A la unePolitique

GRAU-DU-ROI Charly Crespe rebat les cartes

"Si une candidature a du sens, je ne l'exclus pas ", affirme le leader de GRAU.

Charly Crespe (photo Véronique Camplan)

Natif du Grau, ce médecin-psychiatre de 30 ans considère la politique au sens étymologique (organisation de la cité) comme une mission citoyenne à laquelle il se doit de donner du sens. Il y a une petite année, il a créé un mouvement citoyen intitulé GRAU (groupe de réflexion pour l'avenir et l'unité) qui rassemble une équipe d'une quinzaine de membres actifs. Sa première réunion publique se tenait il y a quelques jours. L'occasion d'un coup de projecteur sur ce nouvel arrivant dans le paysage politique graulen.

Pas si nouveau que ça en fait... D'abord, Charly Crespe est né au Grau-du-Roi, il y a 30 ans. Ensuite, à seulement 11 ans, il était impliqué dans la vie politique de sa ville en participant au conseil municipal des jeunes. Déjà, à l'époque, la chose politique le passionne. Et ça ne le quitte plus. À 13 ans, il fait partie du Comité national du conseil des enfants et passe un week-end sur deux à Paris à faire… de la politique. Charly Crespe a une autre vocation, celle de la médecine. Tout au long de ses études, il réussit, sauf pendant son internat, à allier ses deux passions. Il s'engage dans la vie étudiante, mais aussi dans les conseils d'administration et de gestion du CHU de Montpellier. "Le budget à gérer est de 800 millions d'euros, 30 fois celui du Grau-du-Roi", sourit le jeune homme qui n'apprécie pas qu'on le perçoive comme un nouveau venu en politique.

Premiers pas

Une 1ère réunion publique qui fait salle comble encourage le mouvement citoyen à poursuivre son travail

Celui qui parcourt les rapports de la cour des comptes comme d'autres le feraient d'un roman à succès, termine ses études avec un master de sciences humaines pour faire bon poids et accueille son premier enfant la même année. "En 2017, se souvient-il, j'ai passé ma thèse et ma fille est née. En même temps, je deviens papa et docteur".  La simultanéité des deux événements le fait réfléchir sur le sens à donner à son parcours. "Le sens, justement, donner du sens, voilà ma préoccupation première", martèle, Charly Crespe, "c'est pourquoi" poursuit-il, "j'ai décidé de m'impliquer dans la vie politique de ma ville en créant un mouvement citoyen pour bâtir un projet cohérent en concertation avec les habitants de la ville. Si à l'issue de ces enquêtes et de ces concertations, une candidature a du sens, je ne l'exclus pas," confie-t-il. Ayant horreur qu'on lui colle une étiquette, l'homme travaille à un projet qui viendrait rebattre les cartes d'un jeu politique qui aurait bien besoin d'un petit coup de "neuf".

Pour l'instant donc, l'objectif est d'enquêter sur des questions clés en ajoutant aux recherches un travail sur le terrain. Ce travail achevé, les citoyens graulens sont conviés à une réunion publique. C'est une des façons dont Charly Crespe construit un projet qu'il veut "réfléchi, soutenu et co-construit avec la population". Si les résultats confirme l'utilité du mouvement, il n'exclut pas une candidature aux municipales. Bien entendu, il conduira sa liste.

Un première réunion publique, suivie par une centaine de personnes, s'est tenue la semaine dernière à Port Camargue. Thème des débats : les commerces et la vie commerçante de la cité. Le prochain rendez-vous abordera la question des identités. "Ça a du sens, affirme le leader de GRAU, surtout à la veille de la construction d'un éco-quartier…" En attendant, ne vous demandez pas où est Charly, il emménage pas très loin de la mairie et envisage, si tout va bien, de mettre sa carrière de médecin entre parenthèses pour se vouer entièrement à l'administration de la cité graulenne…

Véronique Palomar-Camplan

 

 

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GRAU-DU-ROI Charly Crespe rebat les cartes”

  1. Bonjour je suis propriétaire d’un appartement au Grau du Roi.
    Chaque année au printemps, la plage du village connaît de gros travaux de déplacements de sable à l’aide d’énormes engins ; ce qui a pour effet de faire remonter des boues noires infectes gorgées vraisemblablement d’hydrocarbures… (qui collent au doigts et laissent une pellicule noire ressemblant à du cambouis) que les ouvriers tentent d’enterrer… malheureusement pas très profondément.
    Ce sable boue pollué devrait être évacué et remplacé par du sable propre…
    Ces pratiques sont très surprenantes sur une plage aussi fréquentée de nos jours ou l’on est sensible à la pollution.
    Je vous remercie si vous pouvez vous pencher sur le problème…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité