Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 13.06.2017 - coralie-mollaret - 3 min  - vu 250 fois

FAIT DU JOUR Les clefs du duel Collard-Sara

Le député sortant Gilbert Collard fait face à Marie Sara au second tour des Législatives. (Photo : Coralie Mollaret)

Le plus rude mano a mano de ces Législatives... Sur la 2e circonscription du Gard, le député sortant, Gilbert Collard, et la candidate LREM (La République En Marche), Marie Sara, ont démarré leur campagne de l’entre-deux-tours.  

La nuit de dimanche à lundi a été courte. Pour autant, au lendemain de ce premier tour à couteaux tirés, Marie Sara et Gilbert Collard sont déjà sur le pied de guerre. À Vauvert, centre de gravité de la 2e circonscription, chaque équipe a tenu hier sa propre conférence de presse. Chacun met en place sa stratégie, son plan d’action capable de le conduire à la victoire, dimanche prochain. Contrairement aux cinq autres circonscriptions du Gard, la vague LREM n’a pas submergé le Front National, historiquement ancré en Petite Camargue.

Haro sur les abstentionnistes

Les deux candidats sont au coude-à-coude : Gilbert Collard arrive en tête avec seulement 48 voix d’avance. Dans l’oeil du cyclone médiatique, les prétendants à l'Assemblée nationale n'ont que quatre jours pour faire la différence. Première priorité : convaincre les abstentionnistes. Dimanche, plus de la moitié des électeurs ne s’est pas déplacée aux urnes ! Devant un nuage de micros et de caméras, Marie Sara fait passer ses messages… Elle met en exergue l'enjeu du scrutin : « Nous avons la possibilité de battre le Front National ! Gilbert Collard n’a porté aucun dossier à Paris pour défendre le territoire », prône celle qui a « l’oreille du gouvernement. »

Sa suppléante Katy Guyot acquiesce. Rodée à la chose politique, la socialiste et première adjointe de Vauvert a constaté « le fort taux d’abstention des quartiers populaires » de sa commune*. Alors, cette semaine « nous irons en préfecture consulter les listes d’émargement pour mobiliser ceux qui n’ont pas voté. » « Nous allons marcher, marcher et encore marcher… Organiser des rencontres et faire du porte-à-porte », complète Marie Sara. Rendez-vous est déjà pris à Vergèze, demain à 19h, place de la mairie. 

Pas de chance... Au même moment, Gilbert Collard sortira l'artillerie lourde. Il fait venir en meeting au Cailar Marion Maréchal Le Pen. Le lendemain, le maire de Béziers, Robert Ménard, soutiendra le député sortant au Grau-du-Roi. Ces têtes d'affiches ont l'attention des frontistes du Sud de la France. Ils auront pour mission de redonner du pep's à leurs électeurs, déçus du débat de la Présidentielle, afin de les convaincre d'aller voter. Le directeur de campagne FN, Laurent Milesi, en est persuadé : « nous sommes loin d’avoir fait le plein de voix ! » Et d'en vouloir pour preuve le score de son candidat à Aigues-Mortes : « au premier tour de la Présidentielle, Marine Le Pen fait 1 880 voix, contre 992 voix pour Gilbert Collard. Nous avons encore une marge de progression. » 

À qui profitera le report de voix ? 

Deuxième axe de cet entre-deux-tours : le sacro-saint report de voix. Sur la 2e circo, la candidate Les Républicains-UDI, Pascale Mourrut, a réalisé 14,22% des voix et 13,07% pour son homologue de la France Insoumise. Dans ce duel serré, chaque voix compte...

Abasourdie par sa défaite, Pascale Mourrut, refuse de donner une quelconque consigne. « Je n’ai pas de conseil à lui donner… Mais cette attitude favorise la porosité de la droite avec le FN. Or, il faut marquer sa différence pour exister ! », prétend Katy Guyot. Téléphone à la main, Laurent Milesi enchaîne les coups de fil aux électeurs Les Républicains-UDI. Des anciens camarades puisque M. Milesi est un ancien membre des Républicains : « ici, la droite n'est pas adepte du Front Républicain. Macron, c'est le PS ! Derrière Marie Sara, il y a Katy Guyot et Jean Denat (maire de Vauvert, NDLR) », martèle-t-il.  

Quant aux électeurs de la France Insoumise, le directeur de campagne pense qu'ils « s’abstiendront ou voteront blanc ». La méthode Coué ? Hier soir, la candidate de la gauche radicale, Danielle Floutier, tenait à Gallargues une assemblée de circonscription pour prendre position. Consigne ou pas, les électeurs feront en leur âme et conscience. Les dernières élections l'ont déjà prouvé. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

*Bureaux de vote salle bizet et Jean Macé.

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio