A la une
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 28.06.2019 - tony-duret - 2 min  - vu 440 fois

LE 7H50 de Christophe Rivenq : « Le Pôle Mécanique est une fierté immense »

Christophe Rivenq. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

À l’occasion des 20 ans du Pôle Mécanique, qui seront fêtés comme il se doit ce dimanche 30 juin, le bras droit de Max Roustan, à l’initiative du projet, revient sur la création de ce site qui attire chaque année près de 200 000 personnes.

Objectif Gard : Comment est née l’idée du Pôle Mécanique ?

Christophe Rivenq : Elle est venue en 1994 lorsque nous préparions le projet municipal des élections de 1995. Il faut savoir que le taux de chômage de l’époque était de 25% sur Alès et on voulait redynamiser le bassin. On a commencé par éliminer tout ce qui était concurrentiel, tout en réalisant qu’un certain nombre d’entreprises travaillaient dans le milieu de la mécanique. Et puis, en creusant, on s’est rendu compte qu’aucun site en France ne proposait aux PME-PMI d’avoir accès aux pistes.

Comment le projet a-t-il été perçu à l’époque ?

Au tout début, peu de gens y croyaient dans la mesure où nous avions fait le choix que l’endroit ne serait pas un lieu de compétition. Mais ça a pris très vite, notamment parce qu’on avait décidé de mettre les bâtiments réservés aux entreprises au cœur du Pôle Mécanique. Il n’y a d’ailleurs pas eu d’opposition à l’époque.

Ce qui est rare !

Oui, mais on a énormément travaillé. Rendez-vous compte, on a inauguré la première piste, celle de karting, même pas quatre ans après avoir lancé le projet. Ce serait impossible aujourd’hui. Notre autre force, en plus d’avoir trouvé le lieu, qui était une friche industrielle, c’est d’avoir dimensionné le Pôle tel qu’il est aujourd’hui.

On vous sent très attaché à ce site…

Evidemment ! J'en connais chaque mètre carré. C’est une exceptionnelle réussite, une fierté immense. Le Pôle Mécanique a changé l’image de la ville au niveau international, mais aussi en termes économiques : ce sont 1 000 emplois directs. Sportivement, c’est aussi plein de réussites. Je pense à Romain Dumas ou à l’arrivée de l’écurie Duqueine qui a choisi de s’installer à Alès plutôt qu’au circuit du Castellet.

Que peut-on lui souhaiter à ce Pôle Mécanique ?

Tout le monde le connaît, mais tout le monde ne l’a pas vu. Si vous voulez être fier, venez le voir !

Tony Duret

Ce dimanche 30 juin sera une parfaite occasion. Le Pôle Mécanique ouvre ses portes de 9h à 18h. Retrouvez tout le programme sur ce lien

Tony Duret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais