Faits Divers
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 04.02.2017 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 115 fois

AU PALAIS Il arrache les colliers des mamies et est arrêté par les surveillants du CHU

photo objectif gard

Elle parvient à peine à marcher, pourtant cette septuagénaire tenait absolument à être présente à l’audience du tribunal correctionnel de Nîmes. « Je sortais de l’ascenseur de la gare lorsque cet homme m’a arraché mon collier en or », témoigne la vieille dame encore apeurée à l’évocation des faits survenus le 12 avril 2016. Dans le box des prévenus, face à elle, son agresseur, Nacim 19 ans et déjà un lourd casier judiciaire. Il est détenu pour une autre cause et il comparaît aujourd’hui pour des vols avec violences. « Je ne voulais pas lui faire de mal, j’ai vu cette dame et j’ai arraché le collier en or », raconte comme un métronome le prévenu. « Je devais de l’argent, 1 000 euros, je n’avais pas le choix, il fallait que je trouve cette somme sinon je passais à la casserole. En plus, j’étais sous l’emprise de cannabis », poursuit l’accusé comme si cet élément était une circonstance atténuante. « Ma place n’est pas en prison, je fais les choses et je ne réfléchis pas », poursuit-il en essayant de convaincre.

« Il y a plusieurs problèmes, coupe le président du tribunal. Votre casier judiciaire et ensuite après l’agression à la gare, 3 jours après, vous avez arraché le collier à une autre personne âgée à l’hôpital » ?

« Oui c’est vrai, j’ai vu le collier en or, je l’ai arraché. Jugez-moi, ce n’est pas mon problème », complète le prévenu qui a été stoppé par les surveillants du CHU Carémeau de Nîmes qui était à la poursuite de l'agresseur dans les couloirs de l'hôpital.

« Monsieur choisi bien ses proies et ses terrains de chasse. Des personnes âgées et des endroits où les gens sont en fragilité comme l’hôpital par exemple, accable le vice-procureur Alexandre Rossi qui demande 4 ans de prison et un mandat de dépôt à l’audience. Le prévenu se rebelle et apostrophe vulgairement le magistrat du Parquet. Monsieur est toujours dans la provocation, dangereux, psychopathe », poursuit le représentant du parquet de Nîmes. Le tribunal correctionnel a infligé 3 ans de prison au jeune prévenu et a décerné un mandat de dépôt à l’audience.

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio