A la une
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 13.06.2017 - abdel-samari - 4 min  - vu 148 fois

LÉGISLATIVES 1er tour : après la vague En Marche, les réactions des politiques gardois

Ce premier tour des Législatives 2017 restera gravé dans les esprits. Par le record absolu de l'abstention et la démobilisation des français. Mais aussi et surtout par le score incroyable de La République En Marche, mouvement d'Emmanuel Macron, encore inconnu du grand public il y a tout juste un an. Dans le Gard,  la vague En Marche! a laissé sur le carreau Fabrice Verdier, Christophe Cavard, Thierry Procida, et bien d'autres. Il devient le premier parti du Gard devant le Front National, perdant de la soirée. Et dimanche prochain, s'ouvre l'opportunité d'un grand chelem dans le département pour les soutiens du Président de la République. Comme pour les socialistes en 2012, la République en Marche peut envoyer cinq députés gardois sur six à l'Assemblée Nationale voir faire mieux et réussir l'exploit de remporter les six circonscriptions !

Bousculé par cette vague géante, les ténors locaux réagissent sur ObjectifGard : 

Denis Bouad, Président du Département du Gard :

"Les Gardoises et les Gardois, comme l’ensemble de nos compatriotes, ont clairement exprimé le souhait de voir se consolider un pacte national hors du champ politique habituel, une coexistence politique importante pour l’action. Cette aspiration populaire, je la constate dans le Gard, sur le terrain, avec des retours très positifs sur l’action départementale, dégagée des arbitrages partisans, que je propose depuis deux ans. Cela doit renforcer notre conviction et notre volonté de battre, dans toutes les circonscriptions du département, les candidats de l’extrême droite qui, à contre courant de la volonté des citoyens, oeuvrent à la division. Il est important de se mobiliser pour tous les candidats démocrates et républicains qui les affrontent, pour que le Gard n’envoie aucun député FN à l’Assemblée Nationale. Tout indique que la semaine prochaine le Président de la République aura une très forte majorité pour mettre en œuvre sa politique. Tout indique que le Gard sera particulièrement bien représenté dans cette majorité, notamment par les candidats que je soutenais : Françoise Dumas, Mari Sara et Olivier Gaillard. Je regrette que des élus de la qualité d’Alexandre Pissas, 1er Vice-président du Département, Christophe Cavard, député sortant, et Fabrice Verdier, député très investi auprès de la population et qui a accompli un travail remarquable au cours de ces 5 dernières années, ne les accompagnent pas. Il reste que ce scrutin est également marqué par une abstention qui continue d’augmenter, ce qui est toujours une très mauvaise nouvelle pour la Démocratie. Elle doit nous inquiéter et surtout tous nous mobiliser, des communes à l’Etat, pour réussir et répondre aux attentes des citoyens sur les questions d’emploi, de sécurité, d’éducation, de solidarité..."

Jean-Paul Fournier, Sénateur-Maire de Nîmes :

"Jamais dans l’histoire politique de notre Pays, nous n’avons connu un tel niveau d’abstention où moins d’un Français sur deux s’est déplacé pour élire son Député. Ainsi, en cherchant à tuer dans la confusion et l’ambiguïté et la Droite et la Gauche, Le Président Macron a en réalité tué la démocratie ! J’attends désormais de ma famille politique qu’elle s’affirme comme pleinement de droite, sans combinaison, sans compromission, sans complexe, mais avec de vraies convictions pleinement assumées. Les résultats de ces élections législatives, notamment dans le Gard, montrent sans ambiguïté que la perte de repères clairs a totalement déboussolé les électeurs. Quels que soient les Députés élus dimanche prochain, il est certain qu’avec le record d’abstention que nous venons de vivre, ils ne disposeront d’aucune légitimité populaire ou politique."

Yvan Lachaud, Président de l’UDI du Gard, Président de Nîmes Métropole :

"La logique institutionnelle a, sans surprise, prévalu dans le cadre de ces élections législatives, au cours desquelles les français ont placé en tête les candidats soutenus par le Président de la République. Il faut cependant noter, en constatant la faiblesse du taux de participation, que cette logique amène les électeurs à se détourner de plus en plus largement des bureaux de vote pour ce scrutin pourtant essentiel à l’expression du pluralisme démocratique. Je tiens à féliciter l’ensemble des candidats LR UDI qui ont fait une campagne digne en portant nos valeurs dans un contexte très difficile. Pour le second tour, localement et face au Front National, je voterai et appelle à voter sans hésitation pour Françoise DUMAS et Philippe BERTA. L’élu que je suis, Président de Nîmes Métropole, continue à œuvrer dans l’intérêt général et je compte sur les Députés élus dimanche prochain pour aider notre territoire à se développer dans l’intérêt de tous nos concitoyens."

Richard Flandin, candidat malheureux de la 6e circonscription :

"Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont fait confiance lors de ce premier tour des Législatives. Malheureusement, la faiblesse de la mobilisation et la dynamique attrape-tout des marcheurs ne me permet pas d'être au deuxième tour. Je regrette que la proximité, le travail de terrain effectué depuis des mois n'aient pas payé. Je veux saluer les deux finalistes, même si en choisissant un député uniquement sur son étiquette politique, j'ai bien peur que nous renouvelions l'erreur de 2012 avec l'élection d'un député qui a été, une fois élu, aux abonnés absents. Fort de mes valeurs de droite, une droite humaniste, gaulliste et sociale, je continuerai à peser dans le débat politique local."

Revivez la soirée des Législatives dans le Gard ICI

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais