A la uneCulture

FAIT DU SOIR Le directeur du Cratère d’Alès : « Le secteur culturel va plier mais ne rompra pas »

Nelly Pulicani sera au Cratère en octobre (DR)

La culture fait sa rentrée à la scène nationale alésienne.

 

Denis Lafaurie et Christophe Rivenq, entre autres, ont tour à tour pris la parole  devant les nombreux partenaires de la structure nationale à l'occasion de la rentrée du Cratère. (Photo C.M)

Dirigée par Denis Lafaurie, la scène nationale du Cratère dévoile un ambitieux programme automnal ainsi que les adaptations relatives au contexte sanitaire actuel.

Parmi les victimes de la pandémie de covid-19, le secteur culturel figure à coup sûr en bonne place. Plus que jamais, les artistes ont besoin de retrouver les planches pour sauver une année qui ne ressemble à aucune autre. Denis Lafaurie, directeur du Cratère, le sait et n’est évidemment pas étranger à la programmation et au maintien fortement espéré des 180 représentations de cette nouvelle saison : « La profession est durement et durablement touchée. Le secteur culturel va plier mais ne rompra pas. Tous les artistes ont envie de continuer leur métier, même dans ces conditions. »

À commencer par le couple de danseurs formé par Lola Cougard et Geoffrey Piberne, sous la houlette de Josette Baïz, pour le spectacle Inventaire qui aura lieu le mardi 29 septembre à 20h30. La compagnie Grenade et son chorégraphe seront de retour dès le lendemain avec le show Kamuyot où les quatorze danseurs s’empareront d’une grande variété de registres : solos et unissons, accalmies et explosions, précisions d’ensemble et improvisations de groupe.

La Christolenne Nelly Pulicani, dont la ressemblance avec Albertine Sarrazin est troublante, incarnera l’écrivaine décédée en 1967 dans un "seul en scène" époustouflant mis en scène par Lucie Rébéré et écrit par Julie Rossello Rochet. Le trio aura à cinq reprises (tous les jours du 6 au 10 octobre) l’occasion de démontrer la réussite de sa connexion au public alésien.

Exeunt les abonnements à l'année

Cirque, jazz, lecture musicale, théâtre… Chacun devrait pouvoir trouver son compte dans cette nouvelle programmation où la vague pandémique qui reprend de l’épaisseur aura forcément son mot à dire. Le dispositif a d’ores et déjà été adapté aux mesures sanitaires en vigueur.

Exeunt les abonnements à l’année. Place à l’achat au cas par cas. Les billets pour tous les spectacles sont numérotés afin de pouvoir respecter le principe de distanciation physique « dans des salles qui seront amputées d’environ 40 % de leur capacité, puisque l’on veillera à maintenir un siège d’écart entre chaque spectateur, à l’exception de ceux qui viennent en famille ou entre amis et dont le groupe peut être composé d’un maximum de 10 personnes », précise André Bonneau, directeur de la communication du Cratère. Le port du masque est obligatoire dès l’entrée dans l’établissement et s’applique jusqu’à sa sortie.

« Alès est le pôle culturel du département »

Outre la mise en place d'un nouveau dispositif répondant aux exigences sanitaires du moment, le directeur des lieux s'est aussi attaché à soutenir directement les artistes : « Tous les groupes dont la représentation a été annulée la saison dernière ont été réengagés, soit sur la saison qui arrive, soit sur celle d'après. Nous avons aussi couvert 60 % de leur cachet respectif. » Empruntant une nouvelle formule à Jean de La Fontaine, Denis Lafaurie s'est montré modérément optimiste : « Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. » 

Si le directeur de la scène nationale alésienne a fait de la (re)programmation des spectacles sa priorité, il n'en oublie pas ses autres projets. « Nous envisageons une rénovation du Cratère. Plus qu'une rénovation, il s'agira d'une mise aux normes puisque le bâtiment date de 1972. Même s'il a connu une restauration en 2005, il y a encore beaucoup à faire en matière de dépenses énergétiques. » Et de poursuivre :« On va aussi accueillir Circostrada à l'occasion d'une réunion générale. Il s'agit d'un réseau qui réunit les acteurs des arts de la rue de toute l'Europe et qui va occasionner la venue de 300 diffuseurs du monde entier à Alès. C'est une occasion assez énorme. »

On ne l'attendait plus mais il a finalement fini par arriver, « retenu par une réunion en visio ». « Je suis très heureux d'être ici pour ma première réunion de rentrée du Cratère en tant que président d'Alès Agglomération », a entamé Christophe Rivenq. Le nouveau patron d'Alès Agglo n'a pas manqué de rappeler son engagement en faveur de l'établissement cévenol : « Nous sommes fiers d'être le premier financeur de ce lieu magique de la culture alésienne. J'ose même dire qu'Alès est le pôle culturel du département. Nous allons faire en sorte que la culture irrigue l'ensemble de notre territoire car chacun, où qu'il habite, a le droit d'avoir accès à la culture. »

Corentin Migoule

corentin.migoule@objectifgard.com

Programmation complète et achat de billets via le site internet du théâtre d'Alès.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité