A la une
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 26.07.2014 - baptiste-manzinali - 3 min  - vu 287 fois

BEAUCAIRE L'ancien maire Mr Bourbousson s'explique

Mr Bourbousson, ancien maire de Beaucaire.

Suite à l'audit de la chambre régionale des comptes, l'ancien maire de Beaucaire, Mr Bourbousson, s'explique sur les faits qui lui sont reprochés.

Le 17 juillet dernier, Julien Sanchez, l'actuel maire de Beaucaire, avait profité du conseil municipal pour dresser une synthèse de l'audit de la chambre régionale des comptes. Des chiffres accablants qui avaient remué l'audience présente dans la salle. Pour sa défense, Mr Bourbousson avait tenu un discours très bref avant de quitter la salle et de s'éclipser. Objectif Gard s'était alors procuré ce rapport complet personnel de l'ancien maire, qu'il avaient accepté de nous laisser.

Un rapport de trois pages qui reprend, point par point, les chiffres avancés par la chambre régionale des comptes, en leur donnant une interprétation différente.

Sur l'évolution des dépenses, Mr Bourbousson revient sur l'augmentation de 5,2% des dépenses (les chargent sont passées de 18 036 000 euros à 18 978 000 euros) en justifiant "compte tenu d'une inflation cumulée de 12,3% pendant cette période, on peut dire que les dépenses ont été maitrisées."

Augmentation des charges de personnel. "C'est vrai, mais cela était nécessaire pour combler les manques trouvés à notre arrivée, et pour améliorer les services et les missions de la mairie dans les secteurs prioritaires comme la sécurité, le social, l'enseignement, les activités sportives ou l'animation de la ville. Nous avons baissé le ratio des charges tout en embauchant du personnel supplémentaire."

A propos de l'augmentation de 213 % de subventions versées. "C'est en rapport à nos actions en faveur du social, donc cela concerne l'aide du budget de la ville vers le CCAS (Centre Communal d'Action Social). Les subventions versées aux associations augmentent elles, seulement de 25 % comme nous avions prévu de le faire dans notre campagne." Une augmentation qui , appliquée aux contribuables, correspond à 61 % par habitant alors que la moyenne nationale est à 96 %.

Augmentation des dépense de communication de 209 000 euros à 366 000 euros. "Ces dépenses sont affectées à la culture et l'animation de la ville, et non à une pure communication."

Diminution des recettes de fonctionnement de 2,6 %. "Celles-ci sont en réalité en augmentation de 9 %. La réelle gestion communale est masquée par le fait que la chambre régionale des comptes prend en compte les produits de cession de 2,2 millions d'euros sur l'année 2012."

A propos des impôts locaux. "Malgré les difficultés de la crise de 2008 et de 2011, nous avons réussi à maintenir l'imposition des particuliers à 490 euros par habitant, alors que la moyenne nationale affiche 496 euros."

Au sujet de l'investissement. "Le niveau moyen national des dépenses d'équipement sur cette période est à 5,1 millions d'euros. On a investi 5,6 millions d'euros, ce qui est remarquable car nous avons par ailleurs diminuer de 23 % l'encours de la dette. Au final; Beaucaire est 32 % moins endettée que les communes semblables." Sur ce point, Mr Bourbousson ajoute, "A notre arrivée, nous avons découvert 11,9 millions d'euros d'emprunts dont 70 % d'emprunts toxiques." L'ancien maire dénonce ainsi "l'héritage d'emprunt" contracté par la ville avant son mandat.

Le duel qui oppose Mr Bourboussson à son successeur Julien Sanchez n'est pas prêt d'en finir. Ce dernier avait annoncé au dernier conseil municipal qu'il souhaitait envoyer l'ancien maire devant les tribunaux pour qu'il réponde de cette gestion défaillante dénoncée par la chambre régionale des comptes. Affaire à suivre.

Baptiste Manzinali

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais