A la uneActualitésNîmesVidéo

NÎMES VIDÉO Les motards en colère : « la moto, une solution pas une pollution ! »

Les motards ont collé des affiches sur les portes de l'hôtel de ville (Photo Noémie Meger)
Jacques Barac, président de la FFMC 30 (Photo Corentin Corger)

Ce samedi après-midi, une centaine de motards de la Fédération française des motards en colère (FFMC) a manifesté à Nîmes afin de demander dès maintenant l’ouverture de discussions avec la municipalité pour retirer les deux-roues du dispositif ZFE (Zone à faibles émissions) qui sera mis en place en 2025 afin de limiter la pollution de l’air dans le centre-ville. 

Étant donné son appellation, quand la FFMC manifeste c’est forcément parce qu’elle n’est pas contente. Ce samedi, une centaine de motards était rassemblée sur le parvis du stade des Costières dont la moitié venue de l’antenne héraultaise. Ils viennent de remporter une bataille puisque cette semaine le Conseil d’État a abrogé le décret sur l’instauration d’un contrôle technique obligatoire pour les motos. Les principaux intéressés ont d’ailleurs célébré cette victoire en allant inscrire devant le contrôle technique Dekra : « FFMC 1 CT 0 », accompagné d’un doigt d’honneur.

Un combat à peine terminé et voilà que Jacques Barac, le président de la FFMC 30, mobilise déjà les troupes pour l’horizon 2025. En effet, c’est à cette date que le dispositif de la Zone à faibles émissions sera mis en place à Nîmes. Le but est de protéger les habitants des métropoles où la pollution de l’air est importante. Seuls les véhicules les moins polluants pourront circuler. Voitures et deux-roues trop anciens seront exclus de ces zones. Et les motards ne sont pas de cet avis.

Claude de Girardi : « Je les recevrai volontiers »

« On veut que la ville de Nîmes ouvre le débat sur la Zone à faibles émissions dès maintenant. On a sollicité Claude de Girardi (adjointe déléguée à la Mobilité) qui n’a pas daigné pas nous répondre. On en a ras-le-bol des décisions unilatérales. On descend dans la rue car on veut être entendu », précise Jacques Barac. La FFMC souhaite le retrait des motos du dispositif comme vient de le faire la métropole de Nice. « On ne représente que 2% à 3% du parc roulant. La moto, c’est une solution pas une pollution ! », poursuit-il.

Des échanges ont notamment débuté à Montpellier mais il est difficile pour une commune d’interdire les autos et pas les motos. Contactée, Claude de Girardi se dit prêt à un dialogue même si l’échéance est encore loin : « Je n’ai reçu aucune demande de rendez-vous mais je les recevrai volontiers. À l’inverse de Montpellier qui a juillet 2022 comme date butoir, Nîmes a jusqu’à 2025 pour prendre des mesures ZFE, on a donc tout à fait le temps. » Et pour être sur que le message est bien passé, après un tour du centre-ville, le cortège s’est arrêté devant l’hôtel de ville pour coller quelques affiches sur la porte d’entrée. La manifestation s’est ensuite terminée devant la préfecture.

Retrouvez les moments forts de cette manifestation en vidéo ci-dessous : 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité