Publié il y a 9 ans - Mise à jour le 22.03.2015 - elodie-boschet - 2 min  - vu 400 fois

PORTRAIT DU DIMANCHE Olivier Grillo lance sa marque d'espadrilles

Olivier Grillo, créateur de la marque Club Farniente. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Club Farniente, voici le nom d'une nouvelle marque d'espadrilles créé il y a quelques mois par un Gardois dénommé Olivier Grillo, habitant du petit village de Saint-Brès, situé à deux pas de Saint-Ambroix.

Grand classique de l'été, l'espadrille va bientôt faire son grand retour au pied des vacanciers. Cousues sur une semelle en corde, ces sandales légères venues du Pays Basque sont de plus en plus populaires en France et à l'étranger. À 31 ans, Olivier Grillo, opticien à Saint-Ambroix, a eu envie de surfer sur la vague de ce succès. Après avoir vécu plusieurs années aux Antilles, il est revenu chez lui, dans le Gard, pour lancer la marque Club Farniente.

Un art de vivre

Plus qu'une chaussure, c'est un art de vivre qu'Olivier souhaite vendre. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard qu'il a choisi d'intégrer le mot « farniente » à sa marque, de façon à véhiculer un message positif de détente, de partage et de convivialité. « Lorsque j'étais aux Antilles, je vivais sur une petite île de 15 000 habitants où l'atmosphère est totalement différente de la galère française. J'avais envie de transmettre cette philosophie de vie, où l'on prend le temps de vivre », explique le trentenaire.

De retour en Cévennes, le Gardois met en place son projet dès le printemps dernier. « Je suis allé à la rencontre de fabricants d'espadrilles dans le sud-ouest puis j'ai établi une collection de départ pour hommes-femmes, du 36 au 46, composée de 12 modèles », raconte t-il. Chaque type d'espadrille porte le nom d'un cocktail : Mojito, Bloody mary, Pastis, Pina Colada, « l'esprit vacances et détente est là », note l'entrepreneur.

L'export ?

Pour l'heure, une première série de 144 espadrilles a été fabriquée dans une petite usine artisanale située à Mauléon, dans les Pyrénées-Atlantiques. Pour lancer la production d'une seconde série à plus grande échelle, Olivier fait appel à la générosité des internautes via le site de financement participatif Ulule. Il doit parvenir à récolter 2000 euros avant le 6 avril.

Ensuite, il prévoit d'implanter sa marque dans des villes comme Biarritz, Cannes, Nice ou encore Paris, en proposant ses espadrilles à des concepts-stores. Enfin, sa grande ambition est de se développer à l'étranger. « Je souhaite faire mon plus gros volume de vente à l'export, à Hong-Kong, en Corée du Sud, au Japon, à Taïwan », indique t-il. Et d'ajouter : « Les étrangers préfèrent acheter un produit fabriqué en France plutôt qu'au Bangladesh, quitte à payer quatre fois plus cher ». Le Club Farniente d'Olivier Grillo pourrait donc bien dépasser les frontières cévenoles.

www.clubfarniente.com

Elodie Boschet

Elodie Boschet

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio