A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Toucher le sommet du Parnasse

Rebichon et les siens ont la possibilité de monter sur le podium du championnat (photo Anthony Maurin)

Ce jeudi, c'est jour de derby ! À 20h45, Nîmes (5e, 34 pts) reçoit Montpellier (3e, 35 pts) pour le compte de la 23e journée de Lidl Starligue. Pour la première fois, cet affrontement de gala aura une incidence au classement avec la possibilité pour la Green Team de monter sur le podium. 

Au vu des adversaires qui attendaient l'USAM en cette fin de saison, Nantes, Montpellier et Paris, peu d'observateurs leur donnait une chance. Pourtant, ils en ont déjà surpris plus d'un en réalisant un exploit retentissant, mercredi dernier, en s'imposant à Nantes (36-33). Un succès qui rapproche les Verts de leur objectif européen et qui leur permet même de voir plus haut. "L'objectif reste cette quatrième place et il faut rester sur terre. Après, on ne s'interdit rien. C'est la première fois que le résultat d'un derby aura une incidence directe au classement", commente Julien Rebichon, le capitaine de l'USAM.

Ce Nîmes-Montpellier clôture la 23e journée de championnat. Hier soir, Chambéry a battu Dunkerque (30-24) et a donc provisoirement repris la quatrième place. Mais surtout Nantes a perdu une deuxième fois d'affilée à domicile, défait 29-28 par Aix. Quatre équipes se tiennent donc en un point. En cas de succès ce soir, Nîmes peut passer deuxième de Lidl Starligue ! Une idylle à relativiser car l'adversaire s'imagine certainement la même chose.

 "On sort de l'adolescence"

Mais il est vrai que les deux rivaux n'ont jamais été si proches au classement, dans les années 2000. Sachant que le suspens se poursuivrait la journée suivante car Nîmes se déplacera chez le champion, le PSG et que Montpellier accueillera Nantes. "Ce serait un tremblement de terre, si en fin de saison on finissait devant eux", commence à rêver "Rebiche". Pour calmer tout emballement de supporters même en terminant troisième, Nîmes ne peut pas se qualifier en Ligue des Champions.

Mais pour atteindre le sommet de son Parnasse, nom de la montagne surplombant Delphes dans la mythologie grecque, et faire culminer en tension les quasi 4 000 spectateurs, l'USAM doit réaliser un nouvel exploit. Au XXIe siècle, en 16 rencontres disputées à domicile et en championnat, Nîmes a gagné seulement deux derbys : 25-21 en 2012 et 33-29 en 2015.

Mais Nîmes n'est plus seulement une équipe qui a du cœur. Elle a progressé sur la gestion des temps forts et temps faibles. "Maintenant, il faut de la régularité et montrer que l'on peut enchaîner ces performances. Notre maturité est toute neuve, on sort de l'adolescence et Montpellier est un adulte", compare Franck Maurice.

Ce soir, cela devrait aussi se jouer dans les têtes (photo Anthony Maurin)

Mais le jeune adulte nantais a fait les frais de l'insolence gardoise. "Ce sera plus difficile qu'à Nantes car Montpellier a davantage d'expérience et cette équipe sait nous maîtriser", confie le président David Tebib. Poussé par un public en folie, les Usamistes ne pourront pas tricher : "C'est celui qui a le plus envie qui l'emportera. Il faudra être inconscient et dans un état second. Profiter et ne rien regretter", assure Julien Rebichon. Depuis que l'USAM a débuté son ascension, cette saison, elle s'est donnée les moyens d'atteindre les sommets et ne doit pas flancher sur les derniers coups de piolet.

Corentin Corger 

Le groupe retenu : Desbonnet, Paul; Salou, Gallego, Poyet, Padolus, Suty, Nyateu, Dupuy, Prandi, Tobie, Brasseleur, Sanad, Rebichon, Gerard, George.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité