A la uneActualitésSociétéSports Gard

NÎMES La Vuelta ne tourne pas en rond

Dans la chaleur ambiante et le bouillonnement du départ Bernard Serafino, Javier Gullien, Julien Plantier et Gerardo Marzo.
Dans la chaleur ambiante et le bouillonnement du départ Bernard Serafino, Javier Gullien, Julien Plantier et Gerardo Marzo s'étaient donnés rendez-vous sur la Vuelta 2016 pour préparer les débuts de l'édition 2017.

Après la belle édition 2017 du Tour de France, les performances exceptionnelles des Français Barguil et Bardet et l'assurance de voir les pointures (sauf Quintana et Sagan) du cyclisme mondial à Nîmes, la Vuelta et ses premiers jours gardois vont être des plus intéressants. Julien Plantier, Adjoint au Maire de Nîmes délégué au Sport, s'explique sur la venue du grand tour.

 

C'est une première, le tour cycliste d'Espagne, la Vuelta, débute à l'étranger et Nîmes sera la première ville hôte de l'événement international. Pas trop de stress?

C'est une grosse attente, nous avons un peu d'appréhension, un peu de pression car c'est un événement de premier plan, un "one shot" que nous sommes obligés de réussir. Nous nous préparons depuis trois ans et notre réélection en 2014.

Grâce au solo de José Tomas dans les arènes en 2012, Nîmes accueille un événement cycliste... Comment avez-vous préparé cette venue?

Avec l'organisation, nous nous sommes rencontrés tous les six mois et nous avons parlé de toutes les thématiques car nous partions d'une feuille blanche, tout était à écrire... Les organisateurs voulaient commencer par un contre-la-montre, individuel ou par équipe, avec le moins de contraintes possible. Les vélos d'un contre-la-montre sont différents, plus lourds, moins maniables et nos rues nîmoises sont compliquées! Nous voulions nous approprier le centre-ville et le patrimoine, il est important de créer l'événement et Nîmes est choisie pour ça.

Un jour sous les feux des projecteurs, cela suffit pour contenter tout le monde?

On ne parle pas d'une seule et unique journée de retombées économiques! L'organisation arrivera à partir du 13 août et s'installera avant le 14. Dès le mercredi 16, tout le monde sera en place à Nîmes et investira le Musée de la Romanité, centre névralgique de la vie interne de la Vuelta nîmoise. La troisième semaine d'août est traditionnellement la plus calme de la saison estivale et pour le tissu local, un tel événement est primordial. Comme il n'y a pas de village privé, tous les acteurs de la Vuelta seront obligés de vivre en ville!

Les Nîmois jouent le jeu?

Un concours de vitrines sera organisé chez quelques commerçants, les Halles seront aux couleurs de la Vuelta, j'espère que tout le monde jouera le jeu. Nous avons actuellement plus de 200 bénévoles mais il nous en faudrait 300 afin de sécuriser l'ensemble du parcours. Pour nous aider, les clubs cyclistes sont un véritable vivier, ils seront mis en avant tout comme les magasin de vélo. La Vuelta Junior rassemblera 150 enfants qui feront le dernier kilomètre du contre-la-montre deux heures avant le vrai départ. En collaboration avec Gilles Ridel et son association Gardigital, un village d'une petite dizaine de start-up françaises ou espagnoles se placera sur le Parvis des arènes pour parler nouvelles technologies et cyclisme.

Et pour les spectateurs, comment se passeront ces quelques jours?

Il  y aura trois vrais temps forts à ne pas rater. Le vendredi aux Jardins de la Fontaine entre 19h30 et 21h30, place à la présentation du parcours, des étapes, des équipes et des coureurs. La cérémonie sera retransmise à la télévision. L'accès sera gratuit mais n'hésitez pas à venir en avance! Le samedi aura lieu le contre-la-montre. Les spectateurs pourront se positionner sur la totalité du parcours mais l'événement sera dans les arènes avec le passage des coureurs. Deux écrans géants seront installés sur place pour suivre la course en direct, de la musique et un DJ mettront l'ambiance. Vous pouvez récupérer des places auprès de tous les médias ou encore de l'Office de Tourisme. Enfin, le dimanche aura lieu le départ de la première étape en ligne sur le Parvis des arènes avec des villages et des animations pour tous les publics. Pour nous, c'est un défi, on mise sur les arènes mais la réussite est déjà là.

La Ville de Nîmes devra répondre présent!

Dès le 16 août, nous serons en mode Vuelta. Tous les services seront mobilisés, un PC sera ouvert au Musée de la Romanité car il ne faut pas oublier qu'en plus des milliers de personnes qui viendront, il y aura entre 150 et 200 journaliste du monde entier, tous les continents seront représentés!

Vous avez déjà d'autres idées pour la suite des événements?

Pour nous, c'est important pour la suite... On ne compte pas s'arrêter là! On travaille sur l'accueil, nous devons séduire le public afin qu'il vienne et revienne et pour cela, la télévision, c'est bien! Tout sera retransmis sur Eurosport et le samedi, il devrait y avoir deux hélicoptères en survol de la ville pour prendre les plus belles images. Espérons que nous ne vivons pas l'expérience de Düsseldorf pour le Tour de France où il a plu...

Propos recueillis par Anthony Maurin

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité