A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 01.01.2018 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1612 fois

TOP POLITIQUE À Saint-Gilles, Eddy Valadier mène bien sa barque

En cette fin d'année, il est plus que temps de dresser le bilan. Objectif Gard vous propose sa sélection de celles et ceux qui ont marqué 2017 pour le meilleur, et pour le pire... Place aujourd’hui au maire de Saint-Gilles : l’édile a obtenu des subventions à tour de bras pour financer ses projets.
Le maire de Saint-Gilles Eddy Valadier aux côtés du préfet de Région,Pascal Mailhos. Photo : Coralie Mollaret.

Ce n’est pas le casse du siècle, mais presque. Élu à la mairie de Saint-Gilles en 2014, Eddy Valadier a pris son bâton de pèlerin. Sa quête ? Les subventions sonnantes et trébuchantes des collectivités, pour financer ses « grands projets » et « changer l’image de son territoire. » Un territoire régulièrement sur le devant de l’actualité pour son taux de chômage et l’enracinement du Front National.

Du talent... 

L’ex-cadre administratif et financier sait y faire. Ses compétences lui ont permis de convaincre pléthore de partenaires, comme pour la rénovation des halles Baltard. Inaugurées en juin, l’État (590 000€), le Département (230 000€), Nîmes Métropole (240 000€) ont sorti le chéquier pour participer aux 2,5M€ de travaux.

Idem pour l’Abbatiale. Toujours en chantier, le monument se pomponne pour fêter en 2018 les 20 ans de son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Là aussi, Eddy Valadier est allé à la pêche aux subventions : sur les 2,7 M de travaux, 1 M€ est financé par l’État, 400 000 € par Nîmes Métropole, 386 000 € par la Région, 200 000 € par le Département. Le reste, 700 000 €, est à la charge de la commune. « Je ne demande pas que Saint-Gilles bénéficie de plus que les autres, mais je défends l'idée que Saint-Gilles ne doit pas avoir moins que les autres », brandit le maire, comme pour apaiser les jalousies de ses homologues.

…et de la chance !

Il n’empêche que depuis les Municipales, les investissements sur la cinquième commune du Gard ont connu un coup d’accélérateur. Cette année, le Département a acté la reconstruction du pont du canal du Rhône à Sète. Nîmes Métropole a validé celle de la station d’épuration (21M€ !) et 240 000€ pour la rénovation du parking Charles de Gaulle.

Si Eddy Valadier a du talent, il profite aussi d'un contexte politique favorable. Entre une majorité relative au Département et la guerre Fournier-Lachaud à Nîmes Métropole, l’édile a su tirer les marrons du feu. En espérant que le vent ne tourne pas trop en 2018…

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais