A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 08.02.2018 - florence-genestier - 2 min  - vu 589 fois

AIGUES-MORTES Un vote du budget sans surprise au conseil municipal

Ponctué des escarmouches habituelles entre majorité et opposition, le vote du budget s'est déroulé sans anicroche.
À Aigues-Mortes, suite aux incidents de la semaine dernière, la configuration de la salle du conseil a été modifiée. Une séparation a été installée entre élus et public (photo F. G.)

Rien d'exceptionnel au conseil municipal d'Aigues-Mortes hier mercredi.

Si, un changement ! Suite aux incidents de la semaine dernière, où une personne du public, impliquée dans un dossier d'urbanisme a interpellé l'opposition avant d'être conduite hors de la salle par la police municipale, la configuration de la pièce a changé. Les élus sont désormais séparés de deux rangées de public par une barrière mobile. Symbolique mais sans doute préventif de quelques débordements éventuels.

Budgets primitifs adoptés mais critiqués

Le budget primitif 2018 et les budgets annexes ont été adoptés avec les oppositions attendues de l'ancien maire, M. Bonato, et de sa liste. Les taux d'imposition ont été votés. La taxe d'habitation a un taux identique à celui de l'an dernier, avec 16,58% et rapportera 2,4 M€. Pas de variation non plus pour le foncier non bâti : 105,97% comme en 2017 (elle rapporte 230 969€ à la commune). Le foncier bâti enregistre une hausse, passant à 28,90% contre 27,74% en 2017. Apport de recettes : 3,3 M€. Au total, ces trois taxes rapportent annuellement plus de six millions d'euros à la commune.

L'opposition a noté l'augmentation des charges générales et par la voix de Fabrice Labarussias, ex-adjoint aux finances de Cédric Bonato de 2008 à 2014, a multiplié les reproches. Ce qui a provoqué l'ironie du maire, Pierre Mauméjean. "M. Labarussias, vous avez assisté à la commission des finances lundi soir et on ne vous a pas entendu..." L'opposant était, dit-il ,grippé lundi mais en pleine forme ce mercredi : "On n'investit plus dans cette ville car on n'a plus les moyens", a -t-il pointé. Au fil du conseil, les échanges entre l'ancien maire et le maire actuel ont pris un caractère répétitif aux allures de partie de ping-pong un peu agaçante dont on épargnera la totalité à nos lecteurs, parce qu'on les aime bien.

"Où sont vos projets structurants ?", a interrogé Cédric Bonato, qui a ensuite enchaîné sur les estimations excessives selon lui des devis de rénovation de la toiture de l’Hôtellerie des remparts. "C'est la SEGARD qui l'a faite !, répond le maire. Zéro collusion entre la mairie et l'organisme !" Après quelques échanges nerveux entre les deux hommes, Stéphane Pignan, élu d'opposition de droite, craque: "j'ai l'impression qu'on se retrouve aux élections de 2014 et qu'on prépare déjà 2020. Moi j'ai fait ça, toi tu n'as pas fait ci... Bon. On est en 2018 ! Je me souviens surtout que la précédente municipalité, c'était fiscalité à tous les étages!" Ping-pong sans fin...

F. G.

Les dépenses et recettes de fonctionnement s'équilibrent cette année à 12 898 710 €. Les dépenses et recettes d'investissement à 2 953 100€.

Florence Genestier

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais