A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Gagner au Parc ? Rêve collègue !

Malgré quelques absents le PSG reste très compétitif avec notamment Kylian Mbappé (Photo Anthony Maurin).

Ce soir (21h), Nîmes Olympique (20e, 15 pts) se déplace sur la pelouse du Parc des Princes pour affronter le PSG (3e, 45 pts) pour le compte de la 23e journée de Ligue 1. Face au triple champion de France en titre, c'est quasiment mission impossible pour des Crocos tellement l'écart avec les stars parisiennes semble abyssal.

Oui Nîmes a fait match nul à Lyon (0-0), n'a perdu que d'un but face à Lille et a gagné à Montpellier (1-0) et Marseille (2-1). Voilà pour les arguments positifs qui pèsent dans la balance pour espérer faire un résultat à Paris. Pour la partie négative, il y a bien plus à dire. Les Crocos sont toujours lanterne rouge et l'espoir d'une amélioration sur la durée après la victoire en terre olympienne a volé en éclat à Angers (défaite 3-1). Vingt premières minutes intéressantes animées, à jouer, à se procurer des occasions jusqu'à disparaître des radars après l'erreur de Deaux.

Et comme le dit Anthony Briançon, en conférence de presse ce mardi, "le mieux c'est de ne pas prendre de buts" sans pouvoir expliquer d'où vient cette perte totale de repères et ce manque de révolte après avoir encaissé un but. C'est sûr que c'est le mieux mais ce scénario paraît peu probable face au PSG, meilleure attaque de Ligue 1 (50 buts marqués), quand on se présente en plus avec la pire défense de l'élite (44 buts encaissés). "Il faut que le temps joue en notre faveur", précise Jérôme Arpinon même si ce n'est pas sûr que la stratégie fonctionne face à une équipe qui fait souvent la différence en fin de partie.

Et si entre supporters nîmois on a certainement parlé de cet événement, l'optimisme ne devait pas être de rigueur : "Tu penses que l'on a une chance face à Paris ? Rêve collègue !", a-t-on pu certainement entendre. Une réponse inspirée du célèbre film "Les Collègues", sorti en 1999. Reste à savoir si après avoir affronté les joueurs de la capitale le retard ne sera pas plus important. Pour l'instant, les Gardois sont toujours en course pour le maintien à trois points de Nantes, classé 17e. "Mathématiquement ce n'est pas fini. Nos concurrents directs ne sont pas très loin de nous. La situation est difficile mais pas catastrophique", résume le capitaine.

Jérôme Arpinon a annoncé vouloir faire souffler quelques joueurs. De qui s'agit-il ? Fomba ? (Photo Anthony Maurin)

Mais pour combien de temps resteront-ils à distance ? Après les Parisiens, ce sont les Monégasques, autre candidat au titre, qui se déplacent dimanche aux Costières. C'est dans la deuxième partie de ce mois de février crucial, du 14 au 28, que Nîmes en saura beaucoup plus sur son avenir en Ligue 1 en affrontant les trois formations qui rament à ses côtés. Mais pourquoi pas d'ici-là chiper quelques miettes aux gros poissons. "Il faut être convaincu qu'à un moment donné en faisant le jeu on peut gagner", insiste Briançon malgré des erreurs techniques parfois fatales.

Pour y remédier, son entraîneur souhaite à ce que les passes se fassent plus vite vers l'avant et moins à l'horizontale. Attendre ou attaquer, pas sûr que cela déstabilise un PSG revanchard dont le nouveau coach Mauricio Pochettino a concédé sa première défaite dimanche à Lorient (3-2). Les Merlus ont mis fin à une série francilienne de huit matches sans défaite toutes compétitions confondues. En quête de rachat, Mbappé & Co ne veulent pas à nouveau laisser filer des points, déjà recalés à trois longueurs de Lille, le leader. En Bretagne, c'est la première fois sous l'ère qatarienne que Paris perd après avoir mené, égalisé et pris l'avantage.

Deaux, de retour au milieu ?

Nîmes pourrait en profiter si le mal est plus profond pour une formation amputée de sept joueurs face aux Rouges. Navas, Marquinhos, Bernat, Diallo et Herrera restent à l'infirmerie. Verratti, isolé en raison du protocole sanitaire lié au covid-19 est suspendu tout comme le Brésilien Neymar. Mais il reste encore du beau monde pour briller au Parc des Princes. Côté nîmois, le fait de reconduire le même onze victorieux de l'OM n'a pas eu l'effet escompté en Anjou. Jérôme Arpinon a laissé sous-entendre un retour de Deaux à son véritable poste : "Il est meilleur au milieu. Il peut nous amener un plus dans ce rôle."

Miguel pourrait donc revenir en défense centrale puisque Martinez et Landre sont proches mais pas encore totalement aptes pour reprendre du service. Sorti à l'heure de jeu à Angers, Fomba pourrait démarrer cette rencontre sur le banc. En attaque, satisfait de la rentrée de Duljevic, dimanche, le coach gardois pourrait titulariser le Bosnien à la place d'Eliasson. Koné devrait poursuivre en pointe puisque Roux ne figure pas dans le groupe retenu. "Des joueurs ont besoin de souffler, on a un match important qui arrive dimanche", a-t-il simplement déclaré à ce sujet. De la fraîcheur pour éviter d'encaisser un 3-0, le tarif maison subit par les Crocos face au PSG depuis qu'ils sont remontés en Ligue 1.

Corentin Corger

Le groupe retenu : Reynet, Nazih - Burner, Alakouch, Briançon (cap), Paquiez, Miguel, Meling - Deaux, Cubas, Fomba, Ahlinvi - Eliasson, Duljevic, Benrahou, Ripart, Ferhat, Buades, Koné, Majouga. 

Le onze de départ probable : Reynet - Alakouch, Briançon (cap.), Miguel, Meling - Ripart, Cubas, Deaux - Ferhat, Koné, Duljevic. 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité