fond de négociations autour des régionales.

Alors que s'est-il passé pour provoquer cette tempête (dans un verre d'eau) plus médiatique qu'autre chose ? Apparemment, une histoire autour du dernier rapport de la chambre régionale des comptes au sujet de la gestion de l'Agglo de Nîmes. Un rapport qui concerne les exercices 2008 et suivants plutôt positif pour l'ancien président Fournier à part peut-être du côté des transports et de la gestion du personnel, pas de quoi fouetter un chat !

Alors pourquoi tout ce pataquès dans la presse après la divulgation restreinte d’une copie de ce rapport en commission de finances de Nîmes Métropole ? La règle, c’est vrai, veut que le président en exercice au moment des faits, dispose d’un délai d’un mois pour faire des observations à annexer, le cas échéant, au rapport qui, lui, reste définitif. Nîmes métropole s’est pris les pieds dans le tapis. Yvan Lachaud le reconnaissait cette semaine en conférence de presse : "J’ai admis qu’il y avait une erreur de l’administration et j’ai joint une lettre d’excuses du directeur général des services et du secrétaire général. Personnellement j’assume, même si je n’étais pas au courant". Ce dernier minimise la portée de l’erreur et écarte tout délit de malveillance. Pourtant, le Sénateur-Maire de Nîmes n'a pas l'intention d'en rester là et exige des sanctions contre le fautif. Et pour mener à bien cet objectif, tous les moyens sont bons. Notamment la diffusion de la lettre, de Jean-Paul Fournier à l'attention d'Yvan Lachaud, dans la presse et auprès des maires de l’agglomération ...

Pendant ce temps, l'opposition notamment à gauche se frotte les mains et rappelle quelques passifs du côté de la mairie de Nîmes et de l'Agglo. Pêle-mêle : la fameuse délibération sur le « Diamant noir » qui a valu au maire une condamnation pour prise illégale d’intérêt, la gestion des travaux du Trambus autour de l’Ecusson, le dossier de l’habitat pour la gare LGV de Manduel. Un élu UDI avançant même : « On aurait pu espérer que Monsieur Fournier et les membres de sa garde rapprochée fassent profil bas et soient moins donneurs de leçons ».

Comment sortir par le haut de cette situation ? Du côté de l'Agglo, on concède que des sanctions sont à l'ordre du jour pour le service en cause. A la mairie, on joue l'apaisement. La rencontre ces dernières heures entre Lachaud et Fournier a permis de passer à autre chose. Les négociations autour des Régionales qui approchent seront à coup sûr l'occasion de nouvelles castagnes ...

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité