Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 11.01.2020 - boris-boutet - 2 min  - vu 2260 fois

VAUVERT En rassemblant la droite, Jean-Louis Meizonnet veut prendre sa revanche sur Jean Denat

Aux côtés de Gilbert Collard (à gauche), Jean-Louis Meizonnet a inauguré son local de campagne. (photo Boris Boutet)

Battu de 300 voix en 2014, le candidat du Rassemblement National Jean-Louis Meizonnet repart en campagne et espère remporter la mairie de Vauvert. Il a inauguré sa permanence ce samedi. 

"Bonjour M. le maire !" Venu pour soutenir Jean-Louis Meizonnet, le candidat nîmois du Rassemblement National Yoann Gilet n'a pas caché son optimisme. "Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué", a tempéré son homologue vauverdois, tout sourire. Il faut dire que Jean-Louis Meizonnet a de quoi être optimiste. L'ancien médecin généraliste, à la retraite depuis le mois de juillet, s'est mis dans la poche une large partie de l'opposition à Jean Denat.

" Il est le seul à pouvoir rassembler les gens de droite à Vauvert, a estimé Philips Vellas, ancien adjoint de Gérard Gayaud. Beaucoup de choses nous ont rapproché au cours du dernier mandat, et je me rallie à lui tout comme Jean-Pierre Gusaï."

Des soutiens surtout à droite donc, mais pas uniquement, comme l'a pointé Jean-Louis Meizonnet : "Ma liste rassemble les autres élus RN au conseil municipal ainsi que des personnalités issues de tous les horizons politiques, souhaitant défendre l'intérêt général." Et Gilbert Collard, secrétaire général du parti, de plaisanter : "il manque juste un ancien communiste !"

Des priorités et des attaques contre Jean Denat

Parmi les axes forts du projet du candidat Meizonnet, la sécurité figure en première ligne. " Je veux développer la vidéo-protection, a-t-il notamment évoqué. Je souhaite aussi embellir l'entrée de Vauvert, lutter contre les décharges sauvages et développer le centre-ville. Le tout, contrairement au maire actuel, sans augmenter les impôts." 

Une critique qui fait écho à la tirade lancée par Gilbert Collard en début de conférence de presse." S'il élu, je demande à M.Meizonnet d'échelonner les travaux qu'il prévoit et de ne pas les regrouper en fin de mandat comme l'a fait Jean Denat. Je lui demande aussi d'avoir l'humilité, contrairement au maire actuel, de refuser de son vivant d’avoir un auditorium à son nom. "

" Jean Denat est extrêmement clivant. Il a réussi l'exploit de fédérer contre lui toutes les autres communes de Petite Camargue. Moi, au contraire, je veux être un maire rassembleur ", a conclu Jean-Louis Meizonnet, tandis qu'une cinquantaine de personnes patientaient avant l'inauguration de ses locaux de campagne.

Boris Boutet

Boris Boutet

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais