Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 30.12.2021 - corentin-corger - 5 min  - vu 1045 fois

TOUT SUR L'ÉCRAN Quentin Mengual : L'e-sport dans la peau

Quentin Mengual (Photo DR)

Le Beaucairois, ici à gauche, en compagnie de Brak et Bruce (Photo Quentin Mengual)

Ils sont Gardois et font carrière sur le web ainsi qu'à la télévision. Voici le portrait de youtubeurs, instagrameurs, tik-tokeurs et candidats de téléréalité locaux.

Touche à tout, Quentin Mengual a d’abord été raseteur avant de se tourner vers un monde plus virtuel à cause d’une grave blessure. D’abord classés parmi les meilleurs joueurs français du jeu Fifa, le Beaucairois s’est tourné vers l’animation d’émissions e-Sport pour beIN Sports et désormais pour la Ligue de football professionnel. Il évoque ses nouveaux projets et revient aussi sur ses autres passions : le poker et les paris sportifs. Un article publié dans le numéro 17 de notre magazine sorti en avril 2021 et que l'on vous propose de retrouver sur notre site en ces fêtes de Noël.

Originaire d'Orange (Drôme), baccalauréat en poche, Quentin Mengual vient vivre définitivement dans le Gard à 15 ans. Ce surdoué dont la majeure partie de la famille se concentre à Sernhac, Comps et surtout Beaucaire, a développé très jeune une passion pour la course camarguaise. "Quand je venais chez mes grands-parents on allait voir la Palme d'or", raconte-t-il. S'il entre à la faculté de droit à Nîmes, l'adolescent veut surtout faire comme ses idoles les raseteurs. Quentin se forme pendant cinq ans à l'école taurine de Bouillargues avant de passer en pointe, chez les professionnels, une catégorie où les taureaux n'ont plus de protection au bout des cornes.

À la fin de sa première saison un drame se produit : "Je reçois quatre coups de corne dans les jambes." Ce grand sportif reste pendant près de trois ans en convalescence et donc inactif. "C'était comme une petite mort ! Toute mon hygiène de vie était basée autour du sport. Je me suis retrouvé sans ambition", se souvient-il. Cet accident et le décès de son grand-père viendront perturber des études dans lesquelles il n'était pas investi à 100 % : "J'étais là par défaut car ma fin de lycée était un peu turbulente à cause de mon comportement donc je n'ai pas pu intégrer les écoles que je souhaitais." Si Quentin voulait suivre une formation dans le commerce ou les banques, il a toujours rêvé de devenir journaliste sportif.

Et en attendant d'atteindre son but, c'est dans les jeux vidéo qu'il va s'épanouir en participant à des compétitions sur Fifa, la référence en matière de jeu de football. Ses victoires dans différents tournois vont lui permettre de jouer trois fois sur la pelouse du stade Gerland en avant-match de rencontres de l'Olympique Lyonnais mais surtout d'être classé deuxième meilleur joueur français en 2012. "À cette époque, l'e-Sport n'était pas encore développé. Tu pouvais gagner un peu d'argent ou un ordinateur mais rien à voir avec les salaires d'aujourd'hui qui correspondent, pour certains, à ceux des footballeurs." En tant qu'ambassadeur de l'OL pendant trois saisons, ce qui est cocasse pour un supporter de l'OM, il gagne en reconnaissance dans ce milieu.

"Je n’avais pas de quoi me payer à manger"

Un jour, Mahmoud Gassama, l'animateur référence dans ce domaine plus connu sous le surnom de Brak, l'appelle pour commenter avec lui une compétition à Londres. "Au final ça s'est très bien passé ! On m'a proposé aussitôt de commenter une autre compétition. Après, les agents qui s'occupent de Brak et Bruce (Grannec, légende du jeu vidéo, NDLR) m'ont fait signer un contrat." Une belle aventure commence alors. Quentin commente également le championnat de France e-Ligue 1 et devient le commentateur officiel de l'équipe de France e-Foot. En compagnie de ce duo, le Beaucairois intègre la chaîne beIN Sports pour une émission consacrée à l'e-Sport. Il officie chaque semaine en plateau avec sa rubrique L'humeur de Quento dans beIN eFoot.

Quentin Mengual a d'abord été raseteur (Photo Hervé Bernon)

Des compères qu'il rejoint aussi dans le talk-show Hors-jeu diffusé sur Twitch, la plateforme de diffusion en ligne axée sur les jeux vidéos qui cartonne en ce moment, avec en moyenne plus de 10 000 spectateurs en simultanée. Sur sa chaîne perso, Quento30 compte près de 13 000 abonnés. Une communauté qui le suit pour ses pronostics sur les rencontres de tennis.

"Les paris sportifs sont ma marque de fabrique mais aussi mon violon d'Ingres. Dès que j'ai du temps, je regarde du tennis. C'est mon sport référence." Dans ses vidéos, le Gardois fait aussi de la prévention en faisant passer le message que l'on peut aussi s'amuser en misant de petites sommes car s'il a gagné de l'argent il en a aussi beaucoup perdu et s'est retrouvé plusieurs fois dans le rouge. "Parfois je montais deux jours à Paris pour une prestation et je n'avais pas de quoi me payer à manger. Je me suis mis dans la merde, j'essaie de m'en servir pour mettre en garde les autres."

Présentateur de la première émission e-Ligue 1 lancée par la LFP

Mais dans ce domaine aussi il se fait un nom et il est sollicité par des sites de paris comme Winamax ou PMU Sport. En avril dernier, il a débuté un nouveau projet en devenant présentateur de la première émission consacrée à la e-Ligue 1 lancée par la Ligue de football professionnel (LFP). Il participe en tout à une vingtaine d'émissions. En 2021, l'ancien étudiant de Vauban quitte alors le statut d'auto-entrepreneur pour monter sa propre société. "Je suis heureux. En 2020, j'ai galéré et gagné très peu d'argent car je n'ai pas travaillé pendant huit mois." Si les gamers ont joué en ligne, les événements et les émissions satellites se sont arrêtés. Alors pour s'occuper pendant le confinement Quentin s'est remis à fond dans une autre de ses passions : le poker.

En général, le Gardois est en tournage en début de semaine sur Paris avant de redescendre ensuite dans son Sud auquel il est très attaché. "J'ai conscience que j'aurais plus de contrat si je vivais sur Paris. Naturellement on ne m'en propose pas certains à cause des frais de transport et de logement. Mais je ne sais pas si j'arriverai à franchir le pas d'autant plus que je vis avec ma grand-mère depuis 13 ans." Pour l'instant le jeune homme de 27 ans compte vivre encore à Beaucaire, lui qui a désormais une multiple casquette. "Quand on me demande ce que je fais, je dis que je suis commentateur, animateur et présentateur sur Internet et à la télévision dans le sport et l'e-Sport", résume celui qui est finalement parvenu à réaliser son rêve de devenir journaliste sportif. Et avec l'émergence des médias Internet notamment autour de l'actualité e-Sport, c'est loin d'être fini !

Corentin Corger

Important ! Cet article est extrait d'Objectif Gard, le magazine. Rendez-vous chez votre marchand de journaux pour acheter le dernier numéro, sorti vendredi dernier. Découvrez le sommaire en cliquant sur le module ci-après :

Corentin Corger

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio