Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 20.03.2022 - corentin-migoule - 5 min  - vu 936 fois

NÎMES OLYMPIQUE Découvrez les notes des Crocos au lendemain du revers à Ajaccio (1-0)

Lucas DIas a sorti un gros match face à Toulouse (Photo archives Anthony Maurin). - Anthony MAURIN

En l'absence de Bratveit, Lucas Dias a longtemps retardé l'ouverture du score ajaccienne. (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Au lendemain de chaque match du Nîmes Olympique, la rédaction sport d’Objectif Gard vous propose une analyse des prestations individuelles des Crocos. Retour sur cette défaite (1-0) à Ajaccio qui relègue les Rouge et Blanc à la 11e place.

Le Croco clé

Lucas Dias (7/10) : Il boxe avec autorité le premier corner du match vicieux botté par le pied droit d’un ajaccien (20e). Par on ne sait quel miracle, il évite l'ouverture du score au terme d'une séquence complètement folle qui a vu l’ACA tirer au but six fois en moins de trente secondes (43e). Une première parade sur une frappe sèche de Cimignani depuis l’extérieur de la surface, puis une seconde dans la foulée après la tentative de Krasso, avant de briller pour la troisième fois dans la même séquence en détournant en corner la frappe enroulée de Nouri. L'état de grâce se poursuivra encore quelques minutes avant que Laci ne trouve la faille d'un missile expédié de 25 mètres sur lequel le remplaçant de Bratveit ne peut rien (48e).

Au cas par cas

Gaëtan Paquiez (4/10) : Son vis-à-vis (Baretto) est sorti sur blessure peu avant la pause et son remplaçant (Nouri) n'a pas été le plus en vue, ce qui prouve que le latéral droit nîmois n'a pas sombré défensivement comme cela a pu lui arriver par le passé. Il n'a toutefois rien apporté sur le plan offensif en ne parvenant pas à exploiter les mètres d'avance dont il disposait suite à un joli renversement de Ferhat (70e). Remplacé par Guessoum à la 84e minute de jeu.

Pablo Martinez (5/10) : Le capitaine des Crocos s'est comporté comme tel en évitant le naufrage des siens. Mais comme les autres, il a souffert de la qualité technique ajaccienne et de la mobilité de Krasso. Un sauvetage de la tête pour empêcher Nouri de doubler la mise est à mettre à son crédit (78e), illustrant à merveille l'abnégation avec laquelle il a tenté de repousser les assauts acéistes.

Moustapha Mbow (4/10) : On avait en tête ses deux contre-performances à Caen et à Grenoble et on redoutait une nouvelle soirée cauchemardesque pour l'ancien rémois. Si elle a été loin d'être parfaite, il y a eu du mieux dans son entente avec Martinez. Mbow est toutefois coupable d'une passe axiale dangereuse interceptée par Coutadeur qui a offert une frappe à Courtet (22e). Il a souvent pris l’eau lorsque les Acéistes ont joué en profondeur, mais s’est montré précieux avec son jeu de tête sur les longs ballons et les centres corses.

Théo Sainte-Luce (4/10) : Le côté droit ajaccien formé par le très mobile duo Youssouf/Bayala a fait souffrir le latéral gauche nîmois, qui a parfois été suppléé par Ferhat et Sarr. Le joueur passé par le Red Star et le Gazélec d'Ajaccio nous avait aussi habitué à mieux dans l'apport offensif et n'a donc pas livré sa meilleure copie de la saison.

Sidy Sarr (5/10) : Un ballon bien gratté dans les pieds de Coutadeur (3e), puis un superbe tacle glissé pour stopper Laci (18e) ont montré que le gaucher était bien rentré dans sa partie. Hélas, il rate complètement son ouverture après un modèle de sortie de balle qu’il a lui même initié avec l’aide de Sainte-Luce et de Ponceau (32e). À l'heure de jeu, l'international sénégalais profite du passage à une défense à cinq pour évoluer plus haut sur le terrain. Un repositionnement qui coïncidera avec un léger temps fort pour les Nîmois, lesquels ne se créeront malgré tout pas de véritables occasions.

Lamine Fomba (4/10) : Une soirée éprouvante pour le longiligne milieu de terrain nîmois, martyrisé par l'aisance technique du virevoltant Laci. Sa passe mal assurée pourtant anodine a failli coûter cher au NO (13e). Il est en revanche le seul à avoir fait passer un frisson sur la cage adverse en tirant en demi-volée après un joli une-deux avec Benrahou (45+3).

Julien Ponceau (3/10) : Ce garçon est toujours aussi difficile à appréhender. Car s'il peut se montrer adroit et intéressant lorsqu'il est en possession du ballon, il l'est beaucoup trop peu souvent. Ce n'est pas la première fois depuis le début de la saison qu'il brille par son absence en traversant la rencontre comme un fantôme. Remplacé par Sazdoute (79e) qui, dans un rôle plus défensif, n'a pas fait beaucoup mieux.

Zinédine Ferhat (5/10) : Il allume la première mèche du match après une belle course dans le dos de la défense acéiste. Mais il aurait dû faire mieux dans le geste final après s’être excentré (6e). Un bon jeu dos au but a permis à son bloc de remonter (14e), tandis qu’il a effectué un beau geste défensif en remportant son duel face à Krasso en position de latéral gauche (17e). Son festival de dribbles dans un petit périmètre aurait mérité meilleure issue (62e).

Léon Delpech (3/10) : Il manque cruellement de vitesse et de créativité dans son duel à l’entrée de la surface adverse face à Kululu (40e) sur ce qui aurait pu constituer sa première situation offensive intéressante. S’il n’a pas rechigné à défendre pour prêter main-forte à Paquiez, il a été remplacé par Ueda (67e) à l’issue d’une prestation quelconque.

Yassine Benrahou (4/10) : Que cela a été difficile pour l'attaquant du soir d’exister dans ce match seul à la pointe d’un 4-3-3. Il n'a en effet ni le gabarit, ni le sens du déplacement d’un vrai n°9, et s'est donc épuisé avec courage au pressing pour tenter de gêner la relance ajaccienne. En fin de match, il a délaissé l'axe en décrochant davantage et en migrant sur le côté droit pour toucher plus de ballons, sans parvenir à les convertir en occasions.

Le coach – Nicolas Usaï (4/10) : Privé de la majorité de ses joueurs offensifs, les choix de Nicolas Usaï étaient très limités pour concocter son onze de départ. Si on s'attendait à ce qu'il mette le bus à Timizzolu avec une défense à cinq, il a néanmoins aligné un 4-3-3 avec l'ambition de jouer ce match pour le gagner. Cela n'a pas payé et le passage à trois dans l'axe avec la rentrée à un peu plus de 20 minutes du terme a été judicieux pour redonner de la stabilité et éviter de repartir de l'île de Beauté les valises pleines.

L’arbitre – M. Thual (6/10) : S'il y a eu des duels dans cette rencontre, on a assisté à un match propre. M. Thual n'a sorti que deux cartons jaunes en fin de partie, celui pour Benrahou a été brandi pour contestation. En première période, le jeu a été souvent arrêté avec notamment les deux joueurs blessés du côté des insulaires. L'arbitre a eu aucune situation litigieuse à gérer.

L’adversaire – Ajaccio (6/10) : Pendant 40 minutes, les Corses sont restés dans leur travers : c'est à dire une possession stérile avec très peu d'occasions franches. S'ils méritaient d'ouvrir le score avant la pause, ils sont parvenus à le faire dès le retour des vestiaires avec le bijou de Laci. Derrière, ils peuvent regretter leur manque d'efficacité pour ne pas avoir réussi à corser l'addition. Une équipe solide sur tous les plans qui représente un candidat très sérieux à la montée dans l'élite.

Le match (5/10) : Il est toujours peu évident de se régaler quand on assiste à un exercice d'attaque-défense pendant quasiment 90 minutes. On retiendra le sauvetage héroïque de la défense nîmoise et un top but. La deuxième période a été plus animée et Dias a fait le show.

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio