A la uneEconomie

FAIT DU JOUR Le monde économique du Gard rhodanien veut voir le verre à moitié plein

Ce jeudi, lors de la rentrée économique de l'Agglo du Gard rhodanien (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La seule chose négative ce jeudi matin à Bagnols, pour la rentrée économique de l’Agglo du Gard rhodanien, c’était le test covid du président de l’Agglo, Jean-Christian Rey.

Cas contact comme le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet, l’élu a été, comme le maire de Bagnols, testé négatif cette semaine. « Mais je suis positif dans la vie ! », s’empressera-t-il d’ajouter, donnant le ton de cette rentrée économique. Une rentrée au casting complet : le député Anthony Cellier, la conseillère régionale Catherine Eysseric, le président de la CCI, Éric Giraudier, celui de la Chambre de métiers et de l’artisanat, Henry Brin, l’élu de la Chambre d’agriculture Jocelyn Sigaud, le président de Grisbi, Vincent Champetier, celui de Cyclium, Didier Giffard, et Jean-Marie Cornu de Bagnols Commerces.

Mobilisation générale

Autant de monde pour faire bien souvent dans la méthode Coué, avec l’optimisme pour mantra, après un bilan des actions menées pendant la crise sanitaire (du moins pendant le confinement, la crise n’étant pas finie) qui démontrait une chose, peut-être un peu oubliée par moments : l’union fait la force. « Nous avons eu tous les acteurs autour de la table », rappelle ainsi Henry Brin. « Nous avons fonctionné en complémentarité les uns des autres », souligne Catherine Eysseric, quand Jean-Christian Rey salue « une mobilisation générale ».

La Région par exemple, qui « à travers les fonds de solidarité nationale, a abondé de 68 millions d’euros. 52 000 aides ont été accordées avec une cible particulière sur les TPE et les PME de moins de vingt salariés », comme le rappelle Catherine Eysseric. La Région a aussi mis des aides à la trésorerie, avec « 12 millions d’euros pour 4 500 dossiers », poursuit l’élue. Du côté de la CCI, ça a été « proximité, réactivité, transversalité », affirme Éric Giraudier, qui a travaillé main dans la main avec l’Agglo, tout comme la CMA d’ailleurs, pour avoir des retours d’entreprises et les informer sur les dispositifs.

« Nous avons aussi travaillé avec la Région pour baisser les seuils des aides pour les TPE-PME », poursuit le président de la CCI, qui a également travaillé avec les villes de Bagnols et de Pont-Saint-Esprit pour les commerces de centre-ville, et a soutenu la campagne ''Loyal au local'', lancée par Grisbi en partenariat avec les autres associations d’entreprises et les collectivités. La CCI a aussi aidé les entreprises pour l’export, en précisant que les entreprises qui exportent « ont de meilleurs résultats pour passer ce cap, car c’est un cap à passer », estime Éric Giraudier.

Henry Brin a quant à lui souligné le rôle de la Chambre de métiers et de l’artisanat, qui a « écouté les entreprises. » Et le président de la CMA d’insister sur le fait que cette crise « nous a fait revenir à des essentiels. On avait un peu oublié l’humain. Il y a eu des liens de solidarité, des filières courtes. » À ce sujet, mises en place notamment pour pouvoir écouler les productions agricoles locales, ces filières courtes n’ont pas toujours perduré.

« Nous avons pu alerter les grands surfaces. Ça a très bien fonctionné... jusqu’à la réouverture des frontières, explique l’élu de la Chambre d’agriculture, Jocelyn Sigaud. Nos efforts n’ont pas forcément payé. » Reste que la crise a contraint les agriculteurs à revoir leurs canaux de vente. « Ça a été un mal pour un bien. Nous avons réussi à créer un autre lien pour vendre en direct avec les commerçants, les cavistes et la population. Nous en avions besoin », poursuit-il. Le problème se situe désormais à l’export, « où on a le plus grand mal à redémarrer », affirme Jocelyn Sigaud.

Du côté des associations locales, « on a été proactifs dès le début », retrace Vincent Champetier, président de Grisbi. L’association a demandé aux collectivités, au premier rang desquelles l’Agglo du Gard rhodanien, d’anticiper le règlement de leurs factures pour permettre aux entreprises de préserver leur trésorerie.

L’association a également impulsé la campagne ''Loyal au local'', et compte désormais faire adhérer les grands donneurs d’ordres du nucléaire à sa charte "Acheter local". Cyclium a de son côté fait dans l’information de ses adhérents, et a organisé une réunion avec les grands donneurs d’ordres, « pour partager nos attentes, surtout pour le post-confinement. » Quant aux commerçants, ils ont vu « un retour de l’activité de proximité », note Jean-Marie Cornu, de l'association de commerçants Bagnols commerces.

« Un virage à ne pas louper »

Voilà pour le bilan. Et les perspectives ? « Nous sommes en phase de relance, c’est un virage à ne pas louper au plan national et local », avertit le député Anthony Cellier. Alors pour ne pas le louper, autant se mettre dans le bon état d’esprit. « L’économie se base aussi sur la notion de confiance. Je voudrais que nous allions tous dans une dynamique positive, optimiste, mais vigilante », rajoute le parlementaire. À en croire Didier Giffard, de Cyclium, les chefs d’entreprises du nucléaire sont dans cet état d’esprit : « Nous avons fait une enquête auprès de nos membres, l’indice de confiance croît, et il est même au-delà de l’année dernière à la même période. Il y a un regain d’optimisme. »

Alors même si « on est loin d’être sortis de tout ça », rappelle Jean-Christian Rey, le monde économique local veut voir le verre à moitié plein. Et si les incertitudes planent encore et toujours, la situation sur le front épidémique n’étant pas vraiment encourageante, tous veulent croire qu’ils sont désormais mieux armés. « Un front commun s’est créé. Des habitudes de travail les uns avec les autres aussi », souligne le président de l’Agglo. Ça pourrait bien (re)servir.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

L'Office des entreprises agrandi a été inauguré lors de la rentrée économique du Gard rhodanien (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La Maison de l’entreprise agrandie inaugurée : la Maison de l’entreprise de Bagnols compte désormais 220 mètres carrés supplémentaires après les travaux menés au cours des derniers mois pour y implanter un nouvel accueil et un espace de travail partagé à la journée, à la semaine ou au mois. « C’est la maison commune à tous les partenaires, quel que soit le projet », souligne Jean-Christian Rey avant de rappeler qu’une trentaine de partenaires, comme la CCI, se trouvent dans les locaux. Des travaux réalisés pour un montant de 600 000 euros, financés en partie par la Région et réalisés dans le cadre des fiches action du Contrat de transition écologique Aramon-Gard rhodanien. « Et il reste bien d’autres actions », rajoutera Anthony Cellier.

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité