A la une
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 19.03.2022 - corentin-migoule - 4 min  - vu 481 fois

NÎMES OLYMPIQUE Décimés et sans idée, les Crocos rentrent bredouilles de l’île de Beauté

Photo d'archive (Anthony Maurin / Objectif Gard) - Anthony MAURIN

En raison d’une nouvelle avalanche d’absences qui aura plombé sa saison, le Nîmes Olympique se déplaçait à Ajaccio décimé ce samedi soir. Logique et méritée, la nouvelle défaite des Crocos (1-0) les relègue à une 11e place conforme à ce qu’ils proposent depuis plusieurs mois.

Le contexte. Comment battre la meilleure défense du championnat en jouant sans attaquant ? Telle est l’équation qui se présente aux Crocos ce samedi soir à François-Coty. Privé d’Eliasson, Omarsson, Koné et Doucouré, Nicolas Usaï est contraint d’aligner Yassine Benrahou en faux n°9. Car s’il a déjà scoré à dix reprises cette saison, l’ancien bordelais est tout sauf un vrai avant-centre. Décimés (10 absents), les Gardois affrontent des Ajacciens revanchards après avoir laissé le derby corse aux Bastiais à domicile il y a quinze jours.

Le match. Alors que Youssouf se troue sur une passe anodine de Sainte-Luce, Ferhat file seul vers le but de Leroy. Après avoir temporisé dans l’espoir de voir débouler un partenaire, l’international algérien s’excentre et frappe dans un angle fermé sans inquiéter le portier acéiste (6e). Les lumineuses passes verticales de Laci transpercent régulièrement l’entrejeu nîmois, mais Courtet et Krasso sont repris de justesse par Martinez (7e et 11e).

Les Corses mettent le pied sur le cuir et se font de plus en plus pressants sur le but de Lucas Dias qui effectue sa première intervention du match en boxant avec autorité un corner rentrant vicieux (20e). La sortie sur civière de Matthieu Coutadeur est un sacré coup dur pour les hommes d’Olivier Pantaloni qui perdent à la fois leur capitaine et leur maître à jouer (25e). Ce n’est hélas pas fini pour le technicien acéiste qui voit sortir Mickael Barreto sur blessure dix minutes plus tard (36e). L’occasion pour les Nîmois de revoir une vieille connaissance puisque le vétéran Riad Nouri, buteur à l’aller (0-2), le remplace.

Par on ne sait quel miracle, le NO n’encaisse pas de but au terme d’une séquence complètement folle qui a vu l’ACA tirer au but six fois en moins de trente secondes. Une frappe sèche de Cimignagni depuis l’extérieur de la surface oblige Dias à une première parade, mais le portier nîmois repousse dans les pieds de Krasso, lequel pense avoir ouvert le score quand ce même Dias s’arrache pour sauver le ballon sur sa ligne. Il faut un retour de deux crocos pour empêcher Bayala en embuscade de pousser la balle au fond des filets, avant que Sarr ne se sacrifie pour repousser la puissante tentative de Courtet. Le cuir revient alors dans les pieds de Nouri qui enroule et fait briller Dias pour la troisième fois dans la même séquence (43e). Sur le corner qui suit, le jeune gardien formé au club écœure Krasso qui voyait sa tête faire mouche. Le dernier nommé n’est pas loin d’ouvrir le score deux minutes plus tard lorsqu’il reprend à bout-portant un centre de Kalulu, au-dessus. L’état de grâce de Dias a même failli permettre au NO de rentrer aux vestiaires avec un but d’avance. Suite à un une-deux avec Benrahou dans la surface corse, Fomba frappe en demi-volée. Celle-ci passe un petit mètre à côté du poteau gauche de Leroy (45+4).

Laci en nettoyeur de lucarne

Le coup d’envoi du deuxième acte n’a été donné que depuis deux minutes trente lorsque Laci se débarrasse trop facilement de Ponceau pour mystifier Dias d’une frappe lointaine (1-0). Il fallait un tel bijou pour battre le remplaçant de Bratveit, imprenable jusque-là. C’est évidemment mérité pour les locaux bien plus entreprenants que les visiteurs qui boivent la tasse lorsque déferlent les vagues corses.

Comme souvent quand ça va vite, il y a des courants d’air dans le dos d’Mbow et Krasso en profite sur une subtile déviation de la tête de Courtet. Mais l’ancien stéphanois bute sur le portier nîmois pour la énième fois (57e). En délaissant sa position axiale initiale dans laquelle il a été fantomatique, Benrahou est plus en vue et le NO se porte tout de suite beaucoup mieux. D’autant que Sidy Sarr se décide à évoluer un cran plus haut après le passage des siens à une défense à cinq.

Mais si les intentions nîmoises sont bien meilleures, elles ne se traduisent pas pour autant par des occasions franches, l’ACA n’ayant pas la meilleure défense de Ligue 2 pour rien. Magistral tout au long du match, Laci dépose le ballon sur le front de Vidal (77e), qui récidive quatre minutes plus tard en sollicitant la barre transversale gardoise sur un corner botté par Nouri. Sans trembler, les hommes d’Olivier Pantaloni s’offrent une fin de match tranquille pour glaner un précieux succès (1-0) qui les replace sur la troisième marche du podium. Si le match ne s’est pas joué à Capri, c’est bel et bien fini pour des Nîmois qui n’accrocheront pas les barrages d’accession. Ils chutent même à la 11e place du classement au terme de cette 30e journée de Ligue 2 et peuvent s’estimer heureux que Quevilly-Rouen (18e) reste à huit points derrière après sa défaite à Niort.

Corentin Migoule

30e journée de Ligue 2. Stade François-Coty. 2 000 spectateurs environ. Arbitre : M. Thual. AC Ajaccio 1–0 Nîmes Olympique (mi-temps : 0-0). But pour Ajaccio : Laci (48e). Avertissement pour Nîmes : Benrahou (90+2).

AC Ajaccio : Leroy – Youssouf, Gonzalez, Vidal, Kalulu – Laci, Coutadeur (cap., Cimignani, 25e), Barreto, Bayala (Cabrolle, 74e) – Courtet, Krasso (El Idrissi, 74e). Entraîneur : O. Pantaloni.

Nîmes Olympique : Dias – Paquiez (Guessoum, 84e), Martinez (cap.), Mbow, Sainte-Luce – Sarr, Fomba, Ponceau (Sazdoute, 79e) – Delpech (Ueda, 67e), Ferhat, Benrahou. Entraîneur : Nicolas Usaï.

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais