Actualités
Publié il y a 4 mois - Mise à jour le 04.09.2022 - abdel-samari - 9 min  - vu 2590 fois

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

C'est la rentrée aussi pour les indiscrétions politiques du dimanche !

Une chanson douce. Les vacances sont souvent propices à l’envoi de cartes postales, histoire de se donner des nouvelles. Durant ce mois d’août, Jean-Paul Fournier et Franck Proust ne se sont pas envoyés que des mots doux. Le président de Nîmes métropole est le premier à avoir dégainé. Ulcéré par les propos tenus par le maire de Nîmes dans une interview accordée à Objectif Gard à la fin du mois de juillet, son sang n’a fait qu’un tour. En cause : le dossier du marché gare et de son locataire devenu indésirable, la Banque alimentaire. Franck Proust démarre son courrier en expliquant qu’il porte avec l’Agglo de Nîmes un projet de reconversion urbaine pour la réhabilitation de cet espace voulu par Jean-Paul Fournier lui-même. Il rappelle au passage qu'il n’hésite jamais à solliciter la ville de Nîmes pour connaître son avis sur l’avancement. Seulement, il s’étonne que les informations ne remontent pas directement au maire alors que le premier adjoint, Julien Plantier, et l’adjointe à la Culture, Sophie Roulle, participent aux réunions hebdomadaires des deux entités où le sujet est régulièrement abordé. Vous avez compris le sous-entendu… Mais la suite est encore plus savoureuse. Franck Proust interpelle le maire sur l’absence handicapante de la ville de Nîmes à une invitation de la préfète du Gard, début juillet, pour évoquer justement le devenir de la Banque alimentaire dans le bâtiment. La réponse de Jean-Paul Fournier ne s’est pas faite attendre. Surtout que le premier édile n’a pas du tout apprécié que la missive du président de Nîmes métropole soit aussi envoyée au président de la Banque alimentaire du Gard, à la présidente du Département, à la préfète du Gard et même à la présidente de la région Occitanie ! On ne lave pas son linge sale en public… Dans sa réponse, le maire de Nîmes démarre en s’inquiétant de la situation sociale de la cité, redoutant les mois à venir avec une forte activité caritative. Il poursuit en câlinant sournoisement Franck Proust lui reconnaissant le titre de « membre essentiel de sa majorité municipale », avant de mettre la première gifle. Il rappelle au président de Nîmes métropole qu’il aurait préféré une discussion de vive voix plutôt que ce courrier « lourd, truffé de sous-entendus désagréables. » Avant de porter l’estocade en confirmant que la Banque alimentaire du Gard restera sur le site du marché gare. Que Franck Proust le veuille ou non ! Pour doucher toute tentative de putsch à l’Agglo, Jean-Paul Fournier termine son courrier en proposant une réunion de travail sur le sujet en septembre avec… Julien Plantier, son premier adjoint et président de la SPL en charge des projets d’urbanisme de la Ville. Comme un avertissement ? Reste à savoir si ce courrier du maire a bien été écrit de sa main. À l’Agglo, on en doute fortement. Antoine Roger, son directeur de cabinet, est dans le viseur. « Ce monsieur n’existe que dans les problèmes qu’il crée », glisse amer un membre de l’équipe rapprochée de Franck Proust… Les mois défilent, les tensions se précisent !

Ça déménage ! Au foot, on a le stade provisoire avant le stade définitif. À la CCI Gard, c’est un peu la même chose. Sauf que cette fois-ci, les choses ne sont pas très bien organisées. N’est pas entrepreneur qui veut ! Alors que la construction de la fameuse Maison des entreprises - qui n’accueillera d’ailleurs aucune entreprise - est toujours en attente de trouver les sociétés pour se construire, ainsi que les derniers budgets qui vont avec, les salariés de la Chambre consulaire ont eu l’heureuse surprise d’apprendre qu’il fallait dégager manu militari du siège historique de la rue de la République d’ici le 31 décembre prochain. En effet, le bâtiment appartient désormais à la ville de Nîmes… Et la mairie a bien l’intention de ne plus perdre de temps, son Palais des congrès, lui, avance… Éric Giraudier est donc parti en quête d’un nouveau local. Il a trouvé son bonheur. Pas sûr que ce soit le cas pour ses équipes qui vont passer de la lumière à une forme d’anonymat. Rendez-vous désormais au 793 chemin du Mas de Vignolles. Comme personne ne sait où c’est, voici une photo. Effet waouh garanti !

Le nouveau siège de la CCI Gard, quelque part à Nîmes. Photo Objectif Gard

Au culot ! Ce lundi, le président de la République, Emmanuel Macron, recevait à l’Élysée les députés de la majorité battus en juin dernier pour les consoler et leur dire qu’il comptait sur eux à l’avenir. Les trois députés LREM du Gard battus, Françoise Dumas, Anthony Cellier et Catherine Daufès-Roux y étaient, bien évidemment, ainsi que… Annie Chapelier ! Oui, oui, la même « qui a tant décrié l’Assemblée nationale en disant qu’elle ne servait à rien », glisse une source, et qui en a même fait un livre. Celle aussi qui avait claqué la porte du groupe LREM, et celle qui n’a même pas été battue puisqu’elle n’était pas candidate à sa succession. « Elle a été invitée… Et elle est venue ! Quel culot hallucinant », s’étrangle cette même source. Précision vestimentaire, l’ex-députée avait choisi une belle robe rouge pour faire honneur aux salons de l’Élysée. Il aurait été dommage de la rater. 

Courdil sèche la rentrée ! Franck Proust, en concertation avec le maire de Nîmes, a choisi de nommer durant l'été François Courdil à la fonction de secrétaire départemental adjoint de la fédération Les Républicains, en remplacement du démissionnaire Julien Plantier. Adjoint à la Politique de la ville et aux centres sociaux à la ville de Nîmes, François Courdil a séché la rencontre conviviale de rentrée chez Les Républicains vendredi soir. Ça commence bien ! L'assistance a été quelque peu surprise de ne pas voir arriver le nouveau secrétaire départemental adjoint. Mais peut-être que le jeune élu attend la fête départementale du parti le 28 septembre à la manade Bilhau à Saint-Gilles pour acter officiellement sa nouvelle fonction...

C'est dans les vieilles marmites... On ne se moquerait pas un peu de nous au département du Gard ? Alors que depuis deux ans on critique ouvertement l’argent jeté par les fenêtres sous l'ère de l'ancien président Denis Bouad, on apprend cette semaine que finalement, Françoise Laurent-Perrigot, installerait bien un stand 100 % Gard au Salon international de l’agriculture. Les négociations sont en cours mais le retour du Gard à Paris en 2023 est dans les tuyaux. Sinon l’argument de mettre l’argent économisé dans l’agriculture locale, on oublie ? Et les excuses à Denis Bouad, c’est prévu ?

Le gourmand Franck Proust... En guerre avec le président de la Communauté d’agglomération du Grand Narbonne, le patron des Grands Buffets, Louis Privat, veut quitter son site historique. Depuis, les prétendants sont nombreux. Il faut dire que cette institution narbonnaise dresse chaque jour 1 000 couverts et génère un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros par an. Béziers, Perpignan ou encore Carcassonne ont immédiatement manifesté un vif intérêt. Mais ils ne sont pas les seuls… Franck Proust, président de Nîmes métropole, a aussi candidaté dans le plus grand secret. Même s’il ne se fait pas beaucoup d’illusions sur le choix final du propriétaire, qui préférera certainement ne pas faire subir au personnel un déménagement trop lointain, il conserve une petite lueur d’espoir. Et l’énergie pour lui dresser un tapis rouge… Encore un !

Dernières relectures. Franck Proust, encore lui, a profité du calme de la période estivale pour préparer sa défense avec ses avocats dans le dossier de la Senim, affaire dans laquelle la cour d’appel de Nîmes l’a condamné. Ayant fait appel de la décision auprès de la cour de cassation, il espère que ses arguments seront cette fois-ci entendus. L’instruction devrait débuter dans les mois qui viennent pour une décision rendue en 2023. Le président de Nîmes métropole espère que la condamnation sera cassée sans nouveau jugement devant une autre cour d’appel. Ce qui l’obligerait une nouvelle fois à vivre avec une épée de Damoclès quelques années.

La cour de cassation : de Paris à Nîmes. Cette information n’a rien à voir avec ce qui précède et pourtant, les deux s’entrechoquent inévitablement. En effet, à l’invitation de l’université de Nîmes, Chantal Arens, qui a occupé les fonctions de première présidente de la cour de cassation jusqu’au 30 juin 2022, viendra à Nîmes à l’occasion de la rentrée solennelle 2022-2023 des étudiants en licence de Droit. On se souvient que l’année dernière, c’est François Molins, procureur général près la cour de cassation qui était venu à Nîmes. No comment…

Pas de photo pour le coco ! En politique, c’est un évènement assez rare pour être souligné. Lundi dernier, Nîmes métropole et ses partenaires financiers ont inauguré le prolongement du Tram’bus, ainsi que la création de deux nouvelles lignes reliant Marguerittes et Caissargues. Jusque-là rien d’anormal. Pour ce projet, le conseil régional d’Occitanie, présidé par Carole Delga, a sorti le chéquier à hauteur d’environ 8 millions d’euros. Lors de ladite inauguration, c’est le vice-président PCF aux transports, Jean-Luc Gibelin, qui représentait la présidente. Réputé pour être un « coco réformateur », l’édile n’est toutefois pas prêt à tous les sacrifices : quand son collaborateur lui a soufflé l'idée de rejoindre le président Les Républicains de Nîmes métropole et le maire de Nîmes le temps d'une photo, Jean-Luc Gibelin a décliné poliment. Diplomatiquement parlant, on met ça sur le compte de la modestie...

La santé a un coût ! Cette semaine a été marquée par l’inauguration de la nouvelle école d’infirmières, baptisée «IFSI» pour Institut de formation aux soins infirmiers. Un évènement au cours duquel les élus ont vanté leur participation à ce projet chiffré à 12 millions d’euros. Seulement, dans l’assistance, certains avaient un peu de mémoire. Si le Conseil départemental, Nîmes métropole et surtout la Région ont versé des subventions, « la ville de Nîmes n’a rien versé… Mieux, elle nous a fait payer le terrain sur lequel le bâtiment a été construit à 150 000 €, alors que d’habitude les parcelles sont cédées à l’euro symbolique », rapporte une source présente lors de l’inauguration.

La CRC écrit à Nicolas Best. Le président de la Chambre régionale des comptes (CRC) Auvergne-Rhône-Alpes a adressé durant l’été un courrier au directeur général du CHU de Nîmes. Un courrier pour lui confirmer avoir parfaitement bien reçu ses réponses suite à la transmission du rapport définitif sur sa gestion de l’établissement de santé d’Annecy. Mais aussi pour lui soumettre quelques observations. D’abord celle de regretter d’avoir visé nominativement la magistrate qui a réalisé l’instruction. Alors que le rapport a été fait de façon collégiale selon lui. Mais surtout en lui indiquant que quelques passages de ses réponses, mettant en cause la probité et l’impartialité de la magistrate, seront tout bonnement supprimés du rapport. Il n’en fallait pas plus pour Nicolas Best de se convaincre une nouvelle fois que le sort s’acharne contre lui. Il se réserve, selon nos informations, la possibilité de contester la suppression d’une partie de ses réponses devant une juridiction compétente… L'affaire est donc loin d'être terminée !

Arnaud Bord veut remettre le couvert ! C’est revigoré que le socialiste alésien est revenu des universités d’été du PS à Blois. Un rendez-vous qui n’a fait que confirmer sa volonté d’être à nouveau candidat au poste de premier fédéral PS. Le prochain congrès du parti socialiste, dont le but est de renouveler les instances, devrait s'ouvrir en début d'année prochaine. Un strapontin qui met directement le quadragénaire en orbite pour de nouveaux défis. Sa défaite aux Législatives l’ayant, dit-il, « renforcé » dans ses convictions. Son interview est à lire demain lundi, à 8 heures, sur Objectif Gard !

De Los Angeles à la ministre des Sports. David Tebib a vécu des vacances sportives. Après un séjour d'une dizaine de jours aux États-Unis, le Nîmois a pris son vol de retour lundi. Pas le temps de souffler et de se remettre du fameux jet lag, le voici dans le train direction Paris pour une réunion de travail avec la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra et Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. Représentant le sport professionnel avec sa casquette de président de l'Association des ligues professionnelles (ANLSP), le patron de l'Usam-Nîmes Gard s'est exprimé longuement sur les premières propositions en matière de sobriété énergétique mises en place par les sportifs professionnels. Pas question toutefois de jouer dans le noir dans le Parnasse infernal, mais la température du chauffage devrait baisser de quelques degrés cet hiver dans la célèbre salle. Mais probablement pas dans les gradins.

Une seule ville vous manque. Disparue de la circulation depuis deux ans, Fanny Rouveret, l’ancienne protégée d’Yvan Lachaud, est de retour à Nîmes. La Nîmoise était en Normandie en tant que chef de cabinet adjointe du président Hervé Morin à la Région, avant de démissionner cet été. Elle vient de prendre un poste au sein d'un cabinet de conseil stratégique à Paris, mais elle exercera ses fonctions à Nîmes, en télétravail. Ce qui lui permettra en dehors de son job de reprendre quelques attaches locales. La relance de l'association Les Gens Denîm est déjà dans les tuyaux. Et plus si affinités ?

Laurent Burgoa, quel pied ! Le sénateur gardois a passé de bonnes vacances. De très bonnes visiblement. Cet été, le Républicain est parti se ressourcer en Espagne. Il a assisté à quelques corridas et profité des bonnes tables ibériques. Il est également allé à la plage se mettre les doigts de pied en éventail. Une image essentielle qu’il a voulu partager avec ses amis sur les réseaux sociaux, annotée du message « farniente total ». Depuis, il paraitrait que sa pédicure fait des envieux dans le mundillo politique nîmois…  

La rédaction

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais