Actualités
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 16.11.2014 - elodie-boschet - 2 min  - vu 239 fois

NÎMES Une journée dédiée aux parents d'enfants diabétiques

Les trois mamans, leurs enfants, et Samira Naji, secrétaire de l'association. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

De nombreux parents et leurs enfants diabétiques étaient réunis hier dans les locaux de l'institut de formation aux métiers de la santé à Nîmes. L'association Le Petit Hérisson organisait une journée sur le thème du diabète à l'école.

Il y a deux ans, trois mamans d'enfants diabétiques - Christine Soler-Coullomb, Nadjet Laidani et Marilyn Louvel-Barrier -, ont eu envie de créer du lien entre les familles concernées par cette maladie. Ensemble, elles ont donc fondé l'association gardoise baptisée Le Petit Hérisson afin de permettre aux parents d'enfants atteints de diabète de partager leurs expériences et d'être soutenus. "C'est une maladie compliqué à gérer au quotidien, que ce soit à l'école ou dans la vie sociale. Nous voulions proposer notre aide à travers diverses activités", explique Christine Soler-Coullomb, présidente de l'association.

Ainsi, depuis que Le Petit Hérisson a vu le jour, plusieurs sorties sont organisées, auxquelles participent une soixantaine de familles. "Nous amenons les enfants faire des activités sportives, comme de la via ferrata par exemple. Les parents ont toujours peur qu'ils fassent un malaise et nous voulons leur montrer que l'on peut faire des tas de choses en étant diabétique, mais qu'il faut avoir un peu de rigueur", assure la présidente.

Le diabète à l'école

Ensuite, à l'occasion de la journée mondiale du diabète, l'association propose une journée dédiée aux parents avec des groupes de paroles animés par des psychologues et des équipes du centre hospitalier, des conférences et des témoignages. Cette année, les trois mamans ont choisi d'aborder le thème du diabète à l'école. "Nous allons notamment parler du projet d'accueil individualisé, un dispositif qui permet de favoriser l'intégration scolaire de l'enfant et qui décrit la conduite à tenir en cas d'urgence", note Christine Soler-Coullomb.

Durant une journée, un enfant diabétique doit effectuer à plusieurs reprises le test qui lui permet de mesurer la quantité de glycémie qu'il a dans le sang. Un acte contraignant nécessitant un suivi de la part de l'enseignant, "qui a parfois peur de mal faire". Face à ces problématiques, l'association tente de donner des pistes pour créer du dialogue entre la famille et les instituteurs. Car l'objectif final, c'est bien que l'enfant souffre le moins possible de son diabète, où qu'il soit et quoi qu'il fasse.

Elodie Boschet

Elodie Boschet

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais