Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 02.04.2015 - baptiste-manzinali - 3 min  - vu 275 fois

ÉDITO De Nîmes : mais où est donc le rock'n'roll, à Montpellier ?

SMAC de Paloma, 250 chemin de l'aérodrome, 30 000 Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Pour les Gardois, habitués à une scène musicale nîmoise détonante pour peu que l'on veuille bien y prêter l'oreille, et ce dans une modeste ville de 150 000 habitants, difficile de trouver un groupe intéressant à Montpellier qui ne se soit pas déjà produit dans la ville aux Arènes.

Non non, surtout, pas de méprise ! Il ne s'agit pas ici, et en aucun cas, de refaire un match Montpellier-Nîmes. Surtout quand on sait que le seul entraîneur du MHSC ayant hissé ce club au titre de champion de Ligue 1, en 2012, était un gardois. Quel débat stérile ! Les deux cousines n'ont de cesse de se crêper le chignon alors que les départements n'existeront bientôt plus, que les distances entre les Hommes n'ont de cesse de s'écourter, et que la fusion des régions approche, un peu à l'américaine. Un peu comme un Dallas Cowboys - Houston Texans dans un Etat aux vastes étendues, où la Camargue flirte avec la Garrigue entre le Mont Aigoual et le Pic Saint-Loup. Peut-être que d'ici peu de temps, pourra t-on espérer une identité "sudiste" revendiquée, et réfléchir à se partager l'affiche intelligemment.

Pas de panneau, pas de chocolat.

Capture d'écran Google Maps de la sortie Est n°23 en direction de....Paloma.

Car pour le moment, si d'un côté, certains font part de leurs difficultés à trouver des panneaux de signalisation - et laissent penser que la technologie du GPS intégré est encore absente dans les zones les plus reculées du monde comme l'Hérault - d'autres ont bien du mal à trouver chaussure à leur pied concernant la programmation musicale parfois douteuse, souvent pompeuse, rarement VRAIMENT excitante du centre-ville de Montpellier. Des places de parking, en fait, il n'en manque pas. Elles fleurissent sur plusieurs étages, à côté d'un centre commercial à l'esthétique qatarienne. Il est vrai qu'à Nîmes, on jalouse un peu les trois Ford Crown Victoria - les mêmes que Starsky et Hutch - de la police municipale montpelliéraine. Mais une fois son ticket de stationnement en poche, où va t-on?

Errance dans la ville

Soit vous êtes prêts à débourser une centaine d'euros pour voir Rihanna à l'Arena Parc & Suites, soit vous allez supporter un groupe proto-punk de Saint-Jean de Védas dans un bar à rhum de la rue de l'Aiguillerie, entrée gratuite. Les deux valent très probablement le coup, mais pour le reste, ne vous emballez pas, on l'a déjà vu à Nîmes. Pour preuve :

Programmation du Rockstore : En dehors de Cali (musicalement discutable) et Popa Chubby (le blues s'arrête là où Popa Chubby commence) qui ont, semble t-il, émerveillé la presse locale montpelliéraine

7 avril 2015 : JABBERWOCKY. Jabberwocky avait partagé l'affiche au Café Olive à Nîmes avec Laetitia Sheriff le 6 décembre 2013.

5 mai 2015 : JESSICA 93. Manque de bol, ils seront à Nîmes trois jours avant, au Spot.

2 juin 2015 : J-C SATAN. Ils étaient dans le line-up de la première édition du This Is Not a Love Song en 2013.

Que dire de la programmation de l'Arena Parc & Suite, où Shy'm et M Pokora concurrencent Maitre Gims ? Il serait de très mauvais goût de comparer avec les Arènes de Nîmes, où les Blacks Keys, les Kills, les Artics Monkeys, Interpol, ont succédé dernièrement à Neil Young, Bob Dylan, Dire Straits, David Bowie. Le centre-ville de Nîmes compte une petite poignée de cafés-concerts qui n'ont rien à envier à personne. Elephant Stone, Gap Dream, The Obits, Feeling Of Love, TV Ghost, Cut In The Hill Gang, Calvin Johnson.

Le This Is Not A Love Song, qui se prépare pour sa troisième édition, symbolise à lui seul l'effervescence, certes locale, qui règne sur la capitale gardoise. Un festival à échelle humaine, à l'image d'une ville qui n'a pas la folie des grandeurs comme d'autres, peut-être parce qu'elle jouit d'un passé architectural à combler toute ardeur.

Montpellier est une ville de musique électronique, on le sait. Son histoire avec le rock, elle remonte à l'époque où Magma et Can remplissait l'amphithéâtre de la faculté des sciences, ou quand OTH empoignait des tournées nationales avec Noir Désir et les Béruriers Noirs. Depuis, rideau. Bref, une situation incompréhensible et désolante pour une ville qui se veut à la pointe de tout.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais