A la uneSociété

SAINT-CHRISTOL Routes : ces zones à risques qui polluent la vie des riverains…

Les habitants ont, une fois encore, exprimé leur ras-le-bol aux élus et au direction adjoint de l'Unité territoriale d'Alès. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Les habitants ont, une fois encore, exprimé leur ras-le-bol aux élus et au direction adjoint de l'Unité territoriale d'Alès. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Ce jeudi 5 juillet, les conseillers départementaux Jean-Michel Suau et Geneviève Blanc sont allés à la rencontre d’habitants de Saint-Christol-lez-Alès pour évoquer des problèmes de sécurité routière sur deux axes de circulation.

On prend les mêmes et on recommence ! Souvenez-vous, en juillet 2015, les élus avaient déjà organisé une rencontre au niveau du carrefour de Lézan, un tronçon dangereux où les intersections se multiplient et où la vitesse des automobilistes est excessive (lire ici). Une situation qui pourrait se régler avec la construction de la fameuse voie de contournement (*) de Saint-Christol, un vieux serpent de mer qui alimente les conversations de quartier et les vœux du maire depuis des décennies.

En attendant, des propositions avaient été émises pour sécuriser les lieux, dont celle de transformer la voie qui longe la cave coopérative en sens unique. Trois ans plus tard, si la configuration du carrefour n’a pas bougé d’un pouce, l’exaspération des habitants, elle, monte en puissance. « Ça fait cinquante ans que le contournement doit être réalisé ! Cinquante ans que j’entends la même chose et rien ne se fait ! Tout ça, c’est du pipeau », s’agace un retraité qui vit à côté du carrefour.

L’une de ses voisines, une dame âgée, semble avoir déposé les armes : « Maintenant, à nos âges, on ne la verra pas cette déviation... » Pourtant, selon le conseiller départemental Jean-Michel Suau, « les études sont engagées et le projet avance. » Mais les travaux ne débuteraient pas avant 2022, dit-on sans trop se mouiller. Pour trouver une solution provisoire permettant de réduire les accidents sur cette portion, l’élu propose d’organiser prochainement une réunion en mairie avec les services du Département, de la municipalité et d’Alès Agglomération. La route risque d’être encore longue…

 « Un jour, il y aura un mort »

Les automobilistes roulent particulièrement vite sur cette portion de route où un croisement n'est pas signalé. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

À quelques encablures de là, sur la route départementale de Montèze, entre l’intersection de la montée des cyprès et le rond-point du lycée Jacques Prévert, les riverains manifestent aussi leur ras-le-bol. Depuis des années, ils subissent à longueur de journée les comportements de chauffards inconscients, à quoi s’ajoute un croisement non signalé qui en devient très dangereux. « Les gens déboulent à 90 km/h alors que c’est limité à 70 km/h, déplore Nadine Casses, gérante de l’auto-école Perrier située le long de la route. J’ai déjà assisté à trois accidents, dont un jeune en scooter ! Un jour, il y aura un mort », avertit-elle. « Les lycéens marchent au bord de cette route pour rejoindre leur arrêt de bus. Ils sont en danger ! », renchérit Jean-Luc, un habitant.

La bonne nouvelle, c’est qu’un projet global d’aménagement porté par la commune est prévu sur ce secteur, avec la création notamment d’une voie cyclable séparée. La mauvaise, c’est que les travaux ne sont pas encore programmés. « Il appartient à la commune de demander des crédits au Département dans le cadre du contrat territorial. Le problème, c’est que ces subventions ne peuvent être accordées que pour un seul projet à la fois et que la commune bénéficie actuellement du soutien du Conseil départemental sur la rénovation de toitures de bâtiments municipaux », explique l’élue Geneviève Blanc.

Autrement dit, le chantier n’est pas prêt de voir le jour… Là aussi, les Saint-Christolens réclament des solutions transitoires. « Il appartient à la mairie de mettre en place des mesures de sécurité », affirme Éric Bousquet, directeur adjoint de l’Unité territoriale d’Alès. Présent lors de cette visite de terrain, le représentant du maire, Bernard Tecco, n’a pas dit un mot de la matinée. Peu rassurant pour les habitants qui vont encore devoir s’armer de patience…

Élodie Boschet

*Le projet de voie de contournement est financé par Alès Agglomération, le Département et la Région.

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité