A la uneActualitésGard

ÉDITORIAL « Un commerçant en colère » ou comment balancer son restaurateur

(Photo????)
Photo d'illustration DR

Triste époque, nauséabonde même. À chaque guerre, crise économique, ou situation difficile, la délation retrouve des couleurs. En ces temps de pandémie, rien de plus simple qu’un coup de fil ou une lettre anonyme pour accabler son ennemi, son voisin, son commerçant.

Cette semaine à Nîmes, un restaurateur a vu débouler dans son commerce les forces de police. Vous l’imaginez bien, ce n’est pas le célèbre flair policier qui a permis de suivre la trace jusqu’à la bonne odeur des cuisines de ce restaurant. Grilles fermées, les policiers nîmois venaient vérifier les dires d’un dénonciateur anonyme. D’après une source syndicale policière, ce délateur se surnomme lui-même dans un courrier anonyme comme « un commerçant en colère ». Une main invisible, accablante, et bien renseignée qui n’a pas hésité à balancer plusieurs restaurateurs et cafetiers nîmois qui se permettraient de légers arrangements avec les restrictions liées au covid et à la fermeture de leurs établissements décidée il y a plusieurs mois par les autorités. Et dans la lettre, il y a le nom de l’établissement, l’adresse précise et les horaires où les clients viendraient s’abreuver.

La semaine dernière à Nîmes donc, sept clients ont reçu des contraventions et le restaurateur est sous le coup d’une fermeture administrative. Une double punition pour un professionnel peut-être déjà en butte à des difficultés économiques en lien avec cette fermeture subie.

Ah bien sûr ce n’est pas bien de ne respecter la règle, mais comment en vouloir à des restaurateurs et patrons de bar fermés depuis près de 7 mois, contraints de vendre à la sauvette quelques plats et boissons à des habitués désœuvrés.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais cette attitude me donne des envies de festins, d’orgies dans des restaurants, de beuveries aux comptoirs des cafés. Histoire, peut-être, d’oublier l’espace d’un moment les délations « d’un commerçant en colère ». Allez tchin on trinque, mais surtout, attention de ne pas croiser « un commerçant masqué » qui arpente les rues de la ville à la recherche de comptoirs allumés.

Boris De la Cruz 

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Vous êtes du genre à détourner le regard en cas d’agression ou de vol non ?
    La seconde guerre mondiale est terminée depuis belle lurette.
    Dénoncer un délit n’a rien d’injuste ou de nauséabond quand cela est fait à bon escient je pense.
    C’est malheureux d’en arriver là mais à priori, vous n’avez perdu personne de cette satanée maladie.
    On va bientôt pouvoir lire des artistes complotistes ici on dirait…
    Combien ce restaurant a causé d’infection au Covid, combien de ses clients ou membre de leur familles, connaissances sont tombés malades ou pire décédés à cause de cette entorse ?
    Vous êtes un média responsable, comment pouvez-vous prendre partie de la sorte pour quelqu’un qui manifestement mais la vie des autres, des dizaines, en danger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité