A la uneEconomie

ALÈS Le monde de l’entreprise s’ouvre aux quartiers

Plusieurs entrepreneurs se sont engagés pour favoriser l'insertion des jeunes des quartiers prioritaires. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Plusieurs entrepreneurs se sont engagés pour favoriser l'insertion des jeunes des quartiers prioritaires. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Une charte visant à favoriser l’insertion des jeunes dans le monde de l’entreprise a été présentée, ce vendredi matin, au quartier des Cévennes.

Fabien Venier, gérant d’une entreprise spécialisée dans le bâtiment à Méjannes-lès-Alès, ne regrette pas d’avoir accordé un peu de son temps au sein de l’Institut médico-professionnel Les Châtaigniers. Là-bas, comme il le raconte, il a « décelé des jeunes à fort potentiel. » Pour aller plus loin, l’entrepreneur a décidé de prendre un élève dans sa société, d’abord un jour par semaine, et puis trois. Aujourd’hui, après avoir suivi une formation, le jeune est salarié de Venier Bâtiment.

Ce type de parcours est typiquement celui que la Direccte* souhaite favoriser à travers la charte « Entreprises & Quartiers ». Dans le bassin alésien, le sous-préfet d’Alès Olivier Delcayrou l’a rappelé, « il existe des quartiers structurellement en difficulté. » Mais il y a aussi, en parallèle, « des chefs d’entreprise qui ont un engagement particulier pour leur territoire. Avec cette charte, nous voulons faire un lien entre les deux. » Sur le territoire d’Alès, ce sont 46 entreprises qui se sont engagées, en mars dernier, à s’impliquer dans cette démarche.

« Pour pas que les jeunes s’imaginent que l’entreprise est un grand monstre »

A l’instar de Fabien Venier, Renaud Orsucci, directeur des services Cévennes-Lozère pour Veolia Eau, a également apporté sa pierre à l’édifice. La multinationale a jeté son dévolu sur le collège Jean Moulin à Alès où Renaud Orsucci parraine deux jeunes sélectionnés par l’équipe éducative. « On se voit environ toutes les six semaines pour travailler sur la rédaction d’un CV, le savoir-être, les codes de l’entreprise. J’essaie de leur apporter un certain cadre et de les orienter vers l’apprentissage, pour pas que les jeunes s’imaginent que l’entreprise est un grand monstre », indique-t-il. La preuve, Veolia recherche régulièrement des électromécaniciens, un métier qui peut s’apprendre par la voie d’un Bac Pro suivi d’un BTS. « Après une alternance, l’embauche est presque toujours assurée ! », souligne-t-il.

D’autres structures de taille ont tissé un lien avec des associations en demande, telles que l’hypermarché Cora avec la troupe de hip-hop All Style, ou encore l’entreprise de peinture Recolor avec le Syndicat mixte Pays Cévennes. « Pour nous, explique Rachid Benlahcene pour le syndicat, ce partenariat représente quatre embauches en CDI, 13 personnes qui ont travaillé avec Recolor et 10 000 heures d’insertion. » Ce n’est pas rien.

Autant de témoignages dont le but, au final, est d’encourager les jeunes des quartiers prioritaires, tout comme les entreprises, à se connaître et à échanger sur le monde du travail. Car les bénéfices, pour l’un comme pour l’autre, peuvent être surprenants…

*Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité