Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 21.08.2021 - boris-boutet - 2 min  - vu 13596 fois

VAUVERT Fête votive : la bodega de la discorde

La bodega de Vauvert handisport n'a pas pu ouvrir pour la fête votive. (Photo Boris Boutet)

Serge Granier (à gauche) et Frédéric Auguste font vivre la bodega. (Photo Boris Boutet)

Depuis une douzaine d'années, la bodega de l'association Vauvert handisport, située face aux arènes, ouvre ses portes pour trois soirées à l'occasion de la fête votive. Mais pour l'édition 2021, la municipalité a émis un avis défavorable en raison des "contraintes sanitaires et sécuritaires" imposées par l'état. Le bureau dénonce une "vengeance personnelle contre un opposant politique". Le maire, Jean Denat, s'en défend. 

En ce dernier week-end de fête votive, l'ambiance est inhabituellement calme dans le patio de la bodega handisport. "En temps normal, nous organisons trois soirées ouvertes à tous qui nous permettent de financer 90% de notre budget, explique Frédéric Auguste, le président de l'association. Nous cherchons à aider les personnes handicapées pour l'achat de matériel sportif ou tout simplement en les accompagnant selon leurs besoins. Il faut savoir qu'un fauteuil de sport coûte par exemple environ 6 000 €." 

Comme chaque année, Serge Granier, membre de l'association et conseiller municipal d'opposition, est allé très tôt demander l'autorisation d'ouverture. "On a déposé le dossier en mai, on était les premiers, indique-t-il. Le maire nous a répondu le 19 juillet. Il a émis un avis défavorable en raison de la "double contrainte sanitaire et sécuritaire qui lui imposait de redoubler de vigilance dans le périmètre de la fête". Quand je suis allé à sa rencontre pour demander plus d'explications, il m'a simplement invité à me tourner vers le tribunal administratif." 

Au sein de l'association, la décision ne passe pas. "Deux autres bodegas ont eu le droit d'ouvrir (en dehors du périmètre de la fête, ndlr), souligne Frédéric Auguste. De l'aveu de l'un de ses proches, c'est une décision politique. Mais dans le cadre de l'association, nous n'en faisons pas."  

"Une polémique fabriquée par la fachosphère"

De son côté, Jean Denat dénonce "une polémique fabriquée par la fachosphère de Vauvert pour pourrir la fête". "Cette bodega ne peut pas accueillir du public en l'état, soutient-il. Celles qui ont obtenu l'autorisation sont en extérieur et ne font que du service à table. Là-bas, c'est une vraie caverne et rien n'a été préparé pour s'adapter à la situation sanitaire. Ce n'est en aucun cas de la discrimination de notre part : dans la situation actuelle, on ne peut pas permettre que les gens s'entassent les uns sur les autres derrière un comptoir." 

"De la mauvaise foi, balaye Frédéric Auguste. Nous aurions pu nous conformer aux réglementations imposées si on nous l'avait demandé. Je regrette aussi que l'on n'ait pas été soutenus par certaines associations et personnes que nous avions accompagnées ces dernières années." Dépitée d'être privée de ses revenus habituels, l'association Vauvert Handisport se réorganise. "Le manque à gagner pour nous est d'environ 6 000€, chiffre Serge Granier. Heureusement, nous avons un peu de trésorerie de côté. On réfléchit à organiser une ou deux soirées privées pour compenser." 

Boris Boutet

Boris Boutet

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio