Publié il y a 1 an - Mise à jour le 19.10.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 807 fois

NÎMES Une journée taurine solidaire pour les enfants malades qui ne plaît pas du tout à l'Alliance anticorrida

Photo archive Objectif Gard

Le 30 octobre prochain se tiendra à Méjanes (13) une journée taurine solidaire. Comme chaque année, les fonds récoltés sont reversés au profit des services de pédiatrie des hôpitaux de Nîmes et d'Arles. L'Alliance anticorrida s'y oppose, arguant qu'il s’agira surtout et avant tout d'une corrida.

Par un communiqué, l'Alliance anticorrida exprime sa colère suite à l'annonce d'une journée taurine à Méjanes (13) le 30 octobre prochain. Un évènement organisée au profit des services pédiatriques des hôpitaux d'Arles et de Nîmes afin de "permettre le financement d'activités ludiques pour les enfants atteints de graves maladies".

"Il s’agira d'une corrida particulière, dite de « bienfaisance » et exemptée de TVA avant laquelle les taureaux, souvent de « deuxième choix », subiront une amputation à vif des cornes !, explique Claire Starozinski, présidente de l’Alliance Anticorrida. En acceptant l'argent issu d'un spectacle qui supplicie des animaux, c'est donc l'image des enfants malades qui se met au service de la tauromachie. Et non l'inverse. Une tauromachie moribonde qui tente de redorer son blason, se voulant inattaquable à défaut d'être indéfendable. Mais les enfants qui souffrent, principaux intéressés, savent-ils  vraiment de quoi il s'agit ?  Et supporteraient-ils de voir les sévices infligés aux taureaux en leur nom ?"

Et de poursuivre : "Il existe des moyens  éthiques pour récolter des fonds : l'Association des paralysés de France, les Restos du cœur, l'association Rêves et Emmaüs l'ont compris, en refusant, à la demande de l'Alliance Anticorrida les recettes issues d'une corrida. L'Alliance Anticorrida a informé ses membres de cette nouvelle manœuvre du monde taurin. En l'espace d'une demi-journée, des dizaines d'entre eux ont fait part de leur indignation aux deux établissements hospitaliers."

En effet, renseignement pris, le CHU de Nîmes fait savoir que les services concernés ont reçu un déferlement de courriels en plein week-end, "ce qui a bloqué la messagerie de certains médecins. C'est irresponsable, indique la direction. La corrida est autorisée dans le Sud de la France. Pourquoi devrions-nous refuser des dons ?"

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio