Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 17.01.2022 - stephanie-marin - 3 min  - vu 1531 fois

FAIT DU JOUR La maison de santé de Beaucaire bientôt inaugurée mais toujours sans médecin

La CCBTA recherche quatre médecins généralistes pour rejoindre la maison de santé de Beaucaire. (Photo : S.Ma/ObjectifGard) - Romain CURA

Acheté par la communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence (CCBTA) en 2014, le Sémaphore a retrouvé de son éclat après presque deux ans de travaux. Cette ancienne gare de marchandises SNCF est donc devenue une maison de santé. Son inauguration ne saurait tarder. Seulement, les quatre places dédiées aux médecins généralistes ne sont toujours pas pourvues...

Le sujet n'est pas nouveau et ne concerne pas seulement la Terre d'Argence. De nombreux territoires en France souffrent de pénurie de médecins. "C’est un des problèmes les plus importants aujourd’hui de notre pays", avait même déclaré Emmanuel Macron, lors d'une rencontre avec les auditeurs de France Bleu Pays d'Auvergne, le 8 décembre 2021. Le président de la République avait alors dégainé tout un arsenal de dispositifs pour lutter contre les déserts médicaux, parmi lesquels le très controversé Ségur de la santé, la fin du numerus clausus, ainsi que la création de maisons de santé. Ce dernier dispositif répondant aux nouvelles attentes des professionnels intéressés par le travail en équipe pluridisciplinaire.

"Je reste optimiste, nous allons finir par trouver"

Convaincue du bienfait de cet outil pour impulser une nouvelle dynamique à l'offre de soins sur son territoire, la CCBTA s'est lancée dans la construction non pas d'une mais de deux maisons de santé. L'une à Bellegarde, l'autre à Beaucaire. La première, qui a nécessité un investissement d'1,2 million d'euros(*), a ouvert ses portes l'an dernier. La seconde - le chantier est estimé à 1,8 million d'euros - accueillera les professionnels de santé à partir de ce mois de février. Cette dernière a été installée dans le Sémaphore, un bâtiment de 700m2, qui après deux ans de travaux a retrouvé une deuxième jeunesse et sera doté d'un parking d'une cinquantaine de places.

Son inauguration ne saurait tarder, à la bonne heure ! Oui mais voilà, sur les douze places disponibles et tandis que les espaces attribués aux professionnels du paramédical ont tous trouvé preneurs (un dentiste, quatre infirmier(ère)s, un podologue, une sage-femme et un ostéopathe), quatre restent à pourvoir, toutes dédiées aux médecins généralistes. "Je reste optimiste, nous allons finir par trouver", réagit Catherine Climent, vice-présidente à la CCBTA, en charge de la Santé. Il faudra par ailleurs en trouver deux de plus pour la maison de santé de Bellegarde.

Plusieurs leviers d'ores et déjà actionnés par l'intercommunalité

D'abord, la mise en place d'une convention pour assurer un soutien financier, à hauteur de 800 € par mois, à de jeunes étudiants en médecine à partir de la sixième année. Ceux-ci s'engagent en contrepartie à s'installer sur le territoire pendant une durée égale à la perception de l'aide. Trois conventions ont été signées, la première installation dans le cadre de cette disposition aura lieu cette année, la deuxième en 2023, la troisième en 2024. Le travail de prospection se poursuit dans les facultés de médecine.

Lors de la visite de chantier de l'ancien bâtiment du Sémaphore à Beaucaire, le 6 mai dernier. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard) • Romain CURA

La CCBTA s'est également rapprochée de l'Agence régionale de santé (ARS) Occitanie pour que la maison de santé de Beaucaire soit classée en Zone d'intérêt prioritaire, un dispositif qui vise à favoriser et faciliter grâce à des aides, l'installation de médecins en zone sous-dotée. Une démarche qui, pour le moment, s'est soldée par un échec. "Mais nous ne baissons pas les bras, nous allons renouveler notre demande et inviter des membres de l'ARS. Sur place, je suis persuadée qu'ils prendront conscience de cette aberration", lâche Catherine Climent.

Autre dispositif qui est actuellement au coeur des discussions dans les bureaux de la communauté de communes, le recrutement de médecins en tant que salariés. C'est l'une des mesures gouvernementales inscrites dans le plan Ma Santé 2022. Une démarche soutenue par la présidente de la région Occitanie, Carole Delga. Mais pour ce faire, la CCBTA devra au préalable adhérer au groupement d'intérêt public, qui permet un partenariat entre public-privé. Là encore pour faciliter et encourager la création de ces postes, les agences régionales de santé peuvent apporter un soutien financier à la structure employeuse, en garantissant l’équilibre économique pendant 2 ans. Reste à savoir si la maison de santé de Beaucaire est éligible à cette mesure, la réponse devrait tomber dans le courant du mois de juillet.

Stéphanie Marin 

*L'État a participé au financement à hauteur de 100 000 €.

Stéphanie Marin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio