A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 06.06.2018 - philippe-gavillet-de-peney - 4 min  - vu 407 fois

BELLEGARDE Dix bonnes raisons d'adopter un animal au refuge de la Fondation

Le refuge de la Fondation assistance aux animaux accueille pas moins de 273 pensionnaires dont une centaine de chiens et autant de chats.
Le beau Nestor est un labrador sable très câlin âgé de 11ans

Au détour de la route départementale, ce verdoyant havre de paix et de tranquillité est devenu au fil du temps une sorte d'Arche de Noé terrestre. S'y côtoient dans un cacophonique mais enchantant environnement, chèvres, cochons, oies, poules, chiens et chats... Ici, les animaux sont pris en charge et choyés par une équipe d'une dizaine de soigneurs dévoués et par un vétérinaire.

Pour autant, et bien qu'ils y coulent des jours heureux et que certains y termineront leur vie puisque la Fondation assistance aux animaux se refuse à pratiquer l'euthanasie de confort, ces animaux attendent de trouver un véritable foyer via une adoption.

Oui mais voilà, ce qui reste un engagement individuel fort suscite parfois des réticences. Et il est parfois plus facile de succomber à la tentation d'aller chez un éleveur pour choisir une craquante petite boule de poil munie d'un pedigree en bonne et due forme ou de se précipiter chez le premier commerçant spécialisé venu que de se rendre dans un refuge...

La facétieuse Babou vient de fêter ses 1 an au refuge.

Pourtant les raisons de choisir plutôt l'adoption que d'acheter un animal sont nombreuses...et valables. Nous en avons trouvé moins dix ; une liste non exhaustive... Revue de détail.

Dans une société mercantile et consumériste à l'extrême, il est bon en premier lieu de rappeler que les animaux ne sont pas...une marchandise mais des êtres vivants doués d'intelligence et d'une sensibilité que bien des humains pourraient leur envier.

Par ailleurs, ça va sans dire mais ça va mieux en le disant, on soulignera ensuite que les refuges, qui subsistent souvent grâce au mécénat privé et à l'engagement de volontaires et de bénévoles, ne cherchent pas à faire de profits sur le dos des animaux : le coût d’une adoption est une participation aux frais vétérinaires. Rien d'autre.

Sémillant Beauceron âgé de 3 ans, le sympathique Vico ne supporte pas le box. Votre jardin lui plaît déjà : venez le chercher !

Adopter dans un refuge c'est aussi dire non aux trafics d’animaux et aux élevages de la honte. Dans un élevage ou une animalerie les animaux sont proposés uniquement dans un but lucratif, ce qui entraîne parfois des abus tels qu’une reproduction intensive ou le trafic d’animaux à l'origine incertaine, parfois transportés dans des conditions effroyables depuis l'étranger.

Il est bon de relever par ailleurs que tous les soins médicaux nécessaires ont été donnés au préalable à tous les animaux adoptables, qui sont régulièrement pris en charge par des soigneurs professionnels formés et par des vétérinaires : identification, vaccins, stérilisation et tests de certaines maladies. Par ailleurs, au refuge de Bellegarde, concernant les animaux les plus âgés, et sous certaines conditions, les frais médicaux peuvent continuer à être pris en charge par la Fondation après l'adoption.

Se prélasser au soleil : une des activités préférées de Scarface, 3 ans...

Choisir son futur compagnon à quatre pattes dans un refuge c'est aussi l'assurance de faire LA rencontre de votre vie ! Le choix y est en effet beaucoup plus grand que dans un commerce ou un élevage. Il y en a en effet pour tous les goûts : jeunes, vieux, grands, petits, extravagants ou réservés… on y trouve des mélanges atypiques tellement craquants. Un d'entre-eux fera forcément votre bonheur et vous ferez le sien !

Et parce que la vie dans un refuge est forcément plus rustique que dans un appartement ou la chaleur cosy d'une maison avec jardin privatif, les pensionnaires des refuges sont beaucoup plus robustes et résistants que la grande majorité de leurs congénères. Habitués à vivre dans de dures conditions et dans un confort sommaire (froid de l’hiver, partage de box avec des congénères…), les "réfugiés" ont la vie chevillée au corps et savent s'adapter !

Véritable "pot de colle" l'affectueux Calinka est Schauzer géant de 11 ans qui dégouline de gentillesse

Au surplus, si les aléas de la vie les ont conduit à intégrer le refuge, à chaque chose malheur est bon puisque les animaux abandonnés ont reçu des bases d’éducation et sont souvent très gentils et sociables. En en adoptant un vous vous évitez donc cette phase d’apprentissage et les désillusions qui l'accompagne parfois...

La dernière raison mais non la moindre se décline en trois volets. Adopter un animal c'est forcément faire un heureux et lui donner une seconde chance de vivre une existence normale et de bénéficier de l'amour d'un maître et/ou d'une famille. Ces animaux jadis malmenés et blessés dans leur chair, au destin parfois tragique, n’ont rien eu de tout ça auparavant et ils vous en seront d’autant plus reconnaissants pour ça que, contrairement aux humains qui les ont mis dans cette situation, ils savent ce que le mot fidélité veut dire...

À 5 ans, la gracieuse et élégante Kat est dans la force de l'âge...

Adopter un animal dans un refuge c'est le sauver d'une vie de misère, triste et monotone, où chaque jour ressemble à la veille et au lendemain sans autre espoir qu'un horizon à roulette qui avance et recule pas à pas... Et pour en terminer, et parce qu'il y a parfois plus de satisfaction à faire le bien qu'à en recevoir, pourquoi ne pas adopter tout simplement pour faire une bonne action ! Quelque chose nous dit que, d'une façon ou d'une autre, vous en serez remerciés...

Les adoptants doivent verser une participation aux frais de 100 euros pour un chat, 120 pour un chaton, 135 pour un chien et 160 pour une chienne. Sur justification de conditions de ressources, les frais vétérinaires pour le suivi de l’animal peuvent être pris en charge par la fondation. Tous les animaux sont vaccinés et tatoués.

Sis route d'Arles, le Refuge est ouvert sept jours sur sept, de 13h30 à 17h. Tél : 04 66 01 13 21. Publireportage.

Philippe Gavillet de Peney

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais