A la une
Publié il y a 6 ans - Mise à jour le 27.11.2016 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 179 fois

GARD Primaire : Juppé ou Fillon ? Les jeunes motivent leur soutien

Photo : CM.

Jeudi soir, à l’occasion du dernier débat Fillon/Juppé, Julien Paudoie et Howard Dooley ont motivé leur engagement derrière les deux finalistes à la primaire de la droite et du centre.

Il est un peu plus de 19 heures, ce jeudi soir, à la permanence Les Républicains. Quai de la fontaine, Julien Paudoie et Howard Dooley prennent place devant quelques dizaines de jeunes militants Les Républicains. À l’occasion du dernier débat de la primaire, le parti a souhaité organiser une rencontre avec les représentants jeunes des deux finalistes.

Julien Paudoie et Howard Dooley. Photo : CM.

Conseiller municipal de Rochefort-du-Gard, Julien Paudoie est responsable des Jeunes pour François Fillon dans le sud-est. Howard Dooley, président des Jeunes UDI du Gard porte, quant à lui, la casquette de représentant des Jeunes avec Juppé dans le département.

Les raisons d'un soutien 

Arrivé en tête à la primaire avec 44,1%, François Fillon a été la « surprise » de ce scrutin. Pour Julien Paudoie, ce bon résultat témoigne de la personnalité « loyale » et « intègre » de son candidat : « En tant que Premier ministre, François Fillon a participé à la mise en oeuvre de son programme. Il est resté jusqu’à la fin même si, selon lui, ça n’allait pas assez loin », explique Julien Paudoie. Et de s’accorder un petit tacle : « François Fillon souhaite une vraie rupture économique et sociale a contrario d’Alain Juppé qui ne veut pas trop bousculer la France ».

« C’est vrai, Alain Juppé est moins brutal que François Fillon », reconnaît Howard Dooley, « il est dans un souci de rassemblement pour relancer le pays. En tant que centriste, c’est un argument auquel je suis particulièrement sensible ». Le président des Jeunes UDI du Gard aime les deux candidats : « J’ai choisi une personnalité plus qu’un programme… Alain Juppé est un homme de talent, d’expérience et de dossier que j’estime honnête ».

Économies 

Une fois ce préambule passé, les militants questionnent les jeunes représentants sur le programme des candidats. Sécurité, économie, moralisation de la vie publique… Saïd est circonspect : « on dit que le programme de François Fillon n’est pas réaliste ! 500 000 fonctionnaires en moins, est-ce vraiment réalisable ? ».

« François Fillon a une méthode, répond Julien Paudoie, On fera comme en 2012 avec la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et le non-remplacement à la retraite d’un fonctionnaire sur deux… ». Howard Dooley complète et marque sa différence : « Alain Juppé prévoit d'en supprimer deux fois moins. On sait bien que sur certains aspects, le service public péche un peu… Mais il faut y aller par étape de façon à habituer les Français à un nouveau fonctionnement du service public ». 

Le cas Bayrou

Quelques militants sarkozystes ont interrogé le soutien d'Alain Juppé sur le délicat cas "Bayrou". Le président du MoDem est la bête noire des Républicains son soutien, en 2012, au candiat socialiste François Hollande. «  Alain Juppé ne pourrait-il pas être emprisonné par Bayrou comme les écologistes avec François Hollande ? », lance un militant . « Emprisonné ? », sourit Howard Dooley, « à l’époque de l’UDF, on pouvait dire que François Bayrou avait un vrai pouvoir de nuisance… Mais il faut être lucide, il n'a plus la même position. Je ne pense pas qu’Alain Juppé se sentira piégé, étant donné qu’il n’a rien promis au maire de Pau… ».

CM

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais